Les ambitions françaises à l'épreuve allemande

Les ambitions françaises à l'épreuve allemande

Le 26/11/2016 à 10:25

De notre partenaire Foot d'Elles

Vendredi (10h30), la France va affronter l'Allemagne en quart de finale de la Coupe du monde des moins de 20 ans. Les deux équipes ont débuté la compétition dans la peau de favorites, et pour l'instant, seule l'Allemagne a assumé son statut. La France va devoir hausser son niveau de jeu pour continuer à rêver. 

L'Allemagne et la France se croisent régulièrement lors des grandes compétitions toutes catégories d'âge confondues. C'est donc un adversaire que les Bleuettes connaissent bien qui se dresse sur la route des Françaises... un adversaire qui ne leur réussit pas forcément, d'ailleurs. Mais demain (à 10h30 heure française), les joueuses de Gilles Eyquem auront 90 minutes, voire 120, pour inverser un peu la tendance. Et affirmer leurs ambitions. 

Des poules contrastées

Dans les groupes C et D respectivement, la France et l'Allemagne ont proposé des partitions différentes lors de leurs trois matches de poule. Du côté français, il y a eu de belles choses, dans le jeu notamment, mais par séquences plutôt que sur la durée. La confirmation de certaines joueuses, comme par exemple Delphine Cascarino, élue deux fois joueuse de la rencontre (Etats-Unis et Nouvelle-Zélande). Mais les trois matches de poule ont également permis de mettre en avant deux chantiers : le premier est offensif, la France manque d'efficacité et peine à se montrer incisive dans les trente derniers mètres adverses. Un mal français, mais on regrette les absentes tout de même. Le second est défensif. C'est plutôt un point fort habituellement, mais la défence centrale notamment s'est montrée fébrile. Face à l'Allemagne, si la défense ne retrouve pas de la solidité, elle sera punie, car Stefanie Sanders, Anna Gerhardt et autres Dina Orschmann ne feront pas de cadeau.

Du côté allemand, dans une poule sans grand adversaire, d'autant plus que la Corée du Sud est passée à côté de son sujet, l'équipe a pu gérer et a affirmé son statut de favorite de l'épreuve avec trois victoires pleines d'autorité. En partant d'une défense solide (un but encaissé), elle a fait parler sa puissance physique pour prendre le dessus sur ses trois adversaires. Un domaine où la France n'a pas franchement donné toutes les garanties, il est vrai face à un défi physique supérieur. L'Allemagne -comme la France- a connu plusieurs blessures de joueuses importantes. Les deux équipes qui vont se présenter se retrouveront affaiblies par ces absences (on ne sait pas encore si Marie-Charlotte Léger sera de la partie), mais les absences n'ont pour l'instant pas pesé du côté allemand, Stefanie Sanders par exemple suppléant avec succès Lea Schüller à la pointe de l'attaque. 

L'envie de prolonger l'aventure

Les Françaises ne veulent pas subir une nouvelle élimination face à l'Allemagne. Heloïse Mansuy nous a confié que les Bleuettes étaient "très déterminées" avant ce quart de finale. "On a su tirer une leçon de chacun de ces matchs pour avancer et nous qualifier pour les quarts de finale", a-t-elle ajouté, et alors que les Tricolores s'attendent à "un match avec beaucoup d'engagement des deux côtés", la latérale messine a donné plusieurs clés pour tenir tête à la Mannschaft : "la priorité sera d'abord d'être solide défensivement, d'anticiper puis de faire les bons choix offensivement, et surtout d'être solidaires". Pour Marie-Charlotte Léger, satisfaite comme Mansuy de la phase de poules et de la qualification obtenue, il faudra avant tout se montrer "plus précises devant le but".

Demain, les Bleuettes savent ce qu'elles ont à faire, et comme le dit Mansuy, il n'y aura "pas de calcul à faire". Elles savent là où elles n'ont pas été bonnes lors des poules, et ce sur quoi il leur a fallu travailler avant ce quart de finale. Elles veulent continuer l'aventure, et elles ont les qualités pour aller au bout de la compétition. Si Maren Meinert a peu fait tourner, il ne faudra toutefois pas compter sur une baisse de régime physique du côté allemand. La France va devoir développer son jeu, s'appuyer sur son collectif et sa technique pour prendre une petite revanche sur la nation qui l'avait privée de finale il y a deux ans, et gagner le droit d'affronter le Japon en demi-finale.

0
0