Getty Images

Le PSG remporte sa 11e Coupe de France après sa victoire sur Angers (1-0)

Paris entre dans l'histoire par un trou de souris

Le 27/05/2017 à 23:01Mis à jour Le 28/05/2017 à 00:33

Le Paris Saint-Germain a décroché sa 11e Coupe de France, samedi au Stade de France. Auteurs d'une prestation plus que moyenne, les Parisiens se sont imposés sur un but contre-son-camp de Cissokho (90+1). Les Angevins n'ont pas démérité mais ont fini par craquer. Trophée des Champions, Coupe de la Ligue et de France : Paris aura remporté trois titres nationaux cette saison.

Paris a souffert. Paris s’est fait peur. Mais le Paris Saint-Germain est - un peu plus encore - entré dans l’histoire en remportant ce samedi sa 11e Coupe de France, record absolu. Les Parisiens se sont imposés face à Angers (1-0). Largement dominateur mais en grosse difficulté à la finition, le PSG a dû attendre la 91e minute pour voir Letellier aller chercher le ballon au fond de ses filets, battu par le malheureux Cissokho. La dernière place européenne, en Ligue Europa, ira donc à Bordeaux, qualifié pour le 3e tour préliminaire.

Pourtant, Angers en a rêvé de la Coupe d’Europe. Pendant quatre-vingt-dix minutes exactement. Quatre-vingt-dix minutes durant lesquelles le SCO a largement fait honneur au bouillant public qui était venu les soutenir au Stade de France. Outrageusement dominés (32% de possession seulement), les joueurs de Stéphane Moulin ont fait le dos rond, n’hésitant à défendre très bas, parfois trop. Bloquant parfaitement les ailes, empêchant un maximum les montées de Maxwell, et dans une moindre mesure d’Aurier, Angers a résisté. Et, avec un peu plus de réussite, aurait pu réussir le coup parfait si la demi-volée de Pepe ne s’était pas écrasée sur le poteau d’Areola (27e) ou si Toko Ekambi avait fructifié son dribble génial devant Marquinhos (28e). Les deux seules situations vraiment dangereuses pour Angers, malgré certains contres qui auraient mérité meilleur sort.

Vidéo - La reprise de Pepe qui a laissé Areola pantois... (heureusement pour Paris, son poteau veillait)

00:27

Letellier avait tout repoussé…

Loin d’être brillant dans la construction du jeu durant une heure, le PSG a toutefois multiplié les occasions, sans se montrer suffisamment précis dans la finition. Tour à tour, Aurier (9e), Matuidi (11e, 56e), Cavani (12e, 15e) et Maxwell (82e) ont buté sur un Letellier en état de grâce, repoussant tout du pied, de la main, des poings… Et quand le gardien angevin n’était pas sur la trajectoire, Di Maria (2e, 58e), Cavani (19e, 84e), Aurier (44e) et Matuidi (62e) manquaient le cadre.

Dans un match indécis et tendu - à l’image de la réaction d’Aurier (45+1e) avant la pause qui aurait pu lui vouloir une expulsion -, où les contacts étaient rudes, parfois beaucoup trop comme le tacle dangereux de Traoré sur Draxler (68e), il était dit que le vrai danger pour Angers viendrait de ses propres erreurs. Perdant de plus en plus de ballons au milieu de terrain, les joueurs de Stéphane Moulin auront craqué au pire des moments. Pourtant, ils avaient été prévenus lorsque Thomas avait devancé Cavani pour dévier un centre de Maxwell sur le poteau (24e). Au duel avec Matuidi, Cissokho a fini par l’imiter sur un corner de Di Maria. Mais lui a cadré, pour son plus grand malheur (91e, 1-0). Perdre la Coupe de France et la possibilité de jouer l’Europa League à la dernière minute, sur un csc : ça ne pouvait pas être pire pour Angers.

Vidéo - Une petite finale mais un sacré record pour le PSG : le résumé du match

02:37
0
0