Ligue 1 2011/2012 Saint-Etienne Sinama-Pongolle - DPPI
 
Article
commentaires
Football > Ligue 1

Sinama-Pongolle : "Des trucs qui m'échappent"

Sinama-Pongolle : "Des trucs qui m'échappent"

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/03/2012 à 18:47 -
Par Eurosport - Le 18/03/2012 à 18:47
Après le derby perdu face à l'OL (0-1), une voix dissonante a sonné, samedi soir côté ASSE. Alors que les Stéphanois ont eu recours à l'argument de l'impuissance et de la supériorité lyonnaise pour expliquer la défaite, Florent Sinama-Pongolle a déversé sa frustration. Sans épargner ses coéquipiers.

La tête basse, le regard fuyant. Dans les couloirs de Geoffroy-Guichard, ils n'ont pas été nombreux, les Stéphanois, à vouloir mettre des mots, à vouloir trouver une explication à la bien pâle prestation livrée face à l'OL (0-1). La thèse de la supériorité lyonnaise fut le recours le plus fréquemment employé. Et pour cause, ce derby a vite tourné à la leçon en seconde période quand les Lyonnais ont appuyé sur l'accélérateur et les Verts tiré le frein à main. Oui, la maîtrise lyonnaise a crevé les yeux. Notamment ceux de Christophe Galtier : "Entre Lyon et Saint-Etienne, il y a une différence de niveau dans tous les secteurs du jeu : technique et athlétique. On a vu la différence entre ce qu'on devait faire et ce qu'on pouvait faire parce que Lyon a l'habitude de ce genre de match et nous a bien pris. L'écart était trop grand. Et aujourd'hui, nous étions au maximum de ce que nous pouvions faire."

Au sortir des vestiaires, un joueur semblait particulièrement touché par la défaite. Parce que lui, n'estimait pas, contrairement à son coach, que Saint-Etienne avait fait son maximum. Florent Sinama-Pongolle n'a pas digéré ce troisième revers consécutifs face à Lyon cette saison. Plus que le résultat, c'est l'attitude du onze stéphanois qui le dérange. Alors, quand les micros se sont tendus vers lui, il n'a pu contenir sa frustration : "Lyon n'est pas supérieur. Ils en ont voulu plus que nous", constate plus sévèrement l'attaquant des Verts. "Dans le combat, on peut faire plus. Ce n'était pas suffisant. On a voulu gérer le match alors que nous aurions dû mettre l'euphorie. Encore une fois, on a des regrets."

"On est passé à côté"

Quand Christophe Galtier estime "qu'il n'y a pas eu de différence en terme de générosité", Florent Sinama-Pongolle, qui a joué quelques derbies en Espagne ou en Angleterre, n'est pas loin de penser l'exact contraire. Certains de ses coéquipiers n'ont-ils pas bien saisi l'importance d'un derby ? "Demandez aux joueurs concernés. Mais c'est l'impression que j'ai eu en vivant une bonne partie du match sur le banc. Il y a des choses que je ne comprends pas, des trucs qui m'échappent. Ce mot, derby, signifie quelque chose et là, dès l'entame du match... On est passé à côté de quelque chose d'extraordinaire. On ne s'est pas fait respecter."

L'ancien attaquant de Liverpool, qui n'est entré en jeu qu'à la 65e minute, n'hésite pas à placer ses coéquipiers devant leurs responsabilités. Notamment sur le but de Bafétimbi Gomis : "On prend le but sur un bon travail de Bafé mais si on n'est plus présent sur l'engagement, il ne prend pas le ballon, ne se retourne pas et ne marque pas." Battu dans le duel, Sylvain Marchal appréciera. La jeunesse de l'effectif peut expliquer que Saint-Etienne soit passé à côté. Mais Sinama-Pongolle n'était pas prêt à trouver des excuses : "A l'aller, on a pris une leçon. C'est bien beau de prendre de leçon mais après, il faut en tirer quelque chose..." Samedi soir, le discours de Florent Sinama-Pongolle dépareillait avec celui de ses équipiers. Pourtant, c'est peut-être lui qui résumait le mieux le sentiment général.