Panoramic

Des nouveaux soucis judiciaires pour Benzema ?

Des nouveaux soucis pour Benzema ?
Par Glenn Ceillier via AFP

Le 18/03/2016 à 01:08

Selon Libération, qui en fait sa Une ce vendredi, Karim Benzema a été entendu il y a deux mois comme témoin dans le cadre d'une information judiciaire pour blanchiment visant une société dont il est actionnaire majoritaire.

Karim Benzema ne s'en sort pas. Encore une fois, son nom se retrouve cité dans une affaire judiciaire. C'est Libération qui révèle cette nouvelle information. Le quotidien national en fait même la Une de son édition datée du vendredi 18 mars. Selon Libé, Benzema a été entendu comme témoin dans le cadre d'une information judiciaire pour "blanchiment en bande organisée" et "blanchiment de trafic de stupéfiants". C'était il y a deux mois. Mais cela va encore faires des vagues.

Cette enquête pour blanchiment, confiée au juge financier Renaud van Ruymbeke, vise une société dont il est actionnaire. Les investigations portent notamment sur les conditions dans lesquelles cette société, BH Event's, a acheté un fonds de commerce dans le VIIIe arrondissement de Paris, pour y construire un restaurant. Libération précise que "le footballeur a délégué tout pouvoir à son associé dans la société (...) tout en se portant caution à hauteur de 2,5 millions d'euros pour la vente".

Deux millions d'euros perdus

Les enquêteurs se demandent si l'achat et la construction du restaurant n'ont pas servi à blanchir des fonds, pour partie issus du trafic de stupéfiants. Selon Libération, le fonds de commerce a ensuite été revendu "avec une perte sèche de deux millions d'euros". L'enquête a pour origine une autre procédure judiciaire sur un trafic de stupéfiants. Dans ce dossier, confié également au SNDJ, les écoutes téléphoniques ont justifié l'ouverture de l'enquête dans laquelle a été entendu Karim Benzema.

D'après Libération, Benzema ne serait cependant pas impliqué "directement" dans cette histoire. "A ce stade, aucune mise en cause de Karim Benzema n'est envisagée", a confirmé une source judiciaire à l'AFP. Mais pour l’attaquant du Real Madrid, cela tombe cependant bien mal. Il risque encore de se retrouver dans un tourbillon médiatique et politique dont il se serait bien passé. Depuis l'affaire du chantage à la sextape dont son coéquipier en Bleu Mathieu Valbuena est victime, il ne sort pas la tête de l'eau en France.

Karim Benzema lors de Real Madrid - Getafe CF en Liga le 5 décembre 2015

Karim Benzema lors de Real Madrid - Getafe CF en Liga le 5 décembre 2015AFP

Pas de "responsabilité directe"

Si la justice a levé vendredi dernier son contrôle judiciaire et qu'il peut donc à nouveau rencontrer Valbuena, même s'il reste mis en examen pour "complicité de tentative de chantage" et "participation à une association de malfaiteurs", l'attaquant du Real Madrid, déclaré en décembre "non-sélectionnable" par la FFF tant que sa situation judiciaire n'évoluerait pas, est pointé du doigt par le monde politique depuis plusieurs semaines.

Mardi, Manuel Valls s'est ainsi à nouveau opposé à son retour en équipe de France. "Je pense que les conditions aujourd'hui ne sont pas réunies pour que Karim Benzema vienne dans l'équipe de France. Il est toujours mis en examen. Par rapport à la jeunesse, un grand sportif se doit d'être exemplaire", a affirmé le Premier ministre sur RMC. Benzema s'était permis de lui répondre sur Twitter. "Douze saisons que je suis professionnel: 541 matches joués, zéro carton rouge, onze cartons jaunes!!! Et certains parle (sic) de mon exemplarité ???", avait écrit l'ancien Lyonnais. Il va encore devoir s'expliquer.

Cette nouvelle affaire ne risque pas d'arranger la situation du buteur numéro un des Bleus. Sa cote dans l'opinion publique ne va pas s'améliorer. Pour Didier Deschamps, qui ne cache son souhait de récupérer le Madrilène pour l’Euro 2016 afin de pouvoir s'appuyer sur ses meilleurs éléments, c'est aussi un nouveau coup dur. Le "cas Benzema" est loin d'être réglé.

0
0