Panoramic

Coupe de la Ligue - Nancy : Dia, pari risqué mais gagnant

Dia, pari risqué mais gagnant
Par AFP

Le 24/01/2017 à 18:41Mis à jour Le 24/01/2017 à 18:44

COUPE DE LA LIGUE - Nancy comptera beaucoup sur Issiar Dia pour tenter de réaliser l'exploit à Monaco mercredi, en demi-finale (21h00). L'ASNL ne s'est pas trompée en faisant revenir l'attaquant sénégalais. Alors que le pari semblait risqué.

"Sans lui faire injure, avec lui, on a joué une pièce", résume le président Jacques Rousselot. Pari gagné: de retour à Nancy l'été dernier six ans après son départ pour la Turquie, l'attaquant sénégalais Issiar Dia s'est relancé, surpassant confiance amaigrie et kilos superflus.

En juillet 2010, les dirigeants lorrains avaient tout tenté pour le conserver, en vain: après quatre saisons passées à Nancy, club qui l'avait révélé, Dia s'envolait pour Fenerbahçe. En juillet dernier, l'ex-international sénégalais de 29 ans faisait son retour et apparaît aujourd'hui dans la tête de l'entraîneur Pablo Correa comme un titulaire indiscutable sur les côtés. "Quand j'ai quitté Nancy, j'avais de gros clubs français sur moi. Mais je voulais aller à l'étranger. La Turquie pour le côté sportif, ferveur, ambitions. Deux ans plus tard, le Qatar. Financièrement, ça ne se refusait pas", avoue Dia.

Issiar Dia

Issiar Dia Eurosport

Dans le Golfe, ce petit gabarit (1,73 m) va disputer à peine 70 rencontres en trois saisons et demi. Un prêt de six mois au Gazélec Ajaccio ne lui permettra pas de retrouver la confiance qui, petit à petit, s'était étiolée depuis son départ de Lorraine. "Mon retour à l'ASNL, c'est parti de Youssouf (Hadji, son ami et coéquipier, ndlr). On se téléphonait régulièrement. Il m'a dit que Nancy allait être champion (!), de retour en L1. Il m'a demandé pourquoi je ne reviendrais pas à la maison", se souvient le numéro 10 nancéien.

Dia contacte le président Jacques Rousselot, puis Correa. Le Sénégalais revient s'entretenir au centre de formation Michel Platini avec 8 kilos de trop mais beaucoup d'envie et de certitudes. "Je lui ai dit: 'Viens, on voit, on discute, on essaie de s'entendre et après on verra'", raconte le technicien uruguayen. Les semaines passent, le temps pour Dia de discuter avec d'autres clubs français, et belges. Le temps de maigrir, aussi.

"Guerre pour ses 4 kilos de trop"

"Pablo m'a dit de tout oublier et de penser à m'amuser. J'ai dit OK", précise le joueur qui s'engage pour une saison avec seulement 4 kilos perdus. Pari gagné: à mi-saison, il a joué 15 matches, marqué 3 buts et reconquis en quelques coups de reins le public de Marcel-Picot. "On le savait talentueux quand il était parti mais on ne sait jamais les conditions dans lesquelles un joueur s'entretient quand il part dans des pays exotiques", estime Rousselot.

Pablo Correa et Issiar Dia

Pablo Correa et Issiar DiaPanoramic

Dia accepte un "sacrifice financier conséquent" mais retrouve rapidement ses repères, ses amis et notamment Hadji et Michaël Chrétien, avec lesquels il a disputé l'Europa League en 2007-08. "Pablo, il est comme Gerets que j'ai eu au Qatar: il sait pour chaque joueur comment lui parler, quoi lui dire", dit encore Dia qui a aussi retrouvé sa ville, et "un loft pour vivre tranquille avec la famille (il est marié et papa d'un garçon, ndlr)".

Le feu-follet de l'ASNL, qui s'estime "moins fou-fou dans la vie et plus mature dans le jeu", ne se voit pas forcément finir sa carrière à Nancy. Son entraîneur, qui lui fait "la guerre pour ses 4 kilos de trop", aimerait pourtant l'inscrire dans un projet à long terme. Le président a entamé des négociations pour tenter de le prolonger. Pas sûr néanmoins que le club au chardon réussisse cette fois à conserver Dia au-delà du mois de juin. Dans ce cas, la porte resterait, encore, grande ouverte. Pour plus tard.

0
0