Getty Images

Coupe d'Allemagne : grâce à Dembélé et Aubameyang, Dortmund domine Francfort en finale (2-1)

Dortmund a vaincu le signe indien

Le 27/05/2017 à 22:02Mis à jour Le 28/05/2017 à 00:56

COUPE D'ALLEMAGNE - Après trois finales perdues de suite, le Borussia Dortmund a vaincu la malédiction en dominant l'Eintracht Francfort (2-1), samedi soir à Berlin. Dembélé (8e) et Aubameyang (67e, sp) ont marqué pour le BvB, qui remporte pour l'occasion la quatrième Pokal de son histoire.

On a connu le Borussia Dortmund plus décontracté. Samedi soir, à l'occasion de l'ultime match d'une longue saison, l'équipe entraînée par Thomas Tuchel a montré de nombreux signes de stress ou d'inquiétude. Avec leurs trois finales de Coupe d'Allemagne perdues consécutivement, la tension était palpable dans les rangs des Borussen. Logiquement, personne au sein du club de la Ruhr n'avait envie de faire perdurer cette triste série, qui plus est face à un adversaire jugé moins fort.

Après des échecs contre le Bayern Munich (2014 et 2016) et le WfL Wolfsburg (2015), le Borussia Dortmund avait aussi l'occasion de remporter un premier trophée depuis cinq ans (2012 était l'année du doublé coupe-championnat). C'est tout un groupe qui l'attendait, les "vieux briscards" Marco Reus et Pierre-Emerick Aubameyang (arrivés en 2012 et 2013) ou encore la nouvelle génération symbolisée par Ousmane Dembélé, Christian Pulisic et autre Raphaël Guerreiro.

Le bijou de Dembélé, la Panenka d'Aubameyang

Dans ces conditions, il était facile de comprendre la pression qui pesait sur les épaules du BvB, un sentiment renforcé par la déception de l'élimination contre Monaco en Ligue des champions, la polémique autour de l'avenir de Tuchel ou encore les rumeurs faisant état du possible dernier match d'Aubameyang. Pourtant, face au 11e de Bundesliga, Dortmund a parfaitement débuté la partie. Lancé côté droit, Dembélé a enchaîné crochet spontané et frappe limpide du gauche pour ouvrir le score (0-1, 8e).

Un départ en trompe-l'oeil pour une formation souvent fébrile, notamment sur le plan défensif. On ne saurait dire si c'est cette fébrilité qui a poussé Sokratis Papastathopoulos dans une folle chevauchée depuis sa charnière, le fait est qu'elle a directement amené l'égalisation de Francfort, joliment conclue par Ante Rebic (1-1, 29e). Cette finale aurait pu en outre connaître un autre scénario si le poteau droit de Roman Bürki n'avait pas repoussé la frappe à ras de terre de Haris Seferovic (39e). Cela aurait été toutefois un peu cruel pour une formation de Dortmund plus tranchante lors de ses offensives et notamment pour un Aubameyang malheureux deux fois après un retourné sublime sauvé sur la ligne (63e) ou encore une frappe enroulée repoussé par le poteau (85e).

Le Gabonais, qui a égalé la marque de Tomas Rosicky avec 189 apparitions sous le maillot du BvB samedi soir, avait en fait trouvé le chemin des filets trois minutes après son geste acrobatique. Sur un penalty obtenu par l'Américain Pulisic, "Aubam" s'est fendu d'une belle Panenka pour tromper Lukas Hradecky (67e sp, 1-2). Ce n'était assurément pas le plus compliqué de sa carrière dans la Ruhr mais sans conteste l'un des plus importants.

Aubameyang célèbre son but contre Francfort en finale de la Coupe d'Allemagne.

Aubameyang célèbre son but contre Francfort en finale de la Coupe d'Allemagne.Getty Images

0
0