Eurosport

Suarez, Cissé, Coleman... do Brasil

Suarez, Cissé, Coleman... do Brasil

Le 07/04/2014 à 11:33

Pour patienter jusqu’à la Coupe du monde, nous désignons chaque lundi les trois joueurs ayant réalisé les gestes les plus "brésiliens". Cette semaine, Djibril Cissé, Luis Suarez et Seamus Coleman sont nos préférés du week-end.

Luis Suarez

A West Ham, Liverpool a gagné (1-2), Suarez n’a pas marqué - fait suffisamment rare pour être souligné - mais Suarez a régalé. Irrésistible en ce moment, l’Uruguayen a provoqué un penalty et surtout signé deux gestes de classe. Dès le début du match, à la suite d’une touche côté gauche, le meilleur buteur de Premier League (29 buts) élimine son adversaire d’un crochet extérieur puis tente un amour d’"enroulé piqué" du pied droit. Sur la barre. Malheureusement. Au retour des vestiaires, Luis Suarez, qui a de la suite dans les idées, remet le couvert avec une autre surface du pied, l’extérieur. A l’entrée de la surface, il reprend instinctivement une passe de Sterling. Pleine de toucher, la frappe lobée échoue là aussi sur la transversale. Magnifique. Quand même.

Où en est-il ?

A-t-on une chance de la voir à la Coupe du monde ?

Quatrième de la dernière édition avec l’Uruguay et privé de demi-finale pour une main qui avait fait couler beaucoup d’encre, Luis Suarez a le profil pour être l’une des principales attraction de la Coupe du monde. Son association avec Cavani et Forlan promet un feu d’artifice offensif. De plus, sa saison lui permettra d’arriver plutôt frais au Brésil, les Reds n’étant véritablement engagés que sur un seul tableau, le championnat. Opposé au Costa Rica et l'Italie, Luis Suarez croisera aussi l’Angleterre. Les fans de Liverpool ont coché la date (19 juin) sur leur calendrier.

Djibril Cissé

Djibril Cissé ne s'était pas encore tellement fait remarquer depuis son retour en Ligue 1. C'est désormais chose faite. Samedi soir, l'international français est sorti de sa boite et s'est rappelé aux bons souvenirs d'un championnat dont il fut le meilleur buteur à deux reprises (2002 et 2004). Sur une très longue ouverture de Romaric, l'attaquant a pris la profondeur, accéléré et, quand l’offrande est tombée du ciel, ne s'est pas posé de question. A la Djibril. A la Cissé. D'une reprise de volée croisée du droit, l'ancien joueur de Krasnodar a battu Pelé, qui n’a pas esquissé le moindre geste.

Où en est-il ?

Rentré en France durant le mercato hivernal, Djibril Cissé n'a pas connu des débuts de rêve avec Bastia, club avec lequel il n'a marqué que deux fois, en comptant son chef d'œuvre de samedi soir. A sa décharge, le joueur est arrivé blessé et été qualifié tardivement. Il a encore quelques semaines pour se remettre complètement d'aplomb et finir la saison en boulet de canon.

A-t-on une chance de le voir à la Coupe du monde ?

C'était un rêve. Plus qu’objectif réalisable d'ailleurs… Mais non, Djibril Cissé ne disputera pas sa troisième Coupe du monde, en juin prochain au Brésil. Il n'est clairement pas dans les plans de Didier Deschamps, qui possède d'autres armes offensives bien plus solides. 2002 et 2010 resteront très probablement les deux seules expériences de Cissé en Coupe du monde. Deux expériences compliquées. S'il n'avait pas été victime de cette terrible blessure en 2006, il aurait participé à l'aventure allemande. Mais avec des si…

Djibril Cisse, l'attaquant de Bastia

Djibril Cisse, l'attaquant de BastiaAFP

Seamus Coleman

Everton a balayé Arsenal (3-0) et si Seamus Coleman est mentionné ici, ce n’est pas pour un but mais pour un très bel enchaînement technique. Sur son côté droit, à 35 bons mètres du but de Szczesny, l’Irlandais est à la lutte avec Cazorla. Ce dernier, très fin technicien, moins bon défenseur, va prendre une leçon : le joueur des Toffes fait mine de revenir sur ses pas, dos au but adverse, avant de mystifier l’Espagnol d’un râteau - petit pont aux petits oignons. Coleman se paye même le luxe de faire passer le ballon derrière sa jambe d’appui. Médusé, Cazorla se contente de lever les mains au ciel. Il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire.

Où en est-il ?

Indéboulonnable arrière droit d’une équipe d’Everton qui se porte bien - 5e avec 63 points - Seamus Coleman commence à faire parler de lui outre-Manche. Vingt-neuf fois titulaire cette saison, il réalise sa saison la plus aboutie. En pleine réussite, il a inscrit 6 buts, ce qui en fait le défenseur le plus efficace du championnat. David Moyes, son ancien entraineur, est selon le Mirror bien décidé à le faire rallier Manchester. Il aurait déjà transmis une offre de 18 millions d’euros.

A-t-on une chance de la voir à la Coupe du monde ?

Pour le Mondial, il faudra au moins attendre jusqu’en 2018. Tombés dans un groupe relevé avec l’Allemagne et la Suède, les Irlandais n’ont pas fait le poids lors des éliminatoires.

0
0