Panoramic

Coupe de la Ligue : Doublure de Cavani ? Ben Arfa a tout intérêt à s'y faire…

Doublure de Cavani ? Ben Arfa a tout intérêt à s'y faire…

Le 24/01/2017 à 07:27

COUPE DE LA LIGUE - Régulièrement utilisé en pointe depuis le début de l'année 2017, Hatem Ben Arfa semble parti pour être la doublure d'Edinson Cavani jusqu'à la fin de la saison au PSG, qui se déplace à Bordeaux mardi en demi-finale de la Coupe de la Ligue (21h00). Un rôle que l'ancien Niçois a tout intérêt à accepter tant la concurrence est forte sur les autres postes de l'attaque.

Face à Bordeaux, l'attaquant de pointe du PSG se nommera peut-être Hatem Ben Arfa. C'est même l'option la plus probable si Unai Emery décide de préserver Edinson Cavani avant le choc de Ligue 1 dimanche face à Monaco. Car l'ancien Niçois est bien le premier choix de l'entraîneur parisien pour doubler le poste d'avant-centre occupé par le Matador. HBA n'était pas vraiment attendu dans ce rôle au moment de sa signature l'été dernier. Mais il doit l'assumer. Car c'est vraisemblablement sa seule option aujourd'hui pour trouver du temps de jeu à Paris.

Un choix d'Emery

Ben Arfa aligné en pointe, c'était déjà le cas durant la préparation estivale du PSG. Mais davantage par la force des choses. Edinson Cavani avait repris plus tard que le reste de l'effectif après avoir disputé la Copa America. Tout comme Jean-Kévin Augustin, sollicité durant l'Euro U19. Zlatan Ibrahimovic parti à Manchester United, Emery n'avait plus d'avant-centre de métier dans son effectif. C'est ce qui l'avait poussé à aligner Ben Arfa à ce poste lors de plusieurs matches de préparation, et même lors du Trophée des champions remporté face à Lyon (4-1).

Buteur à cette occasion (son seul but avec le PSG jusqu’à maintenant), Ben Arfa avait de nouveau été titularisé en pointe pour l'ouverture du championnat à Bastia (0-0). Sans que cela soit une réussite. Par la suite, il avait été utilisé dans un rôle auquel il est davantage habitué, en soutien de l'attaquant ou sur un côté. HBA n'a retrouvé ce poste d'avant-centre que depuis le début de l'année civile. Titulaire, et auteur de deux passes décisives, face à Bastia (7-0), il est ensuite entré en jeu face à Metz en Coupe de la Ligue (2-0), puis Rennes (0-1) et Nantes (0-2) en championnat. Pour occuper à chaque fois la pointe de l'attaque.

Hatem Ben Arfa face à Bastia

Hatem Ben Arfa face à BastiaPanoramic

A dix jours de la fin du mercato, la tendance de voir Ben Arfa tenir ce poste au PSG jusqu'à la fin de la saison prend toujours plus d'ampleur. Parce que Paris n'a toujours pas recruté un autre avant-centre pour compenser une éventuelle blessure de Cavani. Et parce que Jean-Kévin Augustin, l'autre attaquant de pointe de métier de l'effectif parisien avec l'Uruguayen, ne fait plus partie du groupe d'Emery depuis le début de l'année civile, même s'il n'a pas été transféré et qu’il refuse a priori de quitter Paris cet hiver. L'entraîneur espagnol semble ainsi avoir fait le choix d'installer Ben Arfa comme doublure d'Edinson Cavani. Et HBA n'a pas vraiment d'autre option que de l'accepter.

Son meilleur atout face à la concurrence

Si Ben Arfa doit trouver un peu de temps de jeu à Paris, c'est bien à ce poste. Déjà parce que le système en 4-3-3 le plus souvent utilisé par Emery limite les places en attaque. Aussi parce que la concurrence s'est encore renforcée avec l'arrivée de Julian Draxler, déjà très influent sur l'animation offensive parisienne. Sur les côtés, entre l'Allemand, Lucas, Angel Di Maria, voire Jesé, Blaise Matuidi ou Christopher Nkunku, et éventuellement Javier Pastore - s'il revient un jour de blessure -, il y a abondance de biens pour Emery. Dans l'axe, beaucoup moins. Et ça peut faire le jeu de l’ancien Niçois.

Edinson Cavani et Hatem Ben Arfa

Edinson Cavani et Hatem Ben ArfaAFP

A défaut d'être une pointe, HBA est peut-être le plus qualifié pour doubler Cavani à ce poste parmi tous les éléments offensifs de l'effectif parisien. Plus que les autres, il a ce profil de "faux neuf" capable de faire la différence sur sa qualité de dribble et son instinct à l'approche de la zone de vérité, pour la passe ou pour le but. S'il avait du mal à s'exprimer dans ce rôle en début de saison, Ben Arfa y est de plus en plus performant en 2017. Parce qu'il est dans une meilleure forme physique, mais aussi parce qu'il commence à intégrer les exigences de ce poste.

Ben Arfa semble ainsi accepter pleinement le rôle que lui a assigné Emery. "Ce rôle me convient, il n’y a aucun problème, assurait-il après la victoire à Nantes. Je n’ai pas l’habitude, ce n’est pas mon poste et je n’ai pas le niveau de Cavani, mais je progresse. Le coach pense que je peux jouer à ce poste et me fait progresser avec ses consignes. Si je peux apporter à l’équipe à ce poste ou à un autre, je le fais avec plaisir." C'est dans son intérêt. Car, si HBA doit avoir l'impact sur le PSG qu'il n'a pas eu durant la première moitié de la saison, cela passe vraisemblablement par sa capacité à être performant en pointe.

0
0