AFP

Les tirs au but, boulet statistique de l'OL et surtout "problème de mental" selon Aulas...

Les tirs au but, boulet statistique de l'OL et surtout "problème de mental" selon Aulas...

Le 15/12/2016 à 09:42Mis à jour Le 15/12/2016 à 09:55

COUPE DE LA LIGUE - Eliminé par Guingamp (2-2, tab: 3-4) mercredi soir, en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue, l'Olympique Lyonnais a fauté lors de la séance fatidiques des tirs au but. Un problème avant tout de mental, selon son président.

"Les tirs au but, c'est toujours une loterie." Tous les poncifs du ballon rond ne se valent pas et ce dernier, si l'on se place du point de vue de l'Olympique Lyonnais, a de quoi être sérieusement remis en question.

Mercredi soir, le club de Jean-Michel Aulas a été sorti de la Coupe de la Ligue par Guingamp aux tirs au but (2-2, tab : 3-4), faisant grossir une statistique peu flatteuse dans cet exercice. Dans son histoire, l'OL a désormais perdu 18 des 24 séances qu'il a disputées. Si l'exercice était réellement un jeu de hasard, le club rhodanien pourrait sans problème arguer qu'il n'est pas très heureux. On vous rassure, ce n'est pas le discours qui a été tenu à l'issue du revers face aux Bretons.

" Nous n'avons pas été bons""

"Nous sommes très déçus et frustrés. Nous n'avons pas été bons, a asséné Jean-Michel Aulas après le match. Nous n'avons pas eu le mental nécessaire pour aller chercher cette qualification alors qu'il aurait fallu l'avoir. Nos deux meilleurs joueurs ont manqué leur tir au but et cela démontre que nous ne sommes pas au niveau sur le plan mental." Le mot est lâché. Et plutôt deux fois qu'une.

Face à la formation d'Antoine Kombouaré, celle de Bruno Génésio a donc manqué selon son président de cette valeur morale souvent primordiale dans le football. On notera l'ironie qui consiste à associer Mathieu Valbuena (l'un des deux joueurs cités par "JMA" avec Nabil Fekir) à cette carence, lui à qui l'on reconnaît d'innombrables défauts depuis l'entame de sa carrière mais pas vraiment une absence de mental. Mercredi soir, outre une prestation globale de bonne facture, le meneur tricolore avait d'ailleurs égalisé une première fois pour les Gones… sur une passe de Fekir.

Mathieu Valbuena (OL).

Mathieu Valbuena (OL).AFP

Génésio et le manque d'efficacité

D'autres raisons ont alors été avancées par les membres du staff lyonnais pour expliquer cette "déception". Il n'était toujours pas question de malchance ou de hasard dans les paroles de l'entraîneur Bruno Génésio, mais d'un problème bien concret. "Dans les matches, il faut être efficace dans les deux surfaces. C'est ce qui nous manque pour être plus régulier et plus proches des grandes équipes", a analysé le technicien rhodanien, sans utiliser les mêmes mots que son président.

Ce dernier, qui aime jouer avec, pourrait toutefois rétorquer que l'efficacité, le réalisme dans les surfaces ce n'est justement rien d'autre que la résultante d'un bon mental. Etre réaliste face au but ou efficace sur un geste défensif crucial requiert le même sang-froid, la même capacité à oublier la pression que lors d'une séance de tirs au but. A cet égard, l'OL échappera difficilement à son autocritique, d'autant plus après une sortie de route prématurée au sein d'une compétition qui présentera sa finale… à Lyon.

0
0