AFP

2010 - 2016 : Six ans après, Trélissac retrouve l'OM en rêvant d'exploit

2010 - 2016 : Six ans après, Trélissac s'attaque encore à l'OM en rêvant d'exploit
Par AFP

Le 10/02/2016 à 18:35

COUPE DE FRANCE - Jeudi soir, Trélissac, pensionnaire de CFA, va défier l'Olympique de Marseille en huitième de finale. Le remake d'un 32e perdu en 2010 face au club phocéen. Mais l'OM d'alors filait droit vers le titre de champion de France...

Six ans après un 32e de finale de Coupe de France perdu face à Marseille (2-0), les amateurs de Trélissac (CFA) défieront une nouvelle fois les Phocéens, jeudi (21h) à Bordeaux, avec cette fois l'envie de vraiment se mettre en valeur. "En 2010, on a essayé de ne pas être ridicule, de faire bonne figure. Là, on on est un peu revanchard et on veut montrer notre valeur".

Le capitaine de Trélissac Rudy Gérard est un des cinq rescapés du club, qui évoluait à l'époque en CFA2, à avoir croisé l'OM ce 10 janvier 2010 - seul Steve Mandanda était présent côté olympien -. Il n'a rien oublié de ce match de gala disputé sur le terrain déneigé des rugbymen de Périgueux et dans un froid polaire.

" On va jouer notre carte à fond, ça passe tant mieux, ça casse, tant pis"

"C'était le très grand Marseille qui allait finir champion, il ne faut pas l'oublier", raconte Gérard. "Ben Arfa et Valbuena m'avaient vraiment impressionné. Ce sont des internationaux qui ont fait de grosses carrières mais les autres aussi comme Edouard Cissé, Benoît Cheyrou, derrière Diawara, Hilton, Bonnard, Mandanda dans les buts, ce sont des noms connus et reconnus dans le foot français".

Mis sur orbite par un but tout en toucher du soliste Ben Arfa (14e), Marseille avait ensuite géré son avantage avant de doubler la mise par Cheyrou, bien servi par Valbuena (74e). Six ans ont passé, Trélissac, qui a sorti Clermont (L2) en 64e et Lille en 16e, a pris de l'expérience et son niveau est désormais plus proche du National que de la Division d'Honneur.

"On va jouer notre carte à fond, ça passe tant mieux, ça casse, tant pis. C'est déjà exceptionnel et fantastique d'être arrivé là", reconnaît le capitaine du TFC. "On a toutes nos chances même si on sait qu'en huitième, Marseille ne va pas forcément nous prendre à la légère". Lui et ses coéquipiers bénéficieront aussi jeudi du soutien des supporters des Girondins, qui rêvent de voir leur ancien stade, Chaban-Delmas, où est délocalisée cette affiche, conserver son invincibilité face à l'OM qui dure depuis 1977.

0
0