FOOTBALL - 2012/2013 - Betis-Real Madrid - Mourinho - AFP
 
Article
commentaires
Football > Liga

José Mourinho critique ses joueurs après la défaite du Real Madrid face au Betis Séville (1-0)

Mourinho : "Quand je vois ce que fait Stepanek…"

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 25/11/2012 à 17:16 -
Par Eurosport - Le 25/11/2012 à 17:16
Entre autres, José Mourinho n’a pas épargné ses joueurs après la défaite du Real Madrid sur la pelouse du Betis Séville (1-0), qui pourrait reléguer le club merengue à onze points du FC Barcelone dans la course au titre.

Le titre de champion d’Espagne s’est éloigné encore un peu plus de Madrid après la défaite subie par le Real sur le terrain du Betis Séville (1-0). Le club merengue y a subi un véritable coup d’arrêt après huit matches sans défaite et cinq victoires consécutives en Liga, qui avaient contribué à effacer en partie le très mauvais départ de la Maison Blanche en championnat (2 défaites et 1 nul lors des 4 premières journées). Mais l’éventuel écart de 11 points qui pourrait séparer le Real du Barça dimanche soir n’est pas la principale préoccupation de José Mourinho. En Andalousie, c’est le comportement de l’équipe madrilène qui a déplu au technicien portugais.

L’entraîneur du Real estime notamment que ses joueurs n’ont pas répondu présent dans l’approche mentale. Il n’a pas hésité non plus à faire référence au tennis pour faire passer son message, tout en critiquant un calendrier qui n’a offert que trois jours de récupération à son équipe entre le déplacement à Manchester City et celui de Séville, alors que le Barça en a eu cinq pour préparer son voyage à Levante. "C’est évident que d’autres équipes ont un contrôle que nous n’avons pas sur le calendrier, mais je parle de professionnels de haut niveau qui doivent porter en eux force mentale, ambition et esprit de sacrifice. Quand je vois Stepanek, à 34 ans, prêt à mourir pour son pays durant trois matches de Coupe Davis, je me dit qu’un joueur de 23-24 ans peut jouer deux matches en quatre jours", a lancé Mourinho.

Outre les joueurs madrilènes, l’arbitre, Jesus Gil Manzano, en a également pris pour son grade après avoir notamment refusé un but à Karim Benzema pour un hors-jeu imaginaire. "J’ai félicité les joueurs du Betis parce qu’ils ont tout donné, avec un énorme esprit de sacrifice, et qu’ils ne sont pour rien sur le but refusé à Benzema et sur le penalty évident qui n’a pas été accordé", a-t-il ajouté avec une pointe d’ironie, tout en reconnaissant sincèrement la supériorité du Betis. Enfin, Mourinho n’a pas manqué d’ajouter sa petite touche de communication personnelle. "Comme toujours, c’est moi qui parle. Le seul qui parle, c’est moi. Je suis le méchant du film", a-t-il lancé avant d’insister : "Quand on gagne, c’est tous ensemble, et quand on perd, c’est la défaite de l’entraîneur. C’est pour ça que c’est de ma faute. " Si le titre ne devrait vraisemblablement pas rester à Madrid cette année, Mourinho, lui, restera toujours Mourinho.