AFP

La révélation Umtiti, l'explosion Griezmann, la tornade Sissoko : les moyennes des Bleus à l'Euro

Les notes moyennes des Bleus : la révélation Umtiti, l'explosion Griezmann, la tornade Sissoko

Le 12/07/2016 à 21:34Mis à jour Le 12/07/2016 à 21:56

EURO 2016 – Après sept matches, voici l'heure du bilan. Nous avons décidé de dresser, à partir de nos sept bulletins de notes de l'Euro, la moyenne de chacun des joueurs de l'équipe de France. Sans surprise, Moussa Sissoko et Antoine Griezmann sont au-dessus du lot. Patrice Evra est le seul à ne pas avoir la moyenne parmi les incontournables.

Hugo Lloris : 6,2

J'ai aimé : Tout son tournoi. Il est le premier héros des Bleus sur une parade à bout portant sur Stancu après 3 minutes de jeu. Face à l'Irlande, il a maintenu les siens à flot avant de signer une performance exceptionnelle face à l'Allemagne. Sa moyenne ne reflète pas l'ensemble de son œuvre parce qu'il n'a pas eu grand-chose à faire face à l'Albanie, à la Suisse ou à l'Islande.

Je n'ai pas aimé : Rien à lui reprocher. S'il avait pu sortir cette satanée frappe d'Eder… Mais il ne pouvait pas grand-chose.

En bref : Un grand tournoi pour un grand gardien.

Hugo Lloris face à l'Allemagne en demi-finale de l'Euro 2016

Hugo Lloris face à l'Allemagne en demi-finale de l'Euro 2016AFP

Bacary Sagna : 5,9

J'ai aimé : Il est longtemps apparu comme une solution par défaut. Ce tournoi l'a installé comme une valeur sûre. Il a rarement été pris de vitesse dans son couloir même si sa mise en jambe face à la Roumanie fut poussive. Passeur décisive face à l'Irlande, il a progressé offensivement.

Je n'ai pas aimé : Beaucoup plus discret offensivement face aux grosses nations. Mais il a assuré l'essentiel derrière.

En bref : Le meilleur arrière droit du tournoi.

Laurent Koscielny : 6

J'ai aimé : En l'absence de Varane, il s'est affirmé comme le patron de la défense. Axe gauche ou axe droit, il s'est adapté avec facilité. Il a donné le ton dans l'agressivité et fixé le cap quand les Bleus papillonnaient en début de tournoi. Un point de référence.

Je n'ai pas aimé : Ce duel perdu face à Eder hantera longtemps le football français. Une erreur, une seule. Mais elle coûte tellement cher.

En bref : Son tournoi était absolument parfait jusqu'à ce fichu duel.

Adil Rami : 5,2

J'ai aimé : Sa passe décisive qui a tout débloqué face à l'Albanie. Il faut remettre ses performances dans leur contexte. Rami a été rattrapé par le col à la dernière minute, lui qui n'avait plus joué en Bleu depuis 2013.

Je n'ai pas aimé : Il n'a jamais dégagé une grande sérénité. Quelques oublis, quelques fautes de placement : Rami a toujours semblé sur un fil. Il s'est effondré face à l'Irlande et a perdu sa place. Logiquement.

En bref : Beaucoup de sueurs froides. Trop pour ne pas se faire doubler par un Umtiti bouillant.

Samuel Umtiti : 6,3

J'ai aimé : Sa montée en puissance. Sûr mais bridé face à l'Islande, il s'est révélé face à l'Allemagne. Ses trois premières sélections sont un quart, une demie et une finale. C'est dire si le Barcelonais est sûr de sa force. Ses qualités de relance ont offert plus de possibilités aux Bleus face aux Allemands et aux Portugais.

Je n'ai pas aimé : Il aurait pu surgir face à Eder. L'entrée de l'avant-centre portugais l'a clairement fragilisé en finale et il a souffert face à sa couverture de balle.

En bref : La révélation de l'Euro côté tricolore.

Samuel Umtiti lors de France-Islande

Samuel Umtiti lors de France-IslandePanoramic

Patrice Evra : 4,8

J'ai aimé : Après les quarts, son expérience a fait du bien. Il a enfin pris la mesure de son couloir. C'est lui qui change le cours de la demi-finale en provoquant le penalty.

Je n'ai pas aimé : Son match d'ouverture fut un cauchemar. Jusqu'en 8e de finale, il a semblé à contretemps. La suite ne fut pas merveilleuse non plus. Tonton Pat a tenté de compenser par son leadership mais cela ne suffit pas.

En bref : Un été de souffrance, malgré tout.

N'Golo Kanté : 5,8

J'ai aimé : L'aplomb avec lequel il a pris en main le poste de sentinelle. Il fut le plus efficace des milieux face à la Roumanie et l'Albanie… avant d'être la première victime du passage en 4-2-3-1. Une issue cruelle pour un Euro réussi.

Je n'ai pas aimé : Sa première période face à l'Irlande. Difficile de le blâmer puisque c'est toute l'équipe de France qui a joué à l'envers. Mais lui n'a pas eu la chance de se racheter après la pause.

En bref : Un Euro frustrant mais il a posé ses valises pour un bon bout de temps à Clairefontaine.

