Eurosport

La Ligue 1 fait la loi en Coupe, les petits déchantent

La Ligue 1 fait la loi en Coupe, les petits déchantent

Le 19/01/2016 à 18:46

COUPE DE FRANCE – Dix-sept clubs de Ligue 1 seront présents en seizièmes de finale de Coupe de France qui s’ouvrent ce mardi. C’est le meilleur total depuis plus de dix ans. Une omniprésence rare mais dommageable pour la compétition.

C'est du jamais vu depuis que la Ligue 1 compte 20 clubs. Alors que débutent les seizièmes de finale ce mardi, la présence des équipes de l'élite à ce stade de la compétition est à souligner. Sur ses 20 membres, dix-sept seront présents au rendez-vous. L'OGC Nice et le SM Caen ne doivent leur absence qu’à leur confrontation respective contre des équipes de la même division à savoir le Stade Rennais et l'Olympique de Marseille. Seul Reims a été sorti par une équipe d’une division inférieure.

    16e de Coupe de France : la Ligue 1 toute-puissante

    Une présence logique qui n'a pas toujours été une évidence. Les 32es de finale ont souvent fait office de traquenards pour les clubs de Ligue 1. La faute sûrement au calendrier qui place le premier tour de la compétition comme premier match officiel de l’année civile, juste après les fêtes. Toujours est-il que depuis la saison 2002-2003, le total des clubs de Ligue 1 n’avait jamais été aussi haut.

    Zlatan Ibrahimovic (PSG) soulève la Coupe de France en 2015

    Zlatan Ibrahimovic (PSG) soulève la Coupe de France en 2015AFP

    Par définition, si les "gros" clubs sont plus nombreux, les fameux "petits Poucets" sont rares. Un constat dommageable tant la Coupe de France ne vit que par ses rencontres improbables entre des professionnels de leur sport et des amateurs plein d'envie. Si la Coupe est appréciée, c’est aussi parce qu’elle évite les matches plats entre équipes de Ligue 1 sans fond de jeu et apporte un peu de folie. Dans cette optique, l’affrontement entre les deux petits Poucets de la compétition, l’US Granville et Sarreguemines FC, qui aura lieu samedi 23, est décevant tant les deux équipes auraient elle-même préféré se frotter à un cador.

    Pourtant, le constat d’une forte présence de Ligue 1 à ce stade de la compétition n’interdit en rien les exploits et les mets presque plus en avant. L’US Quevilly, par exemple, avait réussi à atteindre les demi-finales en 2010 alors qu’en seizième, quinze clubs de l’élite étaient présents. Il suffit "simplement" d’enchaîner les exploits. À eux de venir déranger la suprématie de l'élite qui semble se dessiner cette année.

    (Réalisé avec Infostrada Sport)

    0
    0