Getty Images

Le PSG étrille Monaco (5-0) et rejoint Angers en finale

Ce PSG était bien trop fort pour les minots de l'ASM

Le 26/04/2017 à 22:54Mis à jour Le 26/04/2017 à 23:43

COUPE DE FRANCE - Le Paris Saint-Germain a facilement décroché son billet pour la finale de Coupe de France, mercredi. Le PSG a écrasé 5 à 0 une AS Monaco totalement remaniée par Leonardo Jardim. En finale, les hommes d'Unai Emery seront opposés à Angers, qui a éliminé Guingamp mardi.

Comme prévu, le PSG s'est baladé contre la jeunesse monégasque. Le club parisien n'a fait qu'une bouchée d'une ASM (5-0) loin de son niveau habituel avec de nombreux joueurs disputant leur premier match en professionnel. Cette promenade de santé ouvre les portes du Stade de France aux Parisiens, qui vont donc pouvoir défendre leur titre face au SCO d'Angers le 27 mai prochain.

La marche était bien trop haute pour les bambins du Rocher. Emmenés dans la capitale par Leonardo Jardim, soucieux de faire tourner son effectif dans une fin de saison au calendrier plein jusqu'à la glotte, ils n'ont tout simplement pas fait le poids face au double tenant du titre. Appliqués mais sans forcer, les joueurs d'Unai Emery ont pris leur temps pour rentrer dans leur match. Edinson Cavani, lui, n'avait pas envie de laisser traîner les choses.

La boulette de De Sanctis, la Madjer de Cavani

Proche d'obtenir un penalty à la 6e minute et de l'ouverture du score à la 13e minute, l'attaquant uruguayen s'est finalement montré décisif peu avant la demi-heure. En filou tout d'abord, sur une frappe lointaine d'Angel Di Maria, "El Matador" a profité d'une intervention manquée de De Sanctis pour pousser un ballon que Draxler n'avait plus qu'à accompagner au fond (26e). En artiste ensuite, quand cinq minutes plus tard, le meilleur buteur de Ligue 1 a trompé le gardien de Monaco d'un superbe geste, proche de la Madjer.

Vidéo - Le geste génial de Cavani met Paris à l'abri

00:58

Dès lors, le match n'eu de sens que pour dégourdir les jambes des titulaires parisiens guère mis en danger grâce à un pressing constant sur un adversaire visiblement déjà battu. Mbae malchanceux sur un corner puis Matuidi à la réception d'une offrande de Di Maria ont plié définitivement l'affaire en à peine une centaine de secondes (51e puis 52e). Marquinhos a parachevé la "manita" juste avant le coup de sifflet final (90e) sur un autre but un peu chanceux.

Paris peut donc espérer rester maître de ses deux coupes, tout en frappant un nouveau coup derrière la tête de son principal rival de la saison. Après le revers net en finale de la Coupe de la ligue (4-1), Monaco a tendu l'autre joue pour subir une plus grosse rouste encore. Mais qu'importe, les objectifs de l'ASM se situent ailleurs. Et si la première de leurs jeunes pousses restera un souvenir douloureux, l'avenir proche a tout pour les consoler.

Vidéo - Pour retrouver le Stade de France, Paris a mangé tout cru les jeunes Monégasques

02:37
0
0