AFP

ASM-SDR (2-2), l'antisèche : En répétant ses erreurs, Monaco fait tout ce que l'OL attend de lui

L'antisèche : En répétant ses erreurs, Monaco fait tout ce que l'OL attend de lui

Mis à jourLe 12/03/2016 à 00:23

Publiéle 12/03/2016 à 00:11

Mis à jourLe 12/03/2016 à 00:23

Publiéle 12/03/2016 à 00:11

Article de Vincent Bregevin

LIGUE 1 – Tenu en échec par Reims après avoir mené deux fois au score (2-2), l'ASM a abandonné deux points précieux dans son duel avec Lyon pour la course à la deuxième place. Les Monégasques ont affiché un réalisme à deux vitesses et confirmé leur fébrilité défensive face à des Rémois qui peuvent aussi nourrir quelques regrets. Notre antisèche.

Le jeu : Monaco n'a été efficace qu'une mi-temps

L'ASM a livré un match contrasté. Elle a été très réaliste en première période face à des Rémois dominateurs dans le jeu, en ouvrant le score sur sa première opportunité et en profitant d'une grosse erreur individuelle de Gaëtan Charbonnier pour reprendre l'avantage à moins de dix minutes de la pause, à chaque fois grâce à Vagner Love. Après la pause, on a eu le scénario inverse. L'attaquant brésilien a manqué deux occasions très franches de donner un break d'avance à sa formation, et Reims a égalisé sur sa seule opportunité de la seconde période.

Les joueurs : De Préville, quelle classe !

Le trio offensif de Reims a créé des gros problèmes à la défense monégasque. Surtout l'insaisissable De Préville, auteur d'une action de grande classe sur l'ouverture du score de Gaëtan Charbonnier, qui n'a pas fini de ruminer son erreur sur le deuxième but de Vagner Love. Thiévy Bifouma a lui aussi fait mal à l'ASM par sa vitesse, même s'il a manqué de justesse dans le dernier geste. A noter aussi, la très belle entrée de Lass Bangoura, passeur décisif sur le but de Diego, récompensé aussi de son activité. Johann Carrasso a réussi des parades décisives après une entame délicate.

A Monaco, la principale satisfaction a été Jérémy Toulalan, énorme dans l'entrejeu. Vagner Love a illustré le réalisme à deux vitesses des Monégasques, tandis que Thomas Lemar, João Moutinho et Helder Costa sont restés trop neutres. Tout comme Bernardo Silva, même s'il a été à l'origine du premier but du club de la Principauté. Elderson Echiejilé, lui, a symbolisé les grandes difficultés défensives de l'ASM sur son côté gauche.

Ce qui aurait pu tout changer

68e minute de jeu : Un quart d'heure plus tôt, Vagner Love a déjà manqué un premier duel face à Johann Carrasso. Le Brésilien en a un deuxième, dans de meilleures conditions après une belle ouverture de João Moutinho. Il tente de piquer son ballon face au gardien rémois, mais celui-ci s'interpose grâce à une belle sortie. Monaco n'aura plus d'occasion aussi nette. Et Reims égalisera 12 minutes plus tard.

La joie de Diego (Reims) après son but égalisateur face à Monaco
La joie de Diego (Reims) après son but égalisateur face à Monaco - AFP

La stat : 34

Monaco a encore affiché sa fébrilité défensive face à Reims, et concédé deux nouveaux buts. Les Monégasques en ont déjà encaissé 34 depuis le début de la saison, et ne pointent ainsi qu'à la 11e place au classement des défenses de la Ligue 1. Pour rappel, l'équipe de Leonardo Jardim avait la meilleure défense du championnat la saison passée avec seulement 26 buts concédés.

Le tweet qui résume tout

La décla : Vagner Love (attaquant de Monaco)

" On est très déçus de ce match nul. Il va falloir retenir nos erreurs et vite corriger ça."

La question : Quelle équipe a le plus de regrets ?

La course à la Ligue des champions monopolise certainement davantage l'attention que celle pour le maintien, donc les deux points perdus par Monaco doivent être mis en avant. L'ASM a eu deux fois l'avantage au score, elle a eu l'occasion de se mettre à l'abri avant de se faire rejoindre à dix minutes de la fin, donc elle nourrira forcément des regrets.

Mais Reims peut aussi en avoir. Dans le contenu, les Rémois ont livré une très belle prestation, dominant même les Monégasques à la possession (55%) et se procurant plusieurs occasions franches. Si Reims peut se satisfaire d'être revenu sur sa seule opportunité de la seconde période, il avait en revanche toute les raisons d'être frustré à la fin de la première tant il ne méritait pas d'être mené par Monaco.

Les deux équipes auront donc une impression mitigée après ce résultat. Monaco s'expose à voir Lyon revenir à quatre points dans la course à la deuxième place, si les Lyonnais s'imposent à Rennes dimanche. Reims, de son côté, n'a que trois points d'avance sur le premier relégable alors qu'il méritait peut-être un peu plus sur sa prestation. Ce nul n'arrange finalement personne. Sauf l'OL.

0 commentaire
Vous lisez :