AFP

Coupe de la Ligue : un Bordeaux d'attaque s'impose contre Lorient (2-0) et file en demi-finale

Avec sa jeune garde, Bordeaux continue d'aller de l'avant et s'offre une demi-finale

Le 12/01/2016 à 23:24

COUPE DE LA LIGUE - Les Girondins de Bordeaux se sont logiquement imposés face à Lorient grâce à des buts de Plasil (44e) juste avant la pause, et Paye (c.s.c. 56e) peu après. Les voilà à deux victoires d'une place en Coupe d'Europe la saison prochaine.

Bordeaux continue sa série. Invaincus depuis sept rencontres, toutes compétitions confondues, les hommes de Willy Sagnol ont ajouté un huitième match à leur compteur. Logiques vainqueurs de Lorient lors du premier quart de finale de la Coupe de la Ligue (2-0), mardi soir, les Bordelais ont signé un succès important dans leur quête de renouveau. En plein coeur d'une saison bien moribonde en championnat (le club est 12e avec 26 points après 20 journées), cette demi-finale de coupe arrive à point nommée.

Portés par l'ouverture du score de Jaroslav Plasil, opportuniste pour ouvrir le score juste avant la pause (44e), les Girondins ont dominé la quasi-intégralité de cette rencontre. Seuls quelques trous d'air et un Lorient plus inspiré en fin de rencontre sont venus secouer la machine bordelaise, bien inspirée. Pas très à l'aise après le retour des vestiaires, Lorient a même aidé son adversaire à enfoncer le clou grâce à un but malheureux de Pape Paye, qui a détourné maladroitement un corner d'Adam Ounas (56e).

Avec ses jeunes, un Bordeaux tourné vers l'avant

Hormis une occasion franche sauvée par Cédric Carrasso (6e), face au même Pape Paye, Lorient n'a pas trop existé pendant les 75 premières minutes de cette rencontre. Plus inégal que Bordeaux, le club breton a tenté de faire mal en contre mais sans jamais réellement trouver la justesse technique pour se montrer dangereux. Et c'est finalement le coaching d'un Sylvain Ripoll bien désabusé qui a remis en selle cette équipe. Les entrées de Moryké Fofana (65e), Yann Jouffre (70e) et Raphaël Guerreiro (75e) ont donc permis à Lorient de se montrer menaçant et assez déroutant lors du dernier quart d'heure. Mais en face, il y avait un Cédric Carrasso, qui a mis Valentin Lavigne (61e) et Benjamin Jeannot en échec (89e), infranchissable.

La prestation du capitaine bordelais, exemplaire et décisif, est à souligner, tout comme celles de ses coéquipiers. Malgré deux coups de moins bien à chaque fin de mi-temps, les Girondins ont toujours voulu aller vers l'avant mardi soir. Bien dirigés par les jeunes Adam Ounas, Enzo Crivelli, Valentin Vada (entré en seconde période) et un Jaro Plasil bien inspiré, les Bordelais ont signé une belle copie. Et surtout montré une image à l'exacte opposée de leurs sorties de 2015. Même la charnière centrale composée de Cédric Yambéré et Frédéric Guilbert, complémentaires et volontaires, a tenu le choc. C'est dire si ce Bordeaux, amoindri par le départ d'Henri Saivet et la probable sortie de Lamine Sané, a des ressources. A eux de confirmer ça maintenant.

0
0