Eurosport

Euro-2016: 79% des Français sont opposés à l'annulation de l'Euro

Près de 80% de Français contre l'annulation de l'Euro
Par AFP

Mis à jourLe 27/03/2016 à 12:44

Publiéle 27/03/2016 à 12:26

Mis à jourLe 27/03/2016 à 12:44

Publiéle 27/03/2016 à 12:26

Article de AFP

EURO 2016 - Selon un sondage publié ce dimanche, 79% des Français ne souhaitent pas que le championnat d'Europe de football prévu du 10 juin au 10 juillet en France soit annulé, malgré les menaces terroristes.

Près de huit Français sur dix (79%) sont opposés à l'annulation du championnat d'Europe des Nations prévu du 10 juin au 10 juillet en France, malgré les menaces terroristes, et 58% sont opposés à la suppression des fan-zones, selon un sondage de l'institut Odoxa pour RTL et Winamax.

A la question de savoir si "compte-tenu de la menace terroriste il faut annuler l'Euro qui doit se dérouler en France, en juin prochain", 79% des personnes interrogées ont répondu "non".

Quant à savoir s'il "faudrait supprimer les 'fan-zones' qui sont des lieux de rassemblement du public devant des écrans géants dans les centres-villes", les personnes interrogées sont 58% à répondre "non", contre 41% "oui". 72% des personnes interrogées estiment que les enceintes sportives françaises sont "bien sécurisées".

Les personnes interrogées sont par ailleurs 52% à répondre "non, certainement pas" (14%) et "non, probablement pas" (38%), à la question de savoir si elles "conseilleraient à leurs proches d'éviter de fréquenter les lieux de rassemblement autour de manifestations sportives comme le marathon de Paris, Roland-Garros, le Tour de France ou l'Euro 2016".

Cazeneuve n'exclut rien pour les fans-zones

Mardi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué sa volonté de "ne pas céder au terrorisme" et de maintenir les manifestations prévues, même s'il faut avoir, expliquait-il, "la souplesse qui permettrait, le cas échéant, de reconsidérer nos positions sur telle ou telle fan-zone".

La question de la sécurité de l'Euro 2016, organisé en France du 10 juin au 10 juillet, est brûlante depuis les attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts à Paris et aux abords du Stade de France durant le match amical France-Allemagne. La question se pose encore plus depuis les attentats qui ont fait 31 morts et 340 blessés dans la capitale belge mardi.

[Méthodologie : l'enquête publiée dimanche a été réalisée auprès d'un échantillon de 1003 Français représentatifs de la population française et interrogés par internet les 24 et 25 mars 2016, soit deux et trois jours après les attentats de Bruxelles]

0 commentaire
Vous lisez :