Paul Pogba : 5,6

J'ai aimé : Sa transversale de 50 mètres pour Gignac face à la Roumanie, sa première période face à la Suisse, son but face à l'Islande et son coup de patte face à l'Allemagne sur le second but de Griezmann. Des fulgurances qui ont toujours mis les Bleus dans le sens de la marche.

Je n'ai pas aimé : Il n'a pas été le leader que la France attendait et a manqué de constance. Avec Pogba, c'est toujours un peu le même problème. Il n'a toujours pas pris les clés du camion et son rayonnement en Bleu n'est pas proportionnel à son talent.

En bref : Un talent hors norme mais un Bleu parmi d'autres.

La déception de Patrice Evra et Paul Pogba

La déception de Patrice Evra et Paul PogbaAFP

Blaise Matuidi : 5,9

J'ai aimé : Sa fin de tournoi. De sa passe décisive pour Giroud face à l'Irlande jusqu'à cette finale où il fut l'un des Bleus les plus solides. Le passage en 4-2-3-1 lui a fait du bien. Il s'est moins éparpillé et s'est recentré sur ce qu'il sait faire de mieux à la récupération.

Je n'ai pas aimé : Son début de tournoi, fatalement. En particulier son déchet technique face à l'Albanie. Son passage à droite du triangle de l'entrejeu lors de la première période face à l'Irlande fut un désastre. Deschamps ne s'est pas obstiné. Fort heureusement.

En bref : Costaud et solide sans être génial. Du bon Matuidi malgré tout.

Moussa Sissoko : 7,2

J'ai aimé : Jusqu'ici, en Bleu, il n'était qu'un couteau suisse. Le 12e homme qui renverse la table dans les dernières minutes. Sauf que cet été, il a gagné ses galons de titulaire à partir des quarts de finale. Son Euro fut une démonstration de puissance et il a balayé certaines idées reçues. Non, Moussa Sissoko n'a pas les pieds carrés. Si vous en doutez encore, regardez sa finale. Il y fut immense. Le meilleur Bleu et de loin.

Je n'ai pas aimé : S'il avait été aussi incisif dans la finition, la France serait sans doute championne d'Europe.

En bref : Il n'a plus rien à faire sur le banc.

Antoine Griezmann : 6,7

J'ai aimé : Rarement un Bleu n'avait autant porté un collectif durant un tournoi majeur. Avec six buts dont cinq lors de la phase finale et un doublé contre l'Allemagne en demie, "Grizi" a signé un tour de force. Deschamps l'a vite compris pour construire un système autour de la nouvelle star des Bleus.

Je n'ai pas aimé : Son début de tournoi. A la recherche d'un second souffle, il a fait un tour sur le banc face à l'Albanie. La suite fut flamboyante. Sa moyenne ne dit pas tout de son influence car Griezmann a surtout brillé dans les matches qui comptent… sauf en finale.

En bref : Immense. La France se cherchait un leader ? Elle l'a trouvé.

Dimitri Payet : 6,3

J'ai aimé : Sa fusée face à la Roumanie, son enchainement face à l'Albanie et l'huile qu'il a mis dans les rouages. Sans lui, tout aurait pu être différent. Le héros des Bleus pendant la phase de poule. Heureusement que Payet était là…

Je n'ai pas aimé : Après les quarts, son influence a décliné. Il a disparu lors des moments importants. Il est l'autre victime du 4-2-3-1 et a souffert sur les transitions défensives.

En bref : Un Euro sinusoïdal. Mais il est monté si haut…

Kingsley Coman : 5,8

J'ai aimé : Ses entrées toujours saignantes. En finale, il offre deux ballons de but. Il a souvent secoué les Bleus et réveillé le collectif comme face à l'Irlande. Un bloc de dynamite qui a mis le feu.

Je n'ai pas aimé : Il lui manque encore de la précision dans la finition. Il termine l'Euro avec une feuille de statistique complètement blanche.

En bref : Quand il trouvera la mire, il sera définitivement incontournable.

Olivier Giroud : 6,3

J'ai aimé : Le parfait complément de Griezmann. Souvent caricaturé comme un avant-centre lourd à la technique approximative, le Gunner a démontré qu'il était l'homme idoine dans ce système. Trois buts et deux passes décisives : pas si mal pour un Giroud si souvent décrié. Il a régné dans les airs et martyrisé les charnières adverses.

Je n'ai pas aimé : Sa finale. Pepe et Fonte l'ont éteint.

En bref : Il mériterait d'être titulaire pour de bon et pour longtemps.

Olivier Giroud buteur contre l'Islande

Olivier Giroud buteur contre l'IslandeAFP

André-Pierre Gignac : 5

J'ai aimé : Son enchainement en finale qui a mis Pepe à terre. Une action qui aurait pu changer le destin d'une génération.

Je n'ai pas aimé : Ses entrées en jeu globalement poussives, pour ne pas dire ratées. Il n'a jamais pesé sur le cours d'un match et, parce qu'il faut être honnête, a joué de malchance avec les montants.

En bref : Son destin se joue à rien. Il aurait pu être le héros des Bleus.

Et aussi…

Yohan Cabaye (7) : Il n'a été noté qu'à une seule reprise. Sa moyenne ne signifie pas grand-chose. Simplement que Didier Deschamps peut toujours compter sur lui.

Anthony Martial (3) : 45 minutes ratées face à l'Albanie et une fin de tournoi au fond de la cave. Ressorti pour les dernières minutes de la finale. En vain.

0
0