FIFA President Josef Blatter (R) hands over the World Cup trophy to the Emir of the State of Qatar Sheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani (L) and his wife Chair of Qatar Foundation for Education, Science and Community development Sheikha Moza bint Nasser Al-Mi - AFP
 
Article
commentaires
Football > Coupe du monde > EXCLUSIF

Sepp Blatter, interview : "On ne peut pas jouer une Coupe du monde en plein été au Qatar"


Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 09/07/2013 à 20:12 -
Par Eurosport - Le 09/07/2013 à 20:12
Pour la première fois, le président de la FIFA Sepp Blatter affirme qu'il sera impossible de jouer la Coupe du monde 2022 au Qatar en été. En déplacement au Proche-Orient, où il devait rencontrer les autorités israéliennes pour évoquer la question de la libre circulation des footballeurs palestiniens, Blatter nous a affirmé que ce Mondial ne pourrait avoir lieu qu'en toute fin d'année.

En mars dernier, il se contentait de dire que la demande devait émaner du pays organisateur. En mai, il faisait observer dans L'Equipe qu'il n'était "pas rationnel" de disputer la Coupe du monde 2022 au Qatar selon le calendrier traditionnel, en juin. Deux mois plus tard, Sepp Blatter, président de la FIFA, est catégorique : il faut disputer cette Coupe du monde en hiver. "Ni à l'automne, ni en début d’année, ni au début du printemps : seulement en fin d'année" nous a-t-il dit à Al-Ram, où il était en visite pour aborder la question de la circulation des footballeurs palestiniens avec les autorités israéliennes.

Eurosport

Cette affirmation est une invitation clairement lancée aux autorités qataries pour qu'elles formulent la demande de déplacement dans le calendrier qui, seule, permettra au Mondial 2022 de connaître cette petite révolution. Depuis l'attribution de cette Coupe du monde, le Qatar a toujours fait savoir que la technologie lui permettrait de dépasser les contraintes liées à son été aux 45°C de moyenne, via la climatisation des stades, voire un système de nuage artificiel suivant le déplacement du soleil (photo ci-contre). Mais l'idée de recourir à ces solutions semble avoir vécu face à l'évidence des chiffres : en décembre, les maximales saisonnières sont de 23°C à Doha. Portée par Michel Platini depuis la désignation du Qatar, la solution d'une Coupe du monde 2022 en hiver l'est désormais aussi par la plus haute autorité du football mondial. La prise de décision définitive n'est qu'une affaire de temps.

Quelle est la meilleure période pour jouer une Coupe du Monde au Qatar, où les températures estivales sont très élevées ?

S. B. : On ne peut pas jouer cette Coupe du monde en plein été au Qatar. Il faut donc la disputer l’hiver, quand les températures sont plus clémentes. C’est une question de bon sens.

Mais à quelle période de l’hiver ?

S. B. : Ni à l’automne, ni en début d’année, ni au début du printemps : seulement en fin d'année.

Vous savez qu’une Coupe du monde en plein jouée en fin d’année pourrait déplaire à certains pays européens. L‘Espagne, et surtout Angleterre, par exemple, très attachée à son Boxing day…

S. B. : Peu de pays seront à mon avis opposés à une Coupe du monde en fin d’année. Car cela n’entraînerait des changements au niveau du calendrier que pour une seule saison. Ce serait bien sûr au comité exécutif de la FIFA de traiter de cette question, et de fixer les dates. 

Pour que la Coupe du monde se dispute à une autre date, il faudrait que le pays organisateur en fasse la demande. Et que la FIFA change ses statuts…

S. B. : Oui. Il y a dix-sept règles à la FIFA, et si on les respecte à la lettre, on joue l’été. Mais si on suit la règle numéro dix-huit, celle du bon sens, on joue l’hiver.

L’organisation de la Coupe du Monde 2022 pourrait-elle être retirée au Qatar ?

S. B. : Pourquoi ?

A cause des soupçons de corruption qui pèsent sur les conditions d’attribution (Ndlr : l’Américain Michael Garcia, président de la Chambre d’instruction du nouveau comité d’éthique de la FIFA, mène une enquête)…

S. B. : La Coupe du Monde 2022 a été attribuée au Qatar. Pourquoi le lui retirer ? Il n’y a aucune raison de la faire. Pour en arriver là, il faudrait vraiment une bonne raison…

Other Agency
 
Les commentaires sont désactivés pour cette publication