AFP

Coupe de France : Pour le PSG (et pour Blanc), c'est le mois de tous les dangers

Pour le PSG (et pour Blanc), c'est le mois de tous les dangers

Mis à jourLe 19/01/2016 à 07:42

Publiéle 19/01/2016 à 07:42

Mis à jourLe 19/01/2016 à 07:42

Publiéle 19/01/2016 à 07:42

Article de Vincent Bregevin

COUPE DE FRANCE – Face à Toulouse mardi (21h00), le PSG poursuit un marathon qui le verra disputer un minimum de sept matches avant le rendez-vous crucial avec Chelsea en Ligue des champions, dans un peu moins d'un mois. L'hiver et l'enchaînement des matches rendent la gestion d'effectif difficile pour Laurent Blanc. Elle sera d'autant plus déterminante pour lui, et pour le club.

Eurosport Player :

Voir sur Eurosport

La case est cochée depuis longtemps sur le calendrier de Laurent Blanc : le 16 février prochain, le PSG joue son avenir européen, tout du moins une grande partie, face à Chelsea au Parc des Princes, en 8e de finale aller de la Ligue des champions. L'entraîneur parisien est conscient de l'importance de ce rendez-vous pour le club. Et pour lui, puisqu'il n'a pas encore prolongé un contrat qui expire en juin prochain avec le PSG.

Même s'il donne entière satisfaction à ses dirigeants, même s'il pourrait signer son nouveau bail avant les retrouvailles face au Blues, Blanc sait que son avenir sur le banc francilien dépend encore et toujours du parcours de son équipe dans cette Ligue des champions qui obsède QSI, l'actionnaire majoritaire du club. Dans cette optique, le coach du PSG a une priorité, évidente, qu'il a reconnue devant la presse vendredi, à la veille de la victoire à Toulouse (0-1).

" J’espère qu’on n’aura ni blessé, ni suspendu pour arriver aux grands rendez-vous dans les meilleures dispositions. Je vais même dire AU rendez-vous."

Blanc est bien placé pour savoir que c'est un paramètre capital à ce niveau. La saison passée, le PSG avait cédé en quart de finale de la C1 pour la troisième année consécutive, devant le Barça. Les absences de Thiago Motta, Marco Verratti et Zlatan Ibrahimovic, ainsi que la sortie précoce de Thiago Silva sur blessure avaient totalement plombé Paris au match aller face aux Catalans (1-3). Si avoir son effectif au complet ne garantit pas une qualification face aux meilleures équipes d'Europe, ne pas l'avoir est quasiment rédhibitoire à ce stade de la compétition.

Marquinhos (PSG) face au Barça
Marquinhos (PSG) face au Barça - AFP

Pour le PSG, et pour Blanc, le mois qui vient est donc capital. Car sa gestion d'effectif sur les semaines qui viennent déterminera en grande partie les chances du PSG de faire au moins aussi bien, sinon mieux, que ces dernières saisons en Ligue des champions. Les 21 points d'avance sur Monaco en tête de la Ligue 1 lui donnent au moins une marge dont il ne disposait pas la saison passée. Ce n'est pas plus mal. A côté de ça, il y a déjà suffisamment de choses pour lui compliquer la tâche.

Un calendrier démentiel

Si le PSG venait à se faire éliminer par Toulouse mardi en 16e de finale de la Coupe de France, Blanc pourrait quand même y voir un point positif : avoir un match de moins à disputer avant le rendez-vous avec Chelsea. Car le calendrier des Parisiens est déjà indigeste, et il ne le sera que davantage en cas de qualification. Voici ce qui attend la formation de Laurent Blanc avant la rencontre face aux Blues dans un peu moins d'un mois.

  • Mardi 19 janvier : PSG – Toulouse (16e de finale de la Coupe de France)
  • Samedi 23 janvier : PSG-Angers (22e journée de Ligue 1)
  • Mercredi 27 janvier : PSG-Toulouse (demi-finale de la Coupe de la Ligue)
  • Dimanche 31 janvier : Saint-Etienne-PSG (23e journée de Ligue 1)
  • Mercredi 3 février : PSG-Lorient (24e journée de Ligue 1)
  • Dimanche 7 février : Marseille-PSG (25e journée de Ligue 1)
  • Mercredi 10 février : 8e de finale de la Coupe de France (si le PSG est qualifié)
  • Samedi 13 février : PSG-Lille (26e journée de Ligue 1)

Soit, si Paris se qualifie pour les huitièmes de finale de la Coupe de France, quatre semaines consécutives avec deux matches par semaine. Sachant que l'équipe de Laurent Blanc a aussi disputé deux matches la semaine passée, avec la victoire face à Lyon mercredi en Coupe de la Ligue (2-1) puis celle à Toulouse samedi en championnat (1-0). Paris a déjà entamé un véritable marathon dont il pourra difficilement sortir indemne. Ce sera pourtant essentiel de limiter la casse compte tenu du combat qui attend les Parisiens face à Chelsea.

Un effectif déjà dans le dur

C'est peut-être l'effet des premiers grands froids de l'hiver, un paramètre à ne pas négliger avec cet enchaînement de matches pour le PSG. Samedi à Toulouse, les Parisiens sont tombés comme des mouches. Javier Pastore, décidément pas épargné par les pépins physiques cette saison, puis Marquinhos ont dû être remplacés sur blessure, et il y a aussi eu une petite alerte pour Thiago Motta. De quoi ternir légèrement la victoire des hommes de Laurent Blanc, qui devait déjà se passer des services de deux joueurs essentiels, Thiago Silva et Angel Di Maria.

Laurent Blanc accompagne la sortie sur blessure de Marquinhos lors de Toulouse-PSG
Laurent Blanc accompagne la sortie sur blessure de Marquinhos lors de Toulouse-PSG - Panoramic

Le marathon ne fait que commencer, et les organismes commencent déjà à grincer au PSG. Si Di Maria sera de retour pour la réception de Toulouse, Blanc sera en revanche toujours privé de Thiago Silva, Marquinhos et Javier Pastore, tandis que Marco Verratti est incertain en raison d'une douleur au pubis. L'entraîneur parisien peut encore s'appuyer sur une profondeur d'effectif assez important. Et espérer que les pépins physiques ne viennent pas s'accumuler dans ce mois si déterminant pour Paris. Et pour lui.

0 commentaire
Vous lisez :