AFP

8e de finale Bourg-en-Bresse - Marseille : l'OM redoute les "Petits Poucets"

L'OM, un bon tirage pour un "Petit Poucet"

Le 16/12/2015 à 07:57

COUPE DE LA LIGUE - Carquefou, Quevilly, Grenoble : l'OM est souvent passé à la trappe face à des équipes de niveau inférieur en Coupe. La prudence est donc de mise avant d'affronter Bourg-en-Bresse (L2) en 8e de finale de la Coupe de la Ligue.

L'ogre marseillais serait-il victime d'indigestion ? Dix fois vainqueur de la Coupe de France (1924, 1926, 1927, 1935, 1938, 1943, 1969, 1972, 1976, 1989), trois fois victorieux en Coupe de la Ligue (2010, 2011, 2012), l'OM a pris la mauvaise habitude de chuter face aux "Petits Poucets" dans ces coupes nationales ces dernières saisons. Un phénomène nouveau qui peut inquiéter le club olympien avant de se déplacer sur le terrain de Bourg-en-Bresse à l'occasion des huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue.

Preuve que ces ratés font désormais partie de l'histoire récente de l'OM, Michel a tenu à souligner l'étonnante sortie de route olympienne en janvier dernier à Grenoble (3-3, 5 t.a.b 4). "Si on ne rentre pas bien dans le match, une équipe de deuxième division peut battre une équipe de première division, confie l'entraîneur espagnol qui s'apprête à goûter pour la première fois à la saveur d'un match couperet avec l'OM. Cela peut faire comme contre Grenoble la saison passée..." Si l'ancien meneur de jeu du Real Madrid épluche les archives récentes de son nouveau club, il pourra découvrir que d'autres équipes, réputées plus faibles que l'OM, ont créé l'exploit face à la formation marseillaise.

Jouer l'OM, le meilleur tirage possible pour un "petit"

Tomber sur l'OM est presque devenu le meilleur tirage possible pour une petite équipe en Coupe de France ou en Coupe de la Ligue. Car c'est à la fois l'assurance de faire le plein à domicile mais aussi avoir une chance de passer, contrairement à la possibilité d'affronter le PSG, véritable machine à gagner face à n'importe quel adversaire. Inauguré le 28 octobre dernier en 16e de finale de la Coupe de la Ligue face à Nantes (3-2, ap.), le stade Verchère sera rempli comme un œuf de supporters bressans, les fans de l'OM étant interdits de déplacement.

Michy Batshuayi (Marseille) avec Michel (Entraineur OM)

Michy Batshuayi (Marseille) avec Michel (Entraineur OM)Panoramic

Cette configuration de gala est un ingrédient essentiel de la potion magique pour renverser les Olympiens. Carquefou (CFA2) s'était appuyé sur le chaud public du stade de la Beaujoire pour sortir l'OM en 8e de finale de la Coupe de France en 2008 (1-0) ; Quevilly (CFA) avait électrisé le stade d'Ornano de Caen (3-2, ap.) pour électrocuter les hommes de Didier Deschamps ; enfin, Grenoble (National) avait mis les petits plats dans les grands dans son stade des Alpes pour bouter l'OM de Marcelo Bielsa hors de la Coupe de France. Une trilogie funeste pour le club olympien qui ne souhaite pas revivre une telle contre-performance dans l'Ain mercredi soir.

Michel mettra son costard en signe de respect

Pour ne pas faire les gros titres en cas d'élimination surprise, Michel a tenu un discours presque solennel pour exhorter ses hommes à ne pas prendre de haut leurs adversaires. "L'OM mérite que chaque match soit traité avec la même importance, quelque soir la compétition, explique le coach marseillais. On le prépare comme pour aller à Bordeaux dimanche prochain. Personnellement, je me mets toujours en costume avec ma cravate. Ça montre le respect pour le club adverse. Je voudrais que mes joueurs le comprennent. Il faut toujours respecter le rival quelles que soient ses qualités. C'est ma philosophie." Pas sûr que le costard suffise à repousser les mauvaises ondes qui planent au-dessus de l'OM quand il rencontre le "Petit Poucet" de la compétition...

A l'heure d'affronter l'OM sur leur pelouse, les joueurs bressans auront en tête l'élimination de 2012 en Coupe de France. Le tirage au sort avait déjà offert une opposition entre les deux équipes. Elle devait se dérouler au stade Geoffroy-Guichard. Mais les conditions météorologiques à Saint-Etienne avaient obligé la FFF à inverser la rencontre. Se disputant finalement à Marseille, le match fut facilement remporté par l'OM (3-1). Cette fois, Bourg-en-Bresse veut jouer sa chance à fond. Il aura l'appui de son public et l'opportunité d'affronter une équipe olympienne décimée sur le plan offensif.

Sarr : "Tout est jouable..."

Ce déplacement dans l'Ain se fera sans Romain Alessandrini, Abdelaziz Barrada, Georges-Kevin Nkoudou, tous blessés. Lassana Diarra, ménagé, restera aussi à Marseille. Et Steve Mandanda laissera sa place dans le but à Yohann Pelé. Autant dire que le 10e de Ligue 2 a un bon coup à jouer face au 9e de Ligue 1. Bouna Sarr, annoncé titulaire pour cette rencontre, ne cache pas qu'il redoute cette confrontation déséquilibrée sur le papier, moins dans la réalité.

Bouna Sarr (OM Marseille)

Bouna Sarr (OM Marseille)Panoramic

"On sait que Marseille est attendu sur tous les terrains, encore plus contre ce genre d'équipe, explique l'ancien Messin. Il va falloir aller chercher la victoire. Il n'y a pas d'autre issue à cette rencontre. Les matchs de Coupe ont une saveur particulière. Tout est jouable. Aussi bien pour nous que pour eux. Ils ont cette motivation supplémentaire. Et puis ils ont réussi à éliminer Brest, Nancy et Nantes aux tours précédents. Ce n'est pas un hasard s'ils en sont là..."

Souvent torpillé ces dernières saisons par des petits navires, l'OM n'aime pas entrer dans une compétition couperet. Il en sort souvent très vite. Sur les cinq dernières éditions de la Coupe de France, le club olympien a été éliminé deux fois au stade des 32e de finale. En Coupe de la Ligue, l'OM sort une fois sur deux dès son premier tour de la compétition. Ces statistiques pourraient être encore plus marquées si le club marseillais n'avait pas réussi à s'en sortir face à Trélissac en 2010 (victoire 2-0), devant Besançon en 2009 (1-1, 5 t.a.b 4) ou contre Cambrai en 2007 (1-4, ap.). Quelque soit la manière, les Marseillais veulent absolument éviter la buche avant Noël...

De notre correspondant à Marseille, Vincent Bantit

0
0