DPPI
 
Article
commentaires
Football > Ligue 1

Les deux font l'affaire

Les deux font l'affaire

Par Eurosport
Dans cet article
Par Eurosport - Le 11/02/2008 à 10:00
Grâce à deux buts signés Niang et Cissé, Marseille s'est imposé à Nice (0-2), dimanche en clôture de la 24e journée. L'OM s'installe à la 5e place du classement, à deux longueurs de son adversaire du soir. Le Gym, dont la série d'invincibilité a donc pris

NICE - MARSEILLE: 0-2
Buts: Niang (25e), Cissé (76e)

Un plus un égale... trois. Ce calcul, pas vraiment académique, trouve son raisonnement mathématique dans la prestation marseillaise. Dimanche soir, l'OM a empoché trois points grâce à un but de ses deux titulaires en attaque. Au passage, le club phocéen s'est offert son troisième succès à l'extérieur cette saison. Sur une pelouse de choix. Après avoir fait chuter Lyon à Gerland (1-2) à la mi-novembre, Marseille a interrompu le rouleau-compresseur niçois et sa série de treize rencontres sans défaite. Surtout, les hommes d'Eric Gerets sont les premiers depuis les Toulousains, le 24 janvier 2007, à s'imposer au Stade du Ray. À cette addition des points positifs de la soirée olympienne, peuvent être ajoutées la grimpée au classement (5e place, à égalité de points avec Valenciennes et Monaco) et l'imperméabilité de la défense, qui avait encaissé au moins un but lors de ses quatre précédentes sorties. Que du positif, donc? Pas totalement.

La défense marseillaise, justement, ne laissait pas imaginer que la soirée se conclurait sous de si bons auspices. En moins de dix minutes, Givet, Faty, et Krupoviesa reçoivent d'emblée un avertissement suite à des fautes sur Modeste. Pour sa quatrième titularisation, le jeune attaquant niçois ne parvient cependant pas à prendre Mandanda de vitesse (7e). Mais les maux de l'arrière-garde olympienne n'en semblent pas pour autant résolus. En guise d'exemple, l'oubli complet du marquage sur Ederson, qui rate une opportunité en or d'ouvrir le score pour les Aiglons (15e), et un nouveau geste d'antijeu de Faty, qui aurait dû valoir une expulsion de l'ancien Rennais en début de seconde période (48e). En supériorité numérique, Nice aurait pu profiter plus facilement des brèches entrevues dans l'édifice olympien. Et surtout, remettre les compteurs à égalité.

Mandanda présent aux bons moments

Sur la première, et quasi unique occasion marseillaise de la première période, Niang avait signalé son retour de la CAN en profitant d'une passe malicieuse de Cana (1-0, 25e). Cissé n'avait ensuite trouvé que la parade de Lloris (43e). Le mérite de l'OM, en plus d'afficher ce brillant réalisme, sera de tenir le coup à l'heure de jeu, moment charnière de ce match. En grande partie grâce à son portier. Alors que Nice domine et s'installe dans la moitié de terrain olympienne, Mandanda sort une énorme parade après une frappe de Modeste (72e). Quelques instants plus tard, sur un contre, les Phocéens réussissent à plier le match : boulet de canon de Taiwo en guise de centre, qui termine dans les pieds de Cissé (2-0, 76e). L'attaquant tricolore signe ainsi son quatrième but en deux matches, le neuvième de sa saison en L1. Niang revenu, Cissé redevenu buteur, Marseille cumule les bonnes nouvelles.

Le club phocéen se remet en course dans le wagon pour l'Europe, se situant désormais à six longueurs du podium, et à deux de son adversaire du soir. Nice n'est donc plus invaincu. Le club azuréen devait quand même sentir le couperet se rapprocher, après avoir perdu en Coupe de France à Angers (3-1), et après être revenu au score pour arracher le nul lors des deux précédentes journées de L1 (à Rennes et à Toulouse, 1-1). Toutes les séries ayant une fin, Frédéric Antonetti et ses hommes ne devraient pas se focaliser là-dessus. Mais ils noteront certainement que ce revers intervient lors d'une journée où leurs trois devanciers au classement se sont imposés. Au moment des comptes, dimanche soir, les mathématiques seront moins clémentes avec Nice.

LA DECLA : Pape Diouf (président de l'Olympique de Marseille)

"Une bonne opération comptable dans la continuité de nos derniers résultats. On savait que ce derby était un tournant important à bien négocier. Nous l'avons fait avec maîtrise même si nous avons connu un premier quart d'heure difficile avec trois cartons jaunes. Ensuite, nous avons assuré une victoire indiscutable. Mandanda a fait le travail et confirme. Quant à notre objectif, je ne l'avais pas revu à la baisse lorsque nous avions été jugés et condamnés très vite, je ne vais pas, au bénéfice de cette victoire sur Nice, verser dans l'euphorie. Un championnat se juge sur 38 journées et pas sur une petite série. Nous évoluons à un niveau plus conforme avec nos moyens."