AFP

Football offensif, Guardiola, Bale : les 7 déclas à retenir de la conf’ de presse de Zidane

Football offensif, Guardiola, Bale : les 7 déclas à retenir de la conf’ de presse de Zidane

Mis à jourLe 05/01/2016 à 16:00

Publiéle 05/01/2016 à 15:41

Mis à jourLe 05/01/2016 à 16:00

Publiéle 05/01/2016 à 15:41

Article de Martin Mosnier

LIGA - Pour sa première conférence de presse en tant qu'entraineur du Real Madrid, Zinédine Zidane s'est appliqué à ne pas trop en dire même s'il a clairement pris ses distances avec le management de son prédécesseur, Rafael Benitez.

1. Son style de jeu

" Je vais suivre la ligne du Real : du beau football. Offensif mais équilibré. "

S'il a rendu hommage à Rafael Benitez durant sa première conférence de presse en tant qu'entraîneur du Real Madrid, Zinédine Zidane a pris soin de prendre ses distances avec son prédécesseur auquel la presse espagnole reprochait sa frilosité. L'ancien meneur du Real veut revenir à un football attrayant sans oublier l'équilibre de l'équipe. Il se souvient sans doute que sans Makelele, les Galactiques de son époque n'auraient sans doute pas laissé la même trace dans l'histoire.

2. Son management

" Il faut être proche des joueurs et avoir un bon rapport avec eux. Il est dans mon intérêt que tout se passe bien. Je veux avoir de bonnes relations avec tous."

Là encore, Zidane prend ses distances avec Rafael Benitez dont les rapports avec les stars de l'effectif, James et Ronaldo en tête, ont été orageuses. ZZ vise davantage un management à la Carlo Ancelotti, beaucoup plus rond et moins frontal. Il a d'ailleurs à maintes reprises loué les qualités et l'héritage laissé par Ancelotti à Madrid.

Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo à l'entraînement, mardi 5 janvier 2016
Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo à l'entraînement, mardi 5 janvier 2016 - AFP

3. Tracer sa propre voie

" Il ne faut pas faire de comparaison avec Guardiola. C'est un formidable entraîneur. Ce qu'il fait est impressionnant. Je ne veux pas me comparer à lui. Je veux être Zidane."

Entraîner l'un des plus grands clubs du monde comme première expérience sur un banc de touche : le parcours de Zidane n'est pas sans rappeler celui de Pep Guardiola à Barcelone. Une référence plutôt encombrante parce qu'elle vient de Catalogne et parce qu'elle sera bien difficile à égaler. Zidane a rapidement et sans surprise pris ses distances avec l'ancien cerveau du Barça.

Zinedine Zidane lors de sa première conférence de presse en tant que coach du Real Madrid
Zinedine Zidane lors de sa première conférence de presse en tant que coach du Real Madrid - AFP

4. Le cas Bale

" Je comprends bien que Gareth puisse être mal à l'aise avec le renvoi de Rafa Benitez mais je vais lui donner la même attention. Il est indispensable à l'équipe, ce qu'il a fait sur le terrain dernièrement était fantastique."

Alors que la presse anglaise envoie déjà Gareth Bale à Manchester United l'été prochain, Zidane a très vite tenu à rassurer le Gallois. Benitez avait donné les clés du onze à Bale en le plaçant derrière l'attaquant, Zidane se devait de lui afficher publiquement son attachement. Une sortie habile pour tenter d'apaiser un joueur que la presse anglaise annonce "dévasté" par le départ de Benitez.

5. Quid de l'équipe-type ?

" Je vais jouer avec Bale, Benzema et Ronaldo. "

Voici la seule indiscrétion que Zinedine Zidane a lâchée à propos de son futur onze. Rien de révolutionnaire ni même de surprenant.

Zinédine Zidane lors de son premier entraînement en tant qu'entraîneur du Real Madrid, mardi 5 janvier 2016
Zinédine Zidane lors de son premier entraînement en tant qu'entraîneur du Real Madrid, mardi 5 janvier 2016 - AFP

6. L'icône Zidane

" Je n'aurai pas plus d'indulgence que les autres. Je serai jugé sur mes résultats malgré mon passé. C'est une nouvelle étape pour moi. "

Tout Zidane qu'il est, il ne veut pas se cacher derrière sa fantastique carrière de joueur. Il sait pertinemment que si les résultats ne suivent pas, son image ne tardera pas à être écornée.

7. Quel staff pour l'accompagner ?

" Des gens vont travailler avec moi. Il s'agit de trois ou quatre personnes qui m'accompagnaient à la Castilla. Nous n'allons pas chercher d'autres adjoints."

David Bettoni, son adjoint sur le banc de la Castilla, prend lui aussi du grade et l'accompagnera dans le même rôle avec l'équipe première.

03:41
Vidéo Stats: Zidane sur le banc, son fils spirituel Benzema sera l'une de ses meilleurs armes - Eurosport
0 commentaire
Vous lisez :