AFP

Pourquoi Rolando veut changer son image à Marseille

Pourquoi Rolando veut changer son image

Le 20/01/2016 à 08:04

COUPE DE FRANCE - Raillé par les supporters de l'OM, le défenseur portugais Rolando travaille dur pour faire mentir ses détracteurs. Le match de ce soir (21h00) contre Montpellier va lui en offrir une nouvelle possibilité.

Chaque équipe possède un joueur emblématique. Un élément qui attire la lumière. A l'OM, c'est Lassana Diarra qui endosse ce costume de patron cette saison. L'international tricolore a très vite pris le leadership de l'équipe olympienne orpheline d'André Ayew, André-Pierre Gignac ou Dimitri Payet. Mais si les fans marseillais ont trouvé leur nouvelle idole, ils ont aussi remplacé leur... tête de Turc.

Jérémy Morel parti, il fallait bien trouver un nouveau "souffre-douleur" dans le onze de l'OM. Et c'est tombé sur Rolando. "Echangez deux lettres dans son nom et vous aurez un vrai joueur de foot", entend-on souvent aux abords du stade Vélodrome. Vincent Labrune se rend compte tous les jours qu'il n'a recruté que l'anagramme de Ronaldo, la star du Real Madrid...

Dans l'avion l'emmenant au Portugal le 22 octobre dernier, le président de l'OM a dû subir les railleries des supporters durant tout le trajet. Au menu des sarcasmes des fans marseillais déçus du recrutement du bras droit de Margarita Louis-Dreyfus, figurait Rolando. "Le grand Portugais, ce n'est pas un joueur de foot, pouvait entendre Labrune, qui devait regretter à ce moment-là d'avoir pris une compagnie low-cost pour rejoindre Braga, adversaire de l'OM au premier tour de la Ligue Europa. Vous feriez mieux de me faire signer. Je vous coûterais moins cher..."

Victime de sa proximité avec Doyen Sports

Les premières prestations de Rolando sous le maillot de l'OM ont contribué à créer la "légende" de l'ancien joueur de Porto, Naples, l'Inter Milan ou encore Anderlecht la saison dernière. Car ses interventions au sein de la charnière centrale olympienne ne montraient pas vraiment le bon côté du "colosse du Cabo Verde", son surnom en raison de ses origines cap-verdiennes. Si Rolando a du mal à se faire une place dans le cœur des supporters olympiens, c'est aussi parce qu'il est arrivé avec l'étiquette Doyen Sports collée sur son dos.

Rolando à l'entraînement

En quête d'un défenseur central expérimenté, Michel a glissé le nom de Rolando au creux de l'oreille de Vincent Labrune. Le président de l'OM a profité de sa proximité avec Nelio Lucas, le patron du puissant fond d'investissement, pour rapidement boucler la transaction auprès de Porto lors du dernier jour du mercato. "Quand l'OM a eu besoin du défenseur Rolando, en deux minutes, j’ai négocié ça avec Porto", expliquait ainsi Lucas dans Libération. Cette liaison dangereuse avec Doyen Sports n'a rien fait pour arranger la cote de Rolando dans les virages du Vélodrome. Les fans de l'OM reprochaient à Michel de n'aligner le défenseur portugais que parce qu'il était proche de la même écurie que l'entraîneur espagnol...

L'intello du groupe olympien

Devant tant de défiance, Rolando n'a pas jeté l'éponge. Il a même fini par se faire (un peu) adopter par le public olympien. Il faut dire que Karim Rekik, son concurrent direct en charnière centrale, a fait (beaucoup) plus de bourdes que lui. Et depuis plusieurs matchs, Rolando fait partie des meilleurs joueurs de l'OM à chacune des sorties du club olympien. Rassurant défensivement, l'ancien joueur de l'Inter se permet même de monter sur tous les coups de pieds arrêtés. Contre Guingamp (0-0), c'est lui qui s'est créé la meilleure occasion avec une tête sur la barre. A Caen (1-3), c'est encore lui qui a obligé Vercourtre à une magnifique parade.

Petit à petit, Rolando fait taire ses détracteurs les plus farouches. Il apporte une nouvelle solidité à l'arrière-garde olympienne qui en avait bien besoin. Dans le vestiaire, il s'est aussi imposé comme un joueur que l'on écoute attentivement. "Il parle beaucoup aux autres, confirme Michel pas surpris de la montée en puissance de Rolando. Il les aide. Sur le terrain, il joue de mieux en mieux car il avait besoin de temps de jeu. La saison dernière, il a peu joué." Blessé, Rolando n'a que peu étrenné le maillot d'Anderlecht l'année dernière. Mais il retrouve aujourd'hui ses qualités.

A 30 ans, Rolando semble se refaire une jeunesse. Ses performances ont même attiré l'œil de plusieurs clubs italiens. L'Inter Milan a déjà tâté le terrain auprès de la direction olympienne. Acheté 1,5M€ à Porto, le défenseur portugais, qui maîtrise très bien le français et passe pour l'intello du groupe olympien, pourrait représenter une bonne affaire pour l'OM. Il obligerait alors beaucoup de supporters olympiens à retourner leur veste...

0
0