AFP

Valbuena : "Gonflé à bloc!"

Valbuena : "Gonflé à bloc!"
Par Eurosport

Le 19/11/2010 à 11:16

Auteur du second but tricolore à Wembley, Mathieu Valbuena savoure comme il se doit la victoire française en terre anglaise. Il explique avoir eu des "frissons" à son entrée sur la pelouse puis des "sensations fortes" quand il a marqué. Il espère maintenant surfer sur la vague bleue avec l'OM.

MATHIEU VALBUENA, comment avez-vous vécu la victoire des Bleus à Wembley ?

M.V : On se devait d’être prêt dès le début match. Le coach nous a dit de mettre beaucoup de détermination et d’agressivité d’entrée de jeu. Son discours nous donne vraiment confiance. On a donc pu oser sur le terrain. Et tenter des choses.

Ce stade vous a-t-il impressionné ?

M.V : Quand je suis entré sur la pelouse au moment des hymnes nationaux, j’ai eu des frissons. C’est impressionnant. Pour moi, c’est une chance de vivre un tel événement. Et un grand moment. J’étais vraiment fier d’être là. C’était une très belle soirée.

Et vous avez réussi à marquer le second but français…

M.V : Là, j’ai ressenti énormément d’émotion. Et des sensations fortes. Car on ne joue pas tous les jours à Wembley face à l’Angleterre. Sur l’action, je donne le ballon à Yo (Yoann Gourcuff) et je vais me placer l’intérieur. Ba (Bakary Sagna) prend alors le couloir et déborde. Il arrive à faire un super centre. Samir (Nasri) se retrouve un peu court de la tête et moi je reprends de volée. Le ballon termine dans le petit filet.

Après Liverpool avec l’OM, vous brillez à Wembley avec les Bleus. L’Angleterre vous porte bonheur ?

M.V : Trois ans après Liverpool, je marque à Wembley. L’Angleterre me réussit. Intérieurement, c’est une grande joie. Mais surtout une victoire collective, car la victoire est au bout.

Même si l’opposition anglaise n’était pas très consistante, l’équipe de France semble monter en puissance. Laurent Blanc a-t-il réussi à changer les mentalités ?

M.V : C’était seulement un match amical. Ça ne valait pas de point. Pourtant, cette rencontre était aussi un test. Et nous l’avons réussi. Ça traduit la bonne ambiance qui règne dans le groupe. On vit très bien ensemble. Le coach nous transmet des valeurs de respect. On reconstruit petit à petit une autre équipe de France qui a changé son état d’esprit. On repart de très bas mais on progresse. On sait que ça ne va pas se faire du jour au lendemain. Ça passe forcément par des victoires pour oublier ce qui s’est passé en Afrique du Sud.

Le retour éventuel de Franck Ribery chez les Bleus pourrait-il remettre en cause votre statut ?

M.V : Franck, c’est un leader. Je pense que l’on aura besoin de quelqu’un comme lui. Ce serait bien de le revoir en équipe de France.

Samedi, l’OM se rend à Toulouse. La victoire est-elle impérative pour se relancer ?

M.V : On se déplace à Toulouse pour gagner. Il faut absolument que l’on renoue avec la victoire. Et arrêter notre série de contre-performances. Personnellement, je reviens gonflé à bloc. Je veux revivre les mêmes moments que la saison dernière. Mais ça sera plus dur. Quand on voit que Lyon a réussi à enchaîner sept titres de champion… Ils sont arrivés à chaque fois à hausser leur niveau de jeu. On doit prendre exemple là-dessus.

Vous pensez Marseille capable de vite rebondir ?

M.V : Pour le moment, nous n’arrivons à desserrer le frein à main. Pourtant, nous avons réellement le potentiel pour aller plus haut. Bien sûr nos prestations sont moyennes et les résultats pas assez satisfaisants. Mais nous sommes encore en course dans toutes les compétitions. En championnat, nous sommes même plutôt bien avec un match en retard à disputer. En Ligue des champions, on a les cartes en main pour se qualifier pour les huitièmes de finale. On peut faire un résultat à Moscou. On ne doit pas passer à côté d’un tel rendez-vous. C’est dos au mur que nous sommes parfois les meilleurs.

0
0