Getty Images

Chili - Allemagne : Leon Goretzka, le "petit" prodige a déjà gagné

Goretzka, le "petit" prodige a déjà gagné

Le 01/07/2017 à 20:53Mis à jour Le 01/07/2017 à 20:59

COUPE DES CONFEDERATIONS - Alors que l'Allemagne retrouve le Chili dimanche en finale de la compétition qui se déroule en Russie (20H00), Leon Goretzka a, lui, déjà réussi son tournoi. Pour le plus grand plaisir de la Mannschaft.

"L'objectif de ce tournoi n'est pas le résultat. C'est le développement." Avant le coup d'envoi de cette Coupe des confédérations 2017, Joachim Löw avait expliqué son choix d'emmener une équipe B en Russie. Délestée de nombreux joueurs cadres, la Mannschaft caressait l'idée de former les internationaux de demain. A ce titre, Leon Goretzka est un exemple de réussite.

A l'image de Lukas Podolski ou Bastian Schweinsteiger, deux joueurs cités par Löw comme ayant su s'épanouir lors de la Coupe des confédérations 2005, Goretza (se) régale ces derniers jours. Le milieu de terrain de Schalke 04 a disputé trois des quatre matches de l'Allemagne, il a marqué trois fois et s'est montré franchement à son avantage dans un secteur-clé.

Vidéo - Pour Draxler, cette Allemagne "n'est pas une équipe B"

00:48

Des buts, des déviations et de l'audace

Meneur de jeu de formation, le joueur de 22 ans s'est baladé lors de ce tournoi dans l'entrejeu allemand, passant du simple relais au milieu à l'équipier utile de l'excellent Timo Werner en attaque (trois buts aussi). Avant de retrouver le Chili dimanche en finale, Leon Goretzka a déjà su exprimer ses qualités de frappes (il marque l'un de ses deux buts en demi-finale depuis l'extérieur de la surface), sa protection du ballon ou encore son envie d'aller vite : ses déviations sans contrôle en sont de bons exemples.

Autre symbole de la "philosophie Goretzka" : la volonté du joueur de souvent se projeter vers l'avant. Que ce soit contre l'Australie (3-2) en phase de poules ou contre le Mexique jeudi (4-1), le "petit" prodige d'1m89 a souvent bien lu les positionnements adverses pour s'engouffrer dans les espaces. C'est cette vision du jeu qui a poussé Emmanuel Petit au jeu des comparaisons sur SFR Sport, Goretzka lui rappelant son ancien partenaire à Chelsea Frank Lampard. Joli compliment.

De telles prestations ont évidemment participé au bon parcours de la Mannschaft lors de ce tournoi pré-Mondial 2018 (également prévu en Russie). Elles sont doublement bénéfiques pour Goretzka puisqu'elles tendent à prouver que le joueur est capable de hausser son niveau de jeu ou de gérer la pression d'une compétition internationale, même minime.

Vidéo - La finale ne change rien pour Löw : "Ce qui compte, c'est le Mondial"

01:15

Indécente concurrence

Il est bien sûr trop tôt pour faire du jeune meneur un futur participant à la Coupe du monde, mais son été 2017 ressemble à coup sûr à une vraie victoire, quelle que soit l'issue de la finale dimanche. Avec Goretzka, Joachim Löw a observé exactement ce qu'il attendait : un joueur relâché, compétent et fiable.

Il faudra au moins ça pour perdurer dans une équipe qui regorge d'immenses talents. Outre Emre Can, qui participe aussi à ce tournoi, Leon Goretzka devra composer avec la concurrence de Toni Kroos, Sami Khedira et Julian Weigl pour se faire une place parmi les 23 Allemands, voire à celle de Joshua Kimmich et Ilkay Gündogan. Le joueur aux 8 sélections en prend toutefois le chemin depuis un an.

Testé par Löw en 2014 avant le Mondial et lancé dans le grand bain ces derniers mois en éliminatoires (San Marin) et en amical (Italie, Danemark), Goretzka a vécu une saison pleine. Epargné par les blessures avec Schalke 04, pour la première fois en quatre ans, le joueur de 22 ans a enfin pu prendre son envol. Ce n'est pas étonnant si son nom a été associé aux rumeurs de transfert du côté du Bayern Munich. Choix de carrière, régularité, bonne santé, voilà trois éléments qui pourraient prolonger (ou non) la belle ascension de ce grand espoir du football allemand.

Joachim Löw félicite Leon Goretzka après son match plein contre l'Australie.

Joachim Löw félicite Leon Goretzka après son match plein contre l'Australie.Getty Images

0
0