Panoramic

Ligue 1 - OM-LOSC (2-1) : L'Olympique de Marseille sacré champion d'automne

Appliqué et sérieux jusqu'au bout, l'OM a mérité de passer les fêtes en tête

Le 21/12/2014 à 23:21

L'Olympique de Marseille passera de joyeuses fêtes. Les Phocéens se sont imposés 2-1 face à Lille lors de la 19e journée du championnat, dimanche au Vélodrome. L'OM est sacré champion d'automne et débutera la phase retour avec deux points d'avance sur Lyon et trois de plus que le Paris Saint-Germain.

Du pressing, du mouvement, de l’envie : les ingrédients sont connus, mais la recette marseillaise n’en finit pas de faire des miracles cette saison. Dimanche face à Lille (2-1), les hommes de Marcelo Bielsa ont remporté une neuvième victoire de suite à domicile et la garantie de finir l’année en tête du Championnat de France. Les voici champions d'automne, deux longueurs devant Lyon et trois points devant le PSG.

Marcelo Bielsa n’avait pas communiqué son onze en conférence de presse, vendredi. Et pour cause, le technicien argentin avait fait un choix fort : se passer de Dimitri Payet, jugé trop peu investi à l’entraînement, et aligner Michy Batshuayi en soutien d’André-Pierre Gignac. Le pari était risqué, l’attaquant belge n’ayant qu’une seule titularisation dans les jambes (en Coupe de la Ligue, face à Rennes). Il n’en fut que plus éclatant de réussite. Batshuayi fut dans tous les bons coups marseillais, dimanche après-midi. Disponible, à l’aise techniquement et en pleine réussite, l’avant-centre de 21 ans a largement contribué à la victoire olympienne face à Lille.

Roux donne un coup de main aux Olympiens

Ce n’est pourtant ni Batshuayi, ni Gignac qui ont permis à l’OM d’ouvrir le score ce dimanche. Sur un corner (mal) tiré par Thauvin, Roux a dévié le ballon dans son propre but (1-0, 32e). Aussi cruel que révélateur des difficultés lilloises au Vélodrome. Les joueurs de René Girard ont étalé, tout au long de la partie, leur impuissance sur la pelouse du Vélodrome. A l’image d’une charnière centrale aux abois, les Dogues ont rivalisé de mauvais choix sur les (rares) contres qu’ils ont eu à négocier. 

Florian Thauvin - Marseille OM 2014

Florian Thauvin - Marseille OM 2014AFP

Il n’en fallait pas plus à l’OM pour asseoir sa domination sur la rencontre. Thauvin, acclamé à sa sortie, Ayew ou Imbula ont, tour à tour, enflammé un stade Vélodrome plein pour l’occasion (62 408 spectateurs, un record). Même l’égalisation lilloise, sur une contre-attaque qui a profité à Gueye (1-1, 62e), n’a pas semblé inquiéter outre-mesure les Olympiens. La réaction ne s’est, d’ailleurs, pas fait attendre : sept minutes plus tard, Batshuayi enchaînait contrôle orienté et frappe en lucarne pour redonner l’avantage à l’OM (2-1, 69e).

Les temps faibles, les occasions ratées, tout cela avait peu d’importance au coup de sifflet final. Dimanche, l’OM a assuré l'essentiel en décrochant le titre de champion d’automne, avec trois points d’avance sur le PSG. Un luxe qui place Marseille bien au-delà d’une simple position de challenger. La question, désormais, est de savoir si cette équipe a assez d’armes pour aller au bout. Une chose est sûre : au vu des grimaces d’Ayew dans le dernier quart d’heure et la fatigue accumulée (n'en déplaise à Bielsa), les vacances arrivent au moment propice pour l’OM. 

0
0