AFP

Bleus - A quatre exceptions près, la liste des 23 est bouclée

A quatre exceptions près, la liste des 23 est bouclée

Mis à jourLe 31/03/2016 à 11:10

Publiéle 31/03/2016 à 10:55

Mis à jourLe 31/03/2016 à 11:10

Publiéle 31/03/2016 à 10:55

Article de Martin Mosnier
Dans cet article

EURO 2016 - La semaine internationale a très clairement défini les contours de la liste des 23 de Didier Deschamps. En attaque, le sélectionneur semble avoir trouvé la bonne formule. Reste l'interrogation Benzema et les doutes qui planent sur la défense.

Didier Deschamps avait prévenu : "Ceux qui sont là ont tout à gagner". Message reçu. Pour la plupart, ils ont saisi leur chance. En dehors du noyau dur qui ne risquait pas grand-chose, la double confrontation amicale face aux Pays-Bas (2-3) et à la Russie (4-2) a permis d'y voir plus clair notamment en attaque où le trio Martial-Coman-Payet s'est ouvert un boulevard.

Pour eux, il n'y avait pas débat

  • Hugo Lloris, Steve Mandanda, Benoît Costil, Bacary Sagna, Raphaël Varane, Laurent Koscielny, Mamadou Sakho, Patrice Evra, Lassana Diarra, Blaise Matuidi, Paul Pogba, Yohan Cabaye, Moussa Sissoko, Antoine Griezmann, Olivier Giroud.

Leurs performances de la semaine ne changeaient rien dans la perspective de l'Euro. Leurs places sont cadenassées à double tour depuis plusieurs semaines déjà. Parmi eux, des statuts ont pu évoluer. A ce titre, Yohan Cabaye n'est sans doute plus le premier recours au milieu puisqu’il s'est sans doute fait doubler par N'Golo Kanté. Antoine Griezmann, lui, s'est définitivement imposé comme le leader de l'attaque des Bleus. Mais tout cela ne change rien dans la perspective de la liste des 23. Ces 15-là, sauf blessure, seront au rendez-vous.

Griezmann face à la Russie
Griezmann face à la Russie - Panoramic

Ils se sont ouverts un boulevard

  • Anthony Martial, Kingsley Coman, Dimitri Payet, N'Golo Kanté

Martial et Coman partaient d'un peu moins loin que Payet et Kanté. Difficile d'imaginer un Euro sans les deux nouvelles sensations de l'équipe de France. Malgré une première période ratée face à la Russie, Martial a démontré tout son potentiel à Amsterdam en délivrant une merveille de passe décisive pour Matuidi. Le Munichois, lui, n'a joué que 45 minutes. Mais quelle démonstration ! Coman crée d’énormes différences et Deschamps ne peut plus se passer de son pouvoir d'accélération.

Dimitri Payet est celui qui jouait le plus gros cette semaine et c'est lui qui a raflé la mise. Il lui fallait un match référence en Bleu, c'est fait. A Amsterdam, il a pris les clés de l'attaque et la qualité de ses coups de pieds arrêtés sera une arme redoutable en juin. En témoigne son coup franc de 35 mètres face à la Russie. Sa réussite plombe sans doute les ambitions de Hatem Ben Arfa et, surtout, celles de Mathieu Valbuena.

Au milieu, grâce à ses débuts décomplexés et réussis, N'Golo Kanté a gagné sa place, la seule des six laissée vacante par un Morgan Schneiderlin en méforme. Il est une doublure de choix derrière l'indéboulonnable trio Matuidi-Diarra-Pogba. Sa route vers l'Euro est dégagée.

Leur avenir reste incertain

  • Christophe Jallet, André-Pierre Gignac

Pour deux raisons différentes. Pour Christophe Jallet, c'est une question de niveau. A Amsterdam, face à une opposition timide, sa prestation fut neutre. Relégué sur le banc de touche à Lyon, il reste sous la menace d'un retour en forme de Debuchy. Gignac, lui, a convaincu. Son match plein d’enthousiasme et de réalisme face aux Russes rappelle qu'il peut faire le job en juin. Mais si Noël Le Graët ouvre la porte à un retour de Karim Benzema, son excellente semaine n'aura sans doute servi à rien.

Gignac inscrit le 2e but des Bleus face à la Russie
Gignac inscrit le 2e but des Bleus face à la Russie - Panoramic

Ils ont perdu des points

  • Jérémy Mathieu, Lucas Digne

Jérémy Mathieu n'a joué que neuf minutes, le temps de se blesser au ménisque. Sa place dans le groupe des 23 est en danger alors qu'il va se faire opérer jeudi à Barcelone et que sa fin de saison est peut-être d’ores et déjà terminée. Pour Lucas Digne, ce sont ses performances qui le fragilisent. Ses deux entrées en jeu ont mis en danger les Bleus et son marquage trop laxiste coûte un but face aux Russes. Par le jeu des vases communicants, les candidatures de Layvin Kurzawa et Benoît Trémoulinas ont (re)pris du poids.

Jérémy Mathieu s'est blessé lors de France-Russie
Jérémy Mathieu s'est blessé lors de France-Russie - AFP
0 commentaire
Vous lisez :