Imago

Les 7 questions que pose l’interdiction de recrutement imposée au Real Madrid et à l’Atlético

Les 7 questions que pose l’interdiction de recrutement imposée au Real et à l’Atlético

Mis à jourLe 15/01/2016 à 07:22

Publiéle 14/01/2016 à 23:46

Mis à jourLe 15/01/2016 à 07:22

Publiéle 14/01/2016 à 23:46

Article de Loris Belin

LIGA - La FIFA a interdit de recrutement les deux clubs madrilènes pour les prochaines fenêtres de transferts. Quelles conséquences pour les clubs et pour le mercato ? L’impact de cette décision pourrait s’avérer énorme pour l’avenir proche des deux équipes mais aussi bouleverser tout le marché des transferts dès cet hiver.

Quelles conséquences de l’appel ?

L’Atlético Madrid a annoncé jeudi en fin d'après-midi faire appel de la décision, suivi par le Real une heure plus tard. Après avoir déposé un recours devant la FIFA, les deux clubs saisiront probablement le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), qui sera chargé de trancher le litige. Un tel appel devant le TAS pourrait permettre aux deux équipes madrilènes d’au moins retarder l’échéance, si l'instance décide de rendre cet appel suspensif. Pour rappel, le Barça avait été suspendu en avril 2014, mais le Tribunal Arbitral du Sport n’avait rendu sa décision finale qu'en toute fin d'année… le 30 décembre. L’appel étant suspensif, le club catalan s’était fortement renforcé avec les recrutements de Suarez, Rakitic ou Ter Stegen. En attendant, le Real et l’Atlético sont pour l'instant dos au mur.

Quelles chances pour recruter cet hiver ?

Les deux clubs madrilènes font face à un défi inédit. Ils ont 18 jours pour créer leur équipe des 18 prochains mois. Un challenge aussi excitant pour l’agitation qu’il pourrait créer sur le marché des transferts, que périlleux pour les deux clubs qui ont une fenêtre de recrutement des plus réduites. La marge de manœuvre est d’autant plus mince qu’elle se trouve durant le mercato d’hiver qui ne réserve que très rarement des mouvements de grands joueurs. Le marché de janvier est habituellement celui des joueurs d’appoint et des mouvements d’ajustements, pas celui des gros calibres.

Le Barça avait certes connu une sanction identique mais avait pu recruter durant le marché estival, plus propice aux transactions d’envergure. Les grands clubs n’ont pas d’intérêt à se séparer de leurs cadres en plein cœur d’une saison. Les joueurs eux se verraient privés de Ligue des champions s’ils l’ont déjà disputé avec leur club actuel durant la première moitié de saison. Le timing est donc très compliqué pour les deux clubs de Madrid qui vont devoir se montrer persuasifs et qui devront certainement surpayer certains joueurs pour convaincre les autres clubs de lâcher leurs pépites dès ce mois de janvier.

Suarez signe à Barcelone en 2014
Suarez signe à Barcelone en 2014 - AFP

Le Real doit-il faire une croix sur Pogba ?

Paul Pogba avec la Juventus - 2015
Paul Pogba avec la Juventus - 2015 - AFP

Cristiano Ronaldo peut-il encore quitter le Real ?

Sans possibilité de recrutement jusqu’en juin 2017, l'hypothèse d'un possible départ de Cristiano Ronaldo pourrait être totalement abandonnée. Le joueur est annoncé comme une des principales cibles de plusieurs clubs lors du prochain mercato estival. Ronaldo est notamment dans le viseur du PSG, qui rêve de faire de CR7 sa superstar à même de remplacer Zlatan Ibrahimovic autant sur le terrain que dans son impact marketing, ou encore de Manchester United, son ancien club. L’interdiction de recrutement pourrait avoir comme rare aspect positif de pousser le Real à ne pas se séparer de sa star sans possibilité de pouvoir le remplacer. L’arrivée sur le banc de Zidane et ses déclarations à propos de son attaquant, qu'il a qualifié d’âme de l’équipe, était un signal important envoyé aux courtisans du Portugais. Et la décision de la FIFA pourrait bien mettre un point final aux spéculations.

