AFP

Au Vélodrome, le malaise est partout : sur la pelouse comme dans les couloirs

Au Vélodrome, le malaise est partout : sur la pelouse comme dans les couloirs

Mis à jourLe 06/03/2016 à 21:58

Publiéle 06/03/2016 à 21:53

Mis à jourLe 06/03/2016 à 21:58

Publiéle 06/03/2016 à 21:53

Article de Vincent Bantit

LIGUE 1 - Une drôle d'ambiance régnait dimanche au Vélodrome. Avant le match, pendant et surtout après la nouvelle déconvenue de l'OM dans son stade à l'issue du nul concédé face à Toulouse (1-1).

"5 mois, 21 jours, 15 heures sans gagner au Vel, ça suffit. Aujourd'hui, victoire impérative." Les supporters de l'OM avaient mis des mots sur leur frustration avant la rencontre OM-Toulouse. A l'issue du match nul concédé face au TFC (1-1), ils ont remballé leur banderole et ruminé une nouvelle fois leur frustration de ne pas voir l'OM l'emporter dans son stade. Actualisé, leur message pourra être ressorti à l'occasion de la prochaine réception de Rennes le 18 mars. "Bien sûr que l'on a vu la banderole avant de rentrer sur la pelouse, explique Rémy Cabella, l'un des rares à avoir surnagé face à Toulouse. Je comprends leur déception. On n'est pas content non plus. Mais on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes."

01:06
Mandanda : "Il faut arrêter de se voiler la face" - Eurosport

En concédant le nul face à l'avant-dernier du championnat, l'OM a encore un peu plus hypothéqué ses chances de remonter en haut du tableau de la Ligue 1. "Ce nul, c'est comme une défaite, poursuit Cabella. Heureusement qu'il y a Steve Mandanda, sinon on le perd vraiment ce match." Encore très bon sur le terrain, le capitaine marseillais l'a aussi été dans l'analyse du nouveau match raté de l'OM. "A un moment donné, il faut arrêter de se voiler la face, lance Mandanda. Quand on est incapable de gagner à domicile et de prendre des points lorsqu'ils sont devant nous, ça ne sert à rien d'espérer quoi que ce soit." L'heure est donc à la résignation du côté de l'international tricolore, incapable de trouver des motifs d'espoir pour la suite de la saison. "La Coupe de France ? Le championnat ? On ne mise sur rien du tout, analyse encore Mandanda. On se concentre juste sur le prochain match…"

" Pas possible d'être treizième dans ce championnat..."

Considéré comme un tournant de la saison, cette rencontre face à Toulouse devait remettre les Marseillais dans le sens de la marche. Ce fut tout le contraire… "Je ne sais pas combien on est classé aujourd'hui, lâche Mandanda. Ce n'est pas possible d'être seulement treizième avec un championnat qui n'avance pas." Ce nouveau nul concédé à la maison, le neuvième de la saison, plombe le bilan comptable des Marseillais mais aussi les ambitions d'accrocher une place sur le podium ou même dans le top 5.

Michy Batshuayi (OM)
Michy Batshuayi (OM) - Panoramic

Dans ce contexte, les supporters olympiens restent tout de même assez timorés. Seuls quelques "Labrune démission" ont été lancés en fin de rencontre face à Toulouse. "On va essayer de gagner notre prochaine rencontre à domicile, pronostique Mandanda . On doit au moins ça à nos supporters. Ils restent avec nous malgré tout ce qu'il se passe. Je les ai connus beaucoup plus durs avec le club…" La prochaine banderole risque d'être tout de même beaucoup plus salée à l'encontre des Marseillais s'ils continuent à faire du surplace.

" Pas de climat d'insécurité avec les supporters"

Face à cette colère qui semble encore contenue chez les fans de l'OM, Michel tente de garder le couvercle sur la cocotte-minute du Vélodrome. "J'ai joué et j'ai entraîné d'autres équipes, rappelle le coach espagnol. Et, parfois, les supporters peuvent créer un climat d'insécurité autour du club quand les résultats ne sont pas là. Mais ce n'est pas le cas à l'OM." L'ancien milieu de terrain madrilène perd en tout cas de plus en plus de crédit auprès des fans marseillais. Son nom est régulièrement sifflé lors de la présentation des joueurs avant le coup d'envoi des rencontres au Vélodrome. Et le scénario de la fin de match face à Toulouse ne va pas arranger la réputation de Michel…

01:56
Michel : "On ne trouve pas la solution" - Eurosport

En passant dans un schéma de jeu très offensif, Michel a évolué durant un quart d'heure avec un seul milieu de terrain récupérateur. "Il fallait que l'on ose après l'égalisation car on voulait vraiment l'emporter, précise l'entraîneur espagnol. On ne peut pas jouer tout le temps comme ça avec un seul milieu de terrain récupérateur. Mais on devait le faire aujourd'hui. Car un nul ne nous sert à rien. Je suis conscient que notre équipe était déséquilibrée. Mais il fallait garder nos attaquants sur le terrain pour tenter de marquer." Steve Mandanda ne s'est pas fait prier pour remettre cette tactique en cause durant la rencontre. Il est ainsi allé voir Florian Thauvin, qui s'échauffait sur le bord du terrain, pour qu'il passe un message à Michel. "C'est une conversation privée", dira l'ancien Lillois après le match.

L'incroyable message de Mandanda à Michel

Depuis son poste de gardien de but, Steve Mandanda avait bien vu que l'OM avait perdu le contrôle du milieu de terrain. Il a ainsi demandé à Thauvin de relayer son point de vue tactique au coach espagnol. "On doit garder un certain équilibre même si on veut revenir au score, plaide Mandanda. On prenait des vagues à chaque fois. On doit faire preuve de plus d'intelligence pour garder un certain équilibre. Tout le monde n'avait pas les bonnes consignes sur le terrain." Décidément, le malaise est bien profond à l'OM. Et il dépasse le simple cadre du stade Vélodrome.

0 commentaire
Vous lisez :