AFP

Avant ASSE-PSG : Pourquoi Saint-Etienne est (peut-être) le pire adversaire pour rebondir

Pourquoi Saint-Etienne est (peut-être) le pire adversaire pour que Paris rebondisse

Le 02/03/2016 à 10:04

COUPE DE FRANCE - Trois jours après sa défaite à Lyon, le PSG se déplace à Geoffroy-Guichard pour les quarts de finale de la Coupe de France. Paris reste sur 9 victoires face aux Verts. Et pourtant…

A priori, Paris n'a pas grand-chose à craindre. Depuis 2011 et l'arrivée de QSI, Paris aime rencontrer les Verts. C'est souvent l'assurance d'un gros carton et d'une belle leçon de football. Le bilan penche très clairement du côté du PSG (11 victoires, trois nuls et une défaite) qui reste sur 9 succès consécutifs face à l'ASSE. A priori donc, pas de souci pour Paris. Sauf que Saint-Etienne est sans doute le pire adversaire de Ligue 1 pour le PSG dans le contexte actuel. Trois jours après sa défaite à Lyon, Paris a, contrairement à ce que disent les statistiques, tout à craindre du déplacement à Geoffroy-Guichard. Voici pourquoi.

Parce que les Verts ont déjà posé de gros problèmes à Paris en 2016

Le 31 janvier dernier, la victoire de Paris à Geoffroy-Guichard (0-2) fut tout sauf une partie de plaisir. Si, à l'heure de jeu, les Verts avaient mené au score, il n'y aurait rien eu de plus logique. L'entrée de Marco Verratti (59e) a fait basculer la rencontre en faveur des Parisiens mais avant cela, Paris avait été balloté comme rarement en championnat dans un Geoffroy-Guichard incandescent.

Saint-Etienne avait mis en place un plan de jeu simple, reproduit plus tard par Marseille au Vélodrome puis Lyon au Parc OL : harceler le milieu parisien et gêner la première relance. L'ASSE avait achevé la rencontre avec plus de frappes que son adversaire (13 à 11), un petit exploit. Dernier motif d'inquiétude pour Paris, Marco Verratti, forfait, ne pourra pas cette fois-ci jouer les pompiers de service.

Vidéo - Galtier : "Lyon a montré que le PSG n'était pas imbattable"

01:09

Parce que les Verts ont recentré leurs objectifs

Saint-Etienne reste sur une semaine catastrophique mais ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour Paris. Eliminé de la Ligue Europa par le FC Bâle, les Verts n'ont plus que deux compétitions à jouer : la Ligue 1 et la Coupe de France. Leur effectif très riche leur permet désormais de se concentrer avec le même degré d'implication sur les deux objectifs. Depuis plusieurs semaines, Christophe Galtier a établi une hiérarchie assez claire parmi les priorités de ses hommes en fin de saison. La Coupe de France est tout en haut : "Le plus beau trophée qui est accessible pour nous, c'est la Coupe de France. On est à trois matches du trophée", a-t-il confié en février. Personne n'était alors obligé de le croire mais l'élimination en Coupe d'Europe change la donne.

Christophe Galtier (ASSE) et Laurent Blanc (PSG)

Christophe Galtier (ASSE) et Laurent Blanc (PSG)AFP

Parce que Geoffroy-Guichard va faire beaucoup de bruit

C’est rarement le cas cette saison en Ligue 1 mais la réception du PSG et l’enjeu du match devraient remplir à ras bord Geoffroy-Guichard. En 23 ans, Saint-Etienne n’a disputé qu’un seul quart de finale de Coupe de France et les Verts n’ont plus remporté le trophée depuis 1981. De quoi faire grandir l’impatience et gronder le Chaudron.

Un tifo à Geoffroy-Guichard lors de Saint-Etienne - Marseille.

Un tifo à Geoffroy-Guichard lors de Saint-Etienne - Marseille.AFP

Parce que Paris n'a pas le droit à un deuxième trou d'air

Zlatan Ibrahimovic (PSG) à Geoffroy-Guichard

Zlatan Ibrahimovic (PSG) à Geoffroy-GuichardAFP

0
0