Eurosport

Coupe de France : les 9 bonnes raisons de regarder les 8es de finale

Les 9 bonnes raisons de regarder les 8es de finale

Le 08/02/2016 à 21:10

COUPE DE FRANCE – La découverte de Jemerson (Monaco), un PSG-Lyon peut-être plus indécis qu’attendu, l'OM qui retrouve Chaban-Delmas : voici 9 bonnes raisons de suivre les 8es de finale de Coupe de France, qui débutent ce mardi et se terminent jeudi.

Pour voir "Blackenbauer", la recrue de Monaco

Certains le comparent à Thiago Silva, d'autres le surnomment Blackenbauer (en référence au légendaire Franz Beckenbauer). Et forcément, cela crée une attente. Une envie de voir ce qu'il peut donner sur la pelouse. Jemerson, débarqué durant le mercato à Monaco, va porter pour la première fois le maillot monégasque. A Sochaux, ce mardi (21h00), le défenseur brésilien de 23 ans devrait débuter dans l'axe de la défense à la place de Ricardo Carvalho.

Jemerson avec l'Atletico Mineiro - 2015

Jemerson avec l'Atletico Mineiro - 2015AFP

Parce que ce 8e a tout du piège pour Ajaccio

Le Gazélec va mal. Après une belle période, Ajaccio vient d'enchaîner trois revers et un nul en Championnat. Le tout en ne marquant pas un seul but. Ce mardi (21h00), le club corse se rend en Bretagne et espère bien se relancer à Saint-Malo, une équipe de CFA (4e div.). Cela semble assez logique. Sauf qu'entre sa forme du moment et sa rencontre déterminante pour le maintien contre Troyes, samedi à domicile, qui risque de trotter dans la tête de certains Corses, ce match dans la cité corsaire pourrait bien se transformer en piège.

Parce que le Petit Poucet a des raisons d'espérer

Granville, pensionnaire de CFA2, est le Petit Poucet de cette Coupe de France. Et le club de la Manche a des raisons d'y croire, ce mardi (21h00). Pourquoi ? Car Bourg-en-Bresse n'est pas au mieux. Son dernier succès remonte au précédent tour de Coupe de France, qui l’avait vu humilier le Stade Rennais (3-1). Depuis, Bourg-en-Bresse a enchaîné deux nuls et surtout deux revers…

Parce que les recrues bordelaises ont l'obligation de se rattraper

De Bernardoni à Arambarri, en passant par Malcom et Debuchy, Willy Sagnol avait choisi d'aligner ses quatre recrues face à Saint-Etienne ce dimanche (1-4). Ça n'a pas été une réussite. Et dans l'ensemble, les quatre n'ont même pas brillé, loin de là. Les quatre ne seront pas forcément titulaires face à Nantes mercredi (19h00). Mais s'ils foulent la pelouse du Matmut Atlantique, ils auront à cœur de rectifier le tir. Ils en ont même le devoir.

Pour voir si Troyes peut vivre une belle aventure cette saison

Jusqu'à présent, la saison de Troyes est un long calvaire. Les matches s'enchaînent, les défaites aussi. La Coupe de France est venue apporter un peu petit bol d'air aux Troyens. Mais ce n'est pas non plus exceptionnel. L'ESTAC est arrivée en 8es de finale grâce à des succès contre l'US Dunkerque (National) et Concarneau (CFA). Face à Saint-Etienne, ce mercredi (19h00), l'affaire sera tout autre pour le club aubois, qui espère continuer sa route. Histoire de s'offrir vraiment une petite éclaircie dans cette longue saison de L1.

Car Benjamin Jeannot et Lorient plantent cette saison en Coupe

Dans le dur actuellement en L1, Lorient fait trembler les filets les soirs de Coupe de France. Lors de ses deux premiers tours, le FCL a terminé à chaque fois avec trois buts au compteur (3-2 contre Tours en 32es et 1-3 à Boulogne a. p. en 16es). Et Benjamin Jeannot en a profité pour s'illustrer. Titularisé régulièrement en coupes, l'attaquant des Merlus a marqué trois buts lors de ces deux matches de Coupe de France et en a aussi mis deux en trois rencontres de Coupe de la Ligue. A suivre mercredi (19h00), contre Sarre-Union.

François Bellugou félicite Benjamin Jeannot après son but face à Troyes

François Bellugou félicite Benjamin Jeannot après son but face à TroyesAFP

Parce que Saint-Etienne aime faire durer les choses

Pour en arriver là, Saint-Etienne a dû lutter. En 32es de finale (1-1, 4 t. a. b. à 3 contre Raon l'Etape), puis face à l'AC Ajaccio en 16es (2-1, a. p.), Saint-Etienne a bataillé et dû passer par la prolongation pour se qualifier. Face à Troyes mercredi (19h00), les Verts vont-ils réussir à décrocher leur billet avant la fin du temps réglementaire ?

Pour voir si Lyon peut refaire douter Paris et peut-être même un peu plus

Bien sûr, Paris semble intouchable avec ses 15 victoires consécutives toutes compétitions confondues. Mais la dernière sortie de Lyon au Parc des Princes, le 13 janvier dernier, en quarts de finale de la Coupe de la Ligue (2-1), laisse penser que ce n'est pas impossible. Ce soir-là, les Gones avaient montré un beau visage et posé des difficultés au PSG, qui n'était pas parvenu à mettre en place son jeu offensif habituel. Ce mercredi (21h05), l'OL va devoir remettre ça pour son troisième match au Parc de la saison (avec la claque reçue en L1 en décembre 5-1). Cela pourrait suffire cette fois-ci. Car à une semaine de son choc face à Chelsea, le PSG aura peut-être la tête un peu ailleurs…

Maxime Gonalons face à Zlatan Ibrahimovic

Maxime Gonalons face à Zlatan Ibrahimovic AFP

Pour savoir si Marseille peut mettre un terme à sa malédiction à Chaban-Delmas

Marseille a un souci avec la Gironde. Mais sa vraie malédiction est liée au stade Chaban-Delmas, où les Olympiens n'ont pas gagné depuis le 1er octobre 1977 ! Une longue période de disette. Alors que les Girondis ont changé de stade l'année dernière, le hasard et cette Coupe de France offrent l'opportunité à l'OM de renouer avec le succès dans cette enceinte bordelaise, où la FFF a préféré délocaliser ce huitième de finale. Face aux amateurs de Trélissac (CFA) ce jeudi (21h00), les Phocéens ont une occasion en or à saisir.

0
0