Eurosport

Ils ont 20 ans ou moins et font déjà la loi : Notre top 10

Ils ont 20 ans ou moins et font déjà la loi : Notre top 10

Mis à jourLe 19/02/2016 à 14:09

Publiéle 18/02/2016 à 16:31

Mis à jourLe 19/02/2016 à 14:09

Publiéle 18/02/2016 à 16:31

Article de Martin Mosnier

LIGUE 1 - Bordeaux et Nice aligneront ce vendredi quelques-uns des plus grands espoirs du championnat. L'occasion de vous livrer notre top 10 des joueurs nés après 1995 mais qui n'ont pas attendu bien longtemps avant de flamber en Ligue 1.

A force de se faire piller chaque été, la Ligue 1 avance un peu plus tous les ans l'âge des jeunes pousses qu'elle lance dans le grand bain et sans brassard. Cette saison, ils sont une bonne vingtaine à jouer régulièrement les samedis et dimanches alors qu'ils n'ont pas encore soufflé leur 21e bougie. Quelques-uns d'entre ceux sont parmi les plus grands espoirs européens.

Ce vendredi, ils seront au moins trois à débuter Bordeaux-Nice (Koziello, Ounas, Bernardoni). Nous avons décidé de vous livrer notre top 10 des joueurs de 20 ou moins qui illuminent nos week-ends. Seuls critères de sélections : être né après 1995 et avoir disputé au moins dix matches de championnat cette saison.

1. Adrien Rabiot (PSG, 20 ans)

Pourquoi lui ? Pour son style délié, ses chevauchées crinière au vent, son élégance naturelle balle au pied. Face aux blessures de Verratti, Rabiot a assuré un intérim bien plus qu'efficace et réussi à se faire sa place dans l'effectif monstrueux du PSG. A 20 ans, c'est déjà un exploit. Si Laurent Blanc tient autant à lui et le retient par le col à chaque mercato, c'est qu'il y a une raison. Son assurance, sa technique en mouvement, sa faculté à se projeter vers l'avant : tout nous plaît chez lui.

Adrien Rabiot en Ligue des champions avec le PSG
Adrien Rabiot en Ligue des champions avec le PSG - AFP

2. Vincent Koziello (Nice, 20 ans)

Pourquoi lui ? Parce qu'il ne faut pas se fier à son visage d'adolescent, Koziello est déjà le patron. A la récupération, dans la première relance et même dans la surface adverse (3 buts, 2 passes décisives), le lutin niçois (1,68 m) est la plaque tournante du collectif des Aiglons. Relayeur ou créateur, il sait tout faire avec une facilité déconcertante et une activité incessante. Suivi par Arsenal ou l'AC Milan, Koziello a un boulevard devant lui. Ils sont nombreux à avoir montré ces dernières années qu'il n'était pas nécessaire d'être monté sur 1,80 m de muscles pour s'imposer dans de grands clubs européens. Demandez donc à Iniesta, Xavi etc.

Koziello (Nice) célèbre son but
Koziello (Nice) célèbre son but - AFP

3. Ousmane Dembele (Rennes, 18 ans)

Pourquoi lui ? Parce qu'il suffit de le voir ravager les pelouses de Ligue 1 pour se rendre compte qu'il a quelque chose en plus. Sa vitesse et son sens du but l'ont imposé comme un titulaire désormais indiscutable à Rennes. Avec cinq buts et deux passes décisives en 14 rencontres, Dembele n'a pas tardé à se faire un nom. Un vrai dragster avec des pieds en or. Dembele est le dribbleur le plus efficace d'Europe parmi les U21 et il n'a que 18 ans.

