Eurosport

Real Madrid : les raisons de l'échec de Benitez comme entraîneur

Les 3 ingrédients de l’échec de Benitez à la tête du Real Madrid

Mis à jourLe 05/01/2016 à 19:36

Publiéle 05/01/2016 à 19:03

Mis à jourLe 05/01/2016 à 19:36

Publiéle 05/01/2016 à 19:03

Article de Cyril Morin

LIGA – Nommé en juin dernier au Real Madrid, Rafael Benitez a été démis de ses fonctions ce lundi avant même de finir une saison complète avec le club merengue. Un échec pour l’entraîneur qui s’explique par de multiples raisons.

Si Zinédine Zidane a pris la lumière et les projecteurs suite à sa nomination, son prédécesseur, Rafael Benitez, a lui quitté Bernabeu par la petite porte. Une sortie peu glorieuse pour un entraîneur à la renommée internationale et aux multiples trophées. Pourtant, la destitution de l’ancien coach de Liverpool semble presque logique tant cela n’a jamais vraiment collé entre « l’institution » Real Madrid et Rafael Benitez. Retour sur les trois ingrédients qui ont causé la rupture entre Benítez et le Real.

Comment se faire larguer en 3 leçons Benitez et Perez

Se mettre à dos le vestiaire et sa star

Avant même de commencer, Rafael Benitez a été mis en difficulté par son président, Florentino Perez. Alors que la plupart des cadres du vestiaire du Real avaient émis publiquement leur volonté de voir rester Carlo Ancelotti, le président merengue en a décidé autrement pour offrir un vingtième coach en 20 ans au club madrilène.

Avec un Ancelotti regretté, Rafael Benitez marchait sur des œufs. Pourtant, il n’a pas hésité à secouer ses stars. En refusant de qualifier Cristiano Ronaldo de « meilleur joueur du monde » face à la presse, il s’est mis à dos la star du club. En pointant les errements défensifs de Sergio Ramos contre l’Atlético Madrid (1-1), il a également perdu son crédit auprès du capitaine et s’est coupé de son groupe.

Un jeu et un profil loin des standards du Real

Si le choix de Florentino Perez a laissé dubitatif, c’est aussi par le profil d’entraîneur de Rafael Benitez. Connu pour ses choix tactiques gagnants, l’ancien coach de Valence n’est pas particulièrement connu pour son jeu offensif. De fait, malgré des cartons contre les petits clubs, le Real a eu du mal à scorer contre des équipes plus consistantes.

Surtout, c’est dans le choix des hommes que l’entraîneur s’est mis à dos le public de Bernabeu. S’il a aligné la fameuse BBC (Bale-Benzema-Ronaldo), il a peu utilisé Isco (13 matches) et James Rodriguez (9 matches). Des joueurs au profil joueur et dribbleur dont Bernabeu raffole.

Rafael Benitez est sous pression au Real
Rafael Benitez est sous pression au Real - Panoramic

Le Clasico (et autres chocs)

Mais s’il y a une date qui a probablement condamné Rafael Benitez, c’est le 21 novembre 2015. Ce soir-là, le FC Barcelone écrase le Real Madrid (0-4) devant un public médusé. Iniesta, Suarez et Neymar donnent une leçon au club merengue confirmant ses difficultés face aux gros.

Si le Real est sorti premier de sa poule en Ligue des champions, il n’a pas dominé de la tête et des épaules son duel contre le Paris Saint-Germain (0-0, 1-0). Accroché contre l’Atlético (1-1) et le FC Valence (2-2), outre le Barça, il a perdu contre le FC Séville (3-2) et Villarreal (1-0). Des matches décisifs en partie ratés contre des adversaires de plus gros calibre qui ont coûté sa place à Rafael Benitez.

Des duels où Zinédine Zidane sera particulièrement attendu au tournant.

0 commentaire
Vous lisez :