Getty Images

A neuf mois du Mondial, voici les 23 Bleus qui devraient aller en Russie

A neuf mois du Mondial, ces 23 Bleus sont en pole pour aller en Russie
Par Eurosport

Le 11/10/2017 à 19:40Mis à jour Le 11/10/2017 à 20:04

COUPE DU MONDE 2018 - La rédaction d’Eurosport.fr a établi une liste de 23 joueurs qui ont le plus de chances de faire partie du groupe de Didier Deschamps lors du Mondial en Russie dans neuf mois.

En préambule, voici quelques explications sur la manière dont la rédaction d'Eurosport.fr a procédé pour établir cette liste. Il a notamment fallu prendre en compte quelques paramètres :

Le schéma : On a opté pour un 4-4-2, avec deux milieux offensifs ou ailiers excentrés. Pour cette raison, il a été décidé de n'intégrer que cinq milieux défensifs ou relayeurs dans la liste. Et sept attaquants.

Les blessures : On estime que Benjamin Mendy, absent jusqu'au printemps, sera trop juste pour le Mondial. Il ne fait donc pas partie de la liste. Contrairement aux autres blessés actuels (Dembélé, Koscielny, Pogba).

Le cas Benzema : C’était le cas le plus épineux. Ses performances sportives et son talent ne se discutent pas. Sa place dans le groupe davantage. C'est la raison pour laquelle il ne fait pas partie de cette liste, qui rassemble les 23 les plus "probables".

Gardiens

  • Hugo Lloris (30 ans, 94 sélections, Tottenham)

C'est le numéro un au poste, le capitaine de cette sélection et l'un de ses cadres les plus importants. Lloris est le gardien titulaire des Bleus dans toutes les compétitions internationales depuis le Mondial 2010. Il n'y a aucune raison que cela change en Russie.

  • Steve Mandanda (32 ans, 24 sélections, Marseille)

La doublure attitrée de Lloris. Une situation qui n'est pas des plus reluisantes mais Steve Mandanda s'en est toujours accommodé jusqu'ici. Ce n'est pas le seul avantage présenté par le gardien marseillais, également très performant avec l'OM.

  • Alphonse Areola (24 ans, 0 sélection, PSG)

Il s'installe petit à petit comme le numéro trois français dans la hiérarchie des gardiens. Une position qui devrait être consolidée par son statut de titulaire au PSG depuis le début de la saison. Areola est jeune et incarne l'avenir au poste. Qu'il soit dans le groupe en Russie semble logique.

Hugo Lloris lors de France - Pays-Bas

Hugo Lloris lors de France - Pays-BasGetty Images

Défenseurs

  • Djibril Sidibé (25 ans, 14 sélections, Monaco)

Il s'est détaché parmi les latéraux à droite, malgré des performances parfois inconstantes à Monaco comme chez les Bleus. Sidibé reste cependant l'option la plus crédible à un poste où la concurrence a rarement été aussi faible.

  • Christophe Jallet (33 ans, 14 sélections, Nice)

Ce n'est pas forcément le meilleur au poste, et Sébastien Corchia a certainement plus de potentiel. Mais Jallet a un vécu important et il est installé dans ce groupe, où il est apprécié. Un choix par défaut mais, encore une fois, c'est le manque de concurrence qui le guide.

  • Layvin Kurzawa (25 ans, 9 sélections, PSG)

C'est le numéro deux dans la hiérarchie actuelle au poste d'arrière gauche, mais il pourrait être le numéro un en Russie selon l'évolution de la blessure de Mendy. Régulièrement critiqué, Kurzawa n'en est pas moins le titulaire au poste au PSG où il est confronté au plus haut niveau. Ça pèse.

Layvin Kurzawa, France, 2017

Layvin Kurzawa, France, 2017Getty Images

  • Lucas Digne (24 ans, 19 sélections, FC Barcelone)

Un choix par défaut, en considérant donc que Mendy sera trop juste pour le Mondial. Digne est habitué au statut de réserviste chez les Bleus mais il a prouvé en Bulgarie que la France pouvait compter sur lui en cas de besoin, même s'il a un temps de jeu réduit à Barcelone.

  • Raphael Varane (24 ans, 39 sélections, Real Madrid)

Vice-capitaine, taulier de la sélection et déjà avec une expérience internationale conséquente. Varane est un indéboulonnable, pas de discussions là-dessus. Rapide, bon relanceur, bonne détente et parfois buteur, il ne pouvait pas être écarté.

  • Laurent Koscielny (32 ans, 49 sélections, Arsenal)

Un roc. Rarement décevant avec les Bleus, auteur d’un Euro magnifique et combattant hors-norme, Koscielny aussi est indiscutable. Agressif dans le bon sens du terme, rugueux au duel et expérimenté, il présente tous les gages de sûreté. Taulier s’il en est.

  • Samuel Umtiti (23 ans, 12 sélections, FC Barcelone)

Il y a un an et demi, Umtiti n’était (presque) personne en sélection. Depuis ? Il a explosé lors de l’Euro 2016, notamment contre l’Allemagne, et a prouvé au Barça qu’il avait l’étoffe nécessaire. Mieux qu’un deuxième choix, son profil de relanceur/anticipateur se complète parfaitement avec les autres défenseurs.

  • Presnel Kimpembe (22 ans, 0 sélection, Paris Saint-Germain)

Des quatre défenseurs centraux, il est le dernier dans la hiérarchie. Logique tant son ascension fulgurante avec le PSG, débutée la saison passée, est encore fraîche. Mais, mis dans le bain des grands matches rapidement, il a prouvé qu’il avait les épaules pour assumer. Gaucher et dur sur l’homme, il permet un équilibre au niveau des pieds forts dans cette charnière.

