Eurosport

FC Séville, la stabilité malgré tout

FC Séville, la stabilité malgré tout

Le 22/09/2017 à 23:39

LIGA - Lâché par Jorge Sampaoli à l’intersaison, le FC Séville tient pourtant le rythme du Barça avant d’affronter l’Atlético, samedi (13h). Les Andalous ont su jouer sur la stabilité, alors que les départs importants se sont multipliés ces dernières années.

Après deux victoires en Ligue Europa en trois ans, le FC Séville avait su se remettre du départ d’Unai Emery. Jorge Sampaoli, successeur de l’Espagnol parti au PSG en 2016, a mené les Sévillans à la 4e place la saison dernière en Liga. Sous contrat pour deux ans, Sampaoli a pourtant quitté l’Andalousie dès la fin de sa première saison pour reprendre les rênes de la sélection argentine. Et le FC Séville a dû, de nouveau, reprendre de zéro avec un nouvel entraîneur, Eduardo Berizzo. Les Sévillans, deuxièmes, tiennent pourtant le rythme du Barça. Ils sont toujours invaincus avant d’affronter l’Atlético samedi (13h).

Conserver cette régularité était le plus grand défi du FC Séville cette saison. Sampaoli, venu avec ses idées, avait fait de Séville une équipe spectaculaire, capable d’éclairs offensifs comme d’inconstances défensives. L’Argentin n’a pas pris le temps de construire sur ses promesses : son cycle n’a duré qu’une saison. Elle fut plus qu’honorable, même si la 4e place en Liga a été quelque peu ternie par l’élimination en huitièmes de finale de C1 contre Leicester.

Adios Emery, Sampaoli, Monchi

Autant que les départs successifs d’Emery et Sampaoli, celui de Monchi aurait pu ébranler le FC Séville. Le directeur sportif du club andalou avait imprimé depuis 2000 sa patte sur le club. Ramon Rodrigues Verdejo y a révélé de nombreux jeunes joueurs - Sergio Ramos ou Jesus Navas, entre autres. Surtout, il était l’instigateur d’un réseau de recrutement énorme au sein de l’institution, qui a contribué à repérer Dani Alves ou Seydou Keita. Monchi a choisi de quitter le FC Séville en mars dernier, avant de signer à la Roma pendant l’été.

2017, Monchi, Roma, Getty Images

2017, Monchi, Roma, Getty ImagesGetty Images

Mais Séville a joué sur la continuité. L’ex-bras droit de Monchi, Oscar Arias, l’a remplacé au pied levé. Et, après Sampaoli, c’est un autre disciple de Marcelo Bielsa qui est venu s’installer sur le banc : Eduardo Berizzo. La nomination de l’ancien entraîneur du Celta Vigo a été couronnée de succès. Avec 10 points sur 12 possibles après quatre journées, Berizzo a réussi le meilleur début de saison pour un nouvel entraîneur à Séville. Et l’entrée en lice des Andalous en Ligue des champions, soldée par un nul à Anfield (2-2), a aussi laissé bonne impression.

Solidité contre flamboyance

La stabilité, le FC Séville l’a également recherchée dans le jeu. Jorge Sampaoli avait débuté sa saison 2016-2017 par un spectaculaire 6-4 contre l’Espanyol Barcelone. Par opposition, l’équipe de Berizzo est après cinq journées la meilleure défense de Liga, avec un seul but encaissé. Le FC Séville est toujours invaincu, avec un nul et quatre victoires consécutives. Les Andalous avaient encaissé 49 buts, pour 69 marqués en 2016-2017 ; trois de leurs quatre victoires cette saison ont été arrachées sur sur le plus petit des scores (1-0).

Eduardo Berizzo avait fait du Celta Vigo une équipe séduisante. Son Celta ressemblait d’ailleurs comme deux gouttes d’eau au Séville de Sampaoli : friable défensivement, et à l’aise offensivement. Malgré un départ poussif dans le jeu, les Sévillans devraient vite reprendre leurs marques dans le 4-2-3-1 de l’Argentin. D’autant que Séville a encore recruté intelligemment cet été : Jesus Navas, libre, et Ever Banéga sont revenus au club, tandis que Sébastien Corchia, Simon Kjaer et Nolito sont venus compenser les départs de Rami, Mariano et Vitolo.

Samedi au Wanda Metropolitano, les Sévillans devraient d’abord miser sur leur solidité défensive retrouvée. Il le faudra pour arracher un petit exploit : le FC Séville ne s’est imposé qu’une fois en dix ans contre l’Atlético Madrid à l’extérieur.

Wissam Ben Yedder (FC Séville)

Wissam Ben Yedder (FC Séville)Getty Images

0
0