AFP

Costa Rica - Grèce (1-1, 5-3 aux t.a.b.): Le Costa Rica est qualifié pour les quarts de finale

Le Costa Rica s'invite à la table des géants

Le 30/06/2014 à 00:56Mis à jour Le 30/06/2014 à 01:22

Le Costa Rica s'est qualifié pour les quarts de finale du Mondial après avoir éliminé le Grèce à l'issue de la séance des penalties (1-1, 5-3 aux t.a.b), dimanche, à Recife. C'est la première fois de leur histoire que les Ticos atteignent ce stade de la compétition. Ils y retrouveront les Pays-Bas, samedi prochain.

Il ne pouvait rien arriver au Costa Rica. Malgré l’exclusion d’Oscar Duarte (66e) et l’égalisation de Sokratis Papasthathopoulos au bout de la seconde période (90e+1), pour répondre à l’ouverture du score de Bryan Ruiz (52e), les Ticos ont arraché dimanche à Recife une qualification historique pour les quarts de finale de la Coupe du monde aux dépens de la Grèce (1-1, 4-3 tab).

Héroïque dans le jeu, Keylor Navas a envoyé son équipe au tour suivant en repoussant le penalty de Theofanis Gekas lors de la séance de tirs au but. Dominateurs dans cette rencontre, les Grecs ont buté sans cesse sur un gardien en état de grâce et pourront nourrir de gros regrets. Après s’être extirpés invaincus du groupe de la mort au premier tour, les Costariciens poursuivent leur incroyable parcours et disputeront samedi prochain le tout premier quart de finale de leur histoire en Mondial, face aux Pays-Bas à Salvador (22h00).

Duarte logiquement expulsé

Le Costa Rica s’est sorti du piège grec, qui se refermait lentement sur lui. Il n’a pourtant pas reproduit le niveau de football qui lui avait permis d’éblouir les observateurs lors de la phase de poules. Il a ouvert le score sur sa seule frappe cadrée du match, signée de son capitaine Ruiz (1-0, 52e). Dans la foulée, il aurait dû bénéficier d’une balle de 2-0, si l’arbitre de la rencontre avait vu la main de Vasileos Torosidis (53e). Au-delà de ça, les Ticos n’ont pas montré grand-chose et ont souffert pour imposer leur jeu dans leur 5-4-1 traditionnel. Ils ont résisté tant bien que mal, surtout après le rouge infligé logiquement à Duarte, pour deux avertissements indiscutables.

Un fait de jeu qui n’a fait qu’accentuer la supériorité des Grecs dans tous les domaines. Les Hellènes se sont procurés les meilleures opportunités de la partie et ont fini par être récompensés de leur persévérance dans les arrêts de jeu. Navas était sur le coup pour repousser la première tentative de Gekas, mais il a dû s’incliner sur la reprise de Papastathopoulos (1-1, 90e+1). Ce qui n’a pas empêché le gardien de Levante, annoncé partant pour Porto, de continuer d’accomplir des miracles. Il avait déjà réalisé une parade exceptionnelle devant Dimitrios Salpingidis en première période (37e) et s’est démultiplié après l’égalisation pour maintenir son équipe dans le match. Il s’est opposé à deux reprises à Konstantinos Mitroglou, à des moments clés (90e+3, 120e+1). Il a enfin repoussé le tir au but de Gekas, le seul manqué dans cette séance étouffante. Pour permettre au Costa Rica de poursuivre son rêve que personne ne semblait possible il y a trois semaines.

0
0