Samuel Umtiti

Samuel UmtitiGetty Images

Milieux

  • Paul Pogba (24 ans, 49 sélections, Manchester United)

Son immense talent laisse parfois un goût d'inachevé lorsque ses prestations ne sont pas abouties. Il n’empêche, sa qualité technique, son impact physique et sa capacité à changer les matches sur un éclair en font un membre à part entière de ce groupe France. Et du onze titulaire.

  • N'Golo Kanté (26 ans, 20 sélections, Chelsea)

Il est devenu indispensable. Sans lui, les Bleus manquent d’oxygène. Énorme avec Chelsea, il est essentiel à cette équipe de France. Son profil de gratteur de ballons avec une capacité de projection et le fait qu’il puisse jouer en sentinelle en font un pion indispensable.

  • Blaise Matuidi (30 ans, 60 sélections, Juventus Turin)

Impossible de se passer de "Blaisou". Pas toujours à la mode, Matuidi a rappelé face à la Bulgarie que son profil et sa capacité de projection étaient nécessaires à ces Bleus. Autre vice-capitaine, taulier du groupe et avec une expérience importante, le gaucher est évidemment dans notre liste.

Blaise Matuidi

Blaise MatuidiGetty Images

  • Corentin Tolisso (23 ans, 3 sélections, Bayern Munich)

Ses galons, il les a probablement gagnés à Sofia en étant l’un des seuls au niveau, à la fois dans l’engagement et techniquement. Box to box par excellence, à l’aise tactiquement dans plusieurs schémas et souvent présent dans les zones de vérité, Tolisso a toute sa place. En espérant que le changement d’entraîneur au Bayern n’affecte pas son temps de jeu.

  • Moussa Sissoko (28 ans, 53 sélections, Tottenham)

Il reste une place pour Rabiot ou Sissoko ? A cette heure, le joueur de Tottenham part avec de l'avance sur son homologue du Paris Saint-Germain. Meilleur joueur français de la finale de l'Euro 2016, Moussa Sissoko fait partie des meubles sous l'ère Deschamps. Ajoutez à cela qu'il joue enfin avec les Spurs cette saison. Aucune raison de le laisser aux portes du Mondial.

Corentin Tolisso face à la Biélorussie

Corentin Tolisso face à la BiélorussieGetty Images

Attaquants

  • Olivier Giroud (31 ans, 69 sélections, Arsenal)

Il n'est plus l'option numéro 1 à Arsenal. Mais avec les Bleus, c'est une autre histoire. Quand il joue, il est régulièrement décisif. Son profil atypique permet à Didier Deschamps d'avoir une autre carte dans sa manche et place Antoine Griezmann dans les meilleures conditions.

  • Thomas Lemar (Monaco, 21 ans, 8 sélections)

Sa prestation contre les Pays-Bas a démontré tout ce qu'il pouvait apporter aux Bleus. Son talent et sa justesse sont des atouts de poids dans le couloir gauche. Bien sûr, il n'est pas encore un titulaire certain et n'est pas dans une bonne passe. Mais il a tout pour le devenir.

  • Kylian Mbappé (PSG, 18 ans, 8 sélections)

C'est la perle dont on ne peut pas se passer. Son talent, son efficacité, son aptitude à jouer juste et à gérer la pression font oublier son âge. Cerise sur le gâteau : il peut jouer à plusieurs postes devant et même dans l'axe. Déjà indiscutable.

Kylian Mbappé, auteur de son premier but en Bleu contre les Pays-Bas

Kylian Mbappé, auteur de son premier but en Bleu contre les Pays-BasGetty Images

  • Antoine Griezmann (Atlético Madrid, 26 ans, 47 sélections)

Meilleur buteur de l'Euro 2016, troisième du dernier Ballon d'Or, finaliste de la C1… Son CV parle pour lui. Ces dernières années, il a été le pilier de l'attaque des Bleus. Le système était même pensé pour lui. Et si la donne évolue légèrement, il reste l'un des joueurs de classe mondiale du groupe tricolore. Un leader que l'on attend en Russie à son niveau 2016.

  • Ousmane Dembélé (FC Barcelone, 20 ans, 7 sélections)

Il est sur la touche pour de longs mois. Mais le garçon a du talent plein les jambes. Sa capacité rare à faire de vraies différences ballon au pied sur son côté droit et même à gauche maintenant au Barça en fait presque une évidence. Sur une action, il peut faire basculer un match. Enfin s'il retrouve sa forme et son explosivité à son retour de blessure bien sûr.

  • Kingsley Coman (21 ans, 14 sélections, Bayern Munich)

C'est un profil très intéressant sur le plan tactique, notamment pour sa vitesse exceptionnelle. Coman a d'autres qualités et il a prouvé sa capacité à les exprimer chez les Bleus, comme face au Pays-Bas (4-0) par exemple. Il a sa place dans l'arsenal offensif que Deschamps devrait emmener en Russie.

  • Dimitri Payet (30 ans, 37 sélections, Marseille)

Sa place est sauvée par son expérience et son vécu avec les Bleus. Par son profil aussi. Créatif et performant sur coup de pied arrêtés, il tranche avec les autres ailiers bolides de l’équipe de France. Sauveur des Bleus pendant l’Euro, il sait aussi débloquer des situations par ses coup de pattes. Précieux.

Dimitri Payet France 2016

Dimitri Payet France 2016Getty Images

0
0