Getty Images

Coupe des confédérations : un an plus tard, le Portugal a "bien" changé

Un an plus tard, le Portugal a "bien" changé

Le 17/06/2017 à 23:03

COUPE DES CONFEDERATIONS - Alors que le Portugal affronte le Mexique, dimanche (17h00), pour son premier match dans la compétition, l’équipe de Fernando Santos devra assumer son étiquette de championne d’Europe en titre. Ce qu’elle fait plutôt bien depuis un an.

La finale France - Portugal (0-1, a.p.) du dernier Euro 2016 ne restera pas dans les annales du football, loin s’en faut, à cause d'un triste niveau de jeu et d'une audace qui s’était fait la malle d’un côté comme de l’autre. Onze mois plus tard, la sélection encore dirigée par Fernando Santos a quelque peu évolué. Une métamorphose pas forcément indispensable, si bien sûr l’on est un partisan de la dictature du résultat, mais qui apparaît fortement utile à plusieurs titres.

Plus de buts… avec un vrai buteur

On le sait, le Portugal a remporté le dernier Euro avec labeur, sans forcément être brillant offensivement. Un trait de jeu assumé mais qui tend à évoluer depuis, avec l’arrivée de nouveaux talents. A commencer par celui d’André Silva. Le nouvel attaquant de l’AC Milan (21 ans), qui n’était pas de l’aventure lors du tournoi de l’an passé, a depuis fait ses gammes avec la Selecçao. En huit sélections, l’ancien Dragon du FC Porto a déjà inscrit 7 buts. Dans le même temps, le Portugal a lui aussi connu une réussite impressionnante dans cet exercice avec 22 buts marqués en 6 matches éliminatoires du Mondial 2018 (plus 11 en 3 matches amicaux). A titre de comparaison, il en avait marqué 9 en 7 rencontres à l’Euro. Même si le niveau de jeu des adversaires rencontrés pèse dans la balance, posséder un avant-centre de métier et performant joue également.

André Silva et Cristiano Ronaldo en sélection du Portugal.

André Silva et Cristiano Ronaldo en sélection du Portugal.Getty Images

Du renouveau sur les ailes

Autre bonne nouvelle pour les champions d’Europe, l’émergence de joueurs offensifs sur les côtés. Alors que les historiques Nani et Ricardo Quaresma n’ont pas toujours eu le rendement escompté en sélection, eu égard à de (trop ?) grandes attentes, du sang neuf permet aujourd’hui de renouveler ce secteur grâce à Gelson Martins (22 ans, Sporting Lisbonne) et Bernardo Silva (22 ans, Manchester City). Absents eux aussi du dernier Euro, Martins et Silva font désormais partie des plans de Santos, même si l’ancien Monégasque tarde un peu à prendre son envol. Moins dynamiteur-dribbleur que son jeune compère, le nouveau Citizen peut débloquer une partie grâce à sa technique et ses passes décisives : une arme qui manquait quelque peu ces dernières années à la Selecçao.

Gelson Martins (à g.), toutes enjambées en amical contre la Suède.

Gelson Martins (à g.), toutes enjambées en amical contre la Suède.Getty Images

Un an d’expérience en plus

En un an, de nouvelles décisions peuvent être prises. Simultanément, certaines certitudes perdurent. La colonne vertébrale qui a participé au succès du Portugal en France, par exemple, continue d’officier depuis onze mois et de peaufiner toujours un peu plus ses automatismes. Cristiano Ronaldo est plus que jamais le joueur décisif qui porte sa sélection (11 buts en éliminatoires), la défense Pepe-José Fonte rassure dans l’axe alors que William Carvalho et André Gomes font eux figures de joueurs fiables pour Fernando Santos au milieu du terrain. Même si elle a connu un faux pas d’entrée contre la Suisse (2-0), l’actuel leader du groupe B, la sélection portugaise réalise une campagne de qualification impressionnante (5 victoires de suite depuis, 22 buts marqués, 1 seul encaissé). La Coupe des confédérations arrive à point nommé pour donner du relief à cette performance.

Renato Sanches a disparu

Ce n’est pas forcément l’aspect le plus "positif" mais il vient, à sa manière, traduire l’actualité radieuse du Portugal. Renato Sanches, joueur important du Portugal lors du sacre à l’Euro, a totalement disparu de la circulation. Lors des 9 matches qui ont suivi la finale du 10 juillet dernier (il y a eu trois amicaux), le joueur du Bayern Munich n’a été titularisé qu’une seule fois : lors de la rencontre amicale perdue à domicile contre la Suède (2-3). Il est aussi entré à la 87e du match de qualification contre la Lettonie (4-1). Et c’est tout. La Coupe des confédérations n'est d'ailleurs pas au programme pour l'ancien Lisboète, lui qui a été laissé à disposition des sélections jeunes en vue de l'Euro Espoirs. Si le milieu à tout faire (20 ans en août) paye évidemment son manque de temps de jeu sous Carlo Ancelotti la saison passée, cela en dit long, aussi, sur l’état de confiance affiché par Fernando Santos et la Selecçao.

Renato Sanches et Fernando Sanches lors de la finale France - Portugal du dernier Euro.

Renato Sanches et Fernando Sanches lors de la finale France - Portugal du dernier Euro.Getty Images

0
0