Cristiano Ronaldo ist der unangefochtene Superstar bei Real Madrid
Cristiano Ronaldo ist der unangefochtene Superstar bei Real Madrid - AFP

Atlético : Quid d'un départ de Griezmann ?

Même cause, mêmes effets pour Antoine Griezmann à l’Atlético. Le Français est indispensable à la bonne tenue des siens, dont il est le meilleur buteur cette saison. Annoncé dans les plus grands clubs européens (Chelsea, Bayern mais aussi le Real entre autres), sa clause libératoire devrait passer à 100 millions d’euros, selon ce que rapportait As ce jeudi, avant l'annonce de la sanction. Le départ de Griezmann est toujours possible mais, là aussi, l’Atlético se trouverait orphelin de son buteur vedette, sans avoir la possibilité de trouver son successeur via un transfert.

Le champion d’Espagne 2014 est toutefois un habitué des transferts d’attaquants majeurs. Fernando Torres, Agüero, Falcao... autant d’attaquants ayant explosé sur la scène européenne après leur passage (ou leur formation) dans la capitale espagnole. Les Colchoneros ont basé leur stratégie de recrutement en vendant (très) bien leurs pépites offensives. Les dirigeants de l’Atlético pourraient profiter de l’interdiction de recrutement pour en faire de même avec Antoine Griezmann. Le Français fait partie des meilleurs attaquants de Liga et il confirme cette saison qu’il est au niveau en Ligue des champions. A 24 ans, il reste encore jeune et dispose d’une belle marge de progression. Les arguments pour recevoir un beau chèque sont là. Acheté pour 30 millions d’euros à la Real Sociedad, Madrid a de quoi faire une plus-value substantielle. Mais serait-ce judicieux sportivement ?

Griezmann, buteur avec l'Atlético
Griezmann, buteur avec l'Atlético - AFP

L’Atlético va-t-il tenter le pari jeune ?

Le deuxième club madrilène dispose d’un vivier de jeunes joueurs formés au club ou recrutés tôt et qui commencent à peine à montrer tout leur talent. Jugez plutôt : parmi les titulaires réguliers, Diego Simeone aligne Giménez (20 ans), Saul (21 ans), Koke (24 ans), Oliver Torres (21 ans) ou Luciano Vietto (22 ans). De quoi voir venir et peut-être miser sur une génération prête à exploser pour tenir l’équipe le temps de pouvoir recruter à nouveau.

Saul Ñíguez en el Atlético de Madrid
Saul Ñíguez en el Atlético de Madrid - Imago

Quelles ambitions à court et moyen terme pour les deux clubs ?

Pour la saison en cours, l'impact sera minime. Le Real et l'Atlético sont compétitifs, en course pour le titre en Liga et qualifiés pour les huitièmes de finale en Ligue des champions. A court terme, cette sanction pourrait même renforcer les deux clubs en les obligeant à recruter cet hiver bien plus qu'ils ne l'auraient fait sans la décision de la FIFA. En revanche, dans l'optique de la saison 2016-2017... L'interdiction de recruter des deux géants de Madrid pourrait avoir un impact sur l'intérêt de la Liga. Car c’est le Barça qui se frotte les mains. Critiqué quand, en 2014, il avait été interdit de tout recrutement, le club catalan voit aujourd’hui ses deux principaux rivaux eux aussi punis, pour les mêmes raisons. Le timing est rêvé pour Messi et les siens. Barcelone a tout écrasé sur son passage en 2015, remportant cinq trophées. L’équipe semble plus forte que jamais. Pour la Liga, le possible affaiblissement, ou disons non-renouvellement, de deux des trois locomotives du championnat n’est évidemment pas une bonne nouvelle. Le fossé pourrait se creuser entre le Barça et les autres, et c'est rarement une bonne nouvelle pour l'intérêt d'un championnat.

Godín y Cristiano Ronaldo durante un Atlético-Real Madrid
Godín y Cristiano Ronaldo durante un Atlético-Real Madrid - AFP
0 commentaire
Vous lisez :