Ousmane Dembélé (Rennes) à la lutte avec Billy Ketkeophomphone (Angers), vendredi 12 février 2016
Ousmane Dembélé (Rennes) à la lutte avec Billy Ketkeophomphone (Angers), vendredi 12 février 2016 - AFP

4. Thomas Lemar (Monaco, 20 ans)

Pourquoi lui ? Parce qu'avec lui, il faut s'attendre à tout. Sur une passe, un dribble, une frappe, il peut faire tomber la foudre. Lemar, c'est le talent incarné. Parmi la pléthore de prodiges offensifs recrutés par l'AS Monaco l'été dernier, l'ancien Caennais est celui qui sort largement du lot. Seules des blessures l'ont écarté de l'équipe type de l'ASM. Le Bayern Munich l'a déjà appelé pour tâter le terrain et il ne serait pas surprenant de voir Monaco lâcher son petit prodige pour un chèque avec beaucoup de zéros dans les mois qui viennent.

Thomas Lemar avec Monaco face à Lorient - Ligue 1 2015/2016
Thomas Lemar avec Monaco face à Lorient - Ligue 1 2015/2016 - AFP

5. Alban Lafont (Toulouse, 17 ans)

Pourquoi lui ? Parce qu'il a enlevé une sacrée épine dans le pied des Toulousains. Après les fiascos Ahamada, Boucher et Goicoecha, Alban Lafont a pris possession du but des Violets avec l'assurance d'un grognard. A 17 ans à peine, il est le plus jeune talent de notre sélection et gardien le plus précoce de l'histoire de la L1. Le TFC lui doit déjà quelques points précieux notamment lors de la victoire face à Nice (2-0), à Troyes (0-3) et du nul face à Nantes (0-0). Une vraie assurance tout risque.

6. Adam Ounas (Bordeaux, 19 ans)

Pourquoi lui ? Parce qu'il est l'un de ceux qui nous réconcilie avec la Ligue 1 (et les Girondins). Ounas, c'est l'amour du risque, de la prise de risque et de l'inattendu. A 19 ans, le gaucher a déboulé comme une évidence dans un collectif qui se cherchait un facteur x. Ounas, c'est l'audace incarnée. Celui qui est capable de tout et surtout de chasser la morosité dans la saison bordelaise.

Adam Ounas (Bordeaux)
Adam Ounas (Bordeaux) - Panoramic

7. Seko Fofana (Bastia prêté par Manchester City, 20 ans)

Pourquoi lui ? Parce qu'il éclate au grand jour et se présente déjà, à 20 ans, comme le patron du milieu bastiais. Plus discret que les buteurs et/ou dribbleurs de cette liste, moins hype que Koziello ou Rabiot, Fofana n'en reste pas moins l'un des plus gros espoirs de sa génération. Présent dans toutes les sélections de jeunes, absolument incontournable au Sporting, l'ancien milieu du Paris FC appartient aujourd'hui à Manchester City et c'est un avenir doré qui se présente à lui.

Seko Fofana lors de Angers - Bastia en Ligue 1 2015-2016
Seko Fofana lors de Angers - Bastia en Ligue 1 2015-2016 - Panoramic

8. Maxwell Cornet (Lyon, 19 ans)

Pourquoi lui ? Parce qu'avoir disputé 20 matches avec l'OL au mois de février à 19 ans, c'est déjà un exploit. Lui aussi a brillé dans toutes les sélections de jeunes. Sa première saison à Lyon est convaincante (6 buts toutes compétitions confondues). Il apprend dans les pas de Lacazette et Génésio n'hésite plus à le titulariser. Il n'incarne plus seulement l'avenir de l'OL mais son présent.

Maxwell Cornet (Lyon) contre Metz en Ligue 1 le 25 janvier 2015
Maxwell Cornet (Lyon) contre Metz en Ligue 1 le 25 janvier 2015 - AFP

9. Jeremie Boga (Rennes prêté par Chelsea, 19 ans)

Pourquoi lui ? Parce qu'il a tout pour faire une grande carrière : le sens du but, de la dynamite dans les cuisses et… une clause libératoire de 40 millions d'euros (!). Chelsea a misé sur lui dès ses 12 ans et José Mourinho l'avait adoubé avant de se faire débarquer : "Des gens comme Fabregas, Matic et Boga sont les dix prochaines années du club." Chez les jeunes Blues, il était la référence et ses débuts en L1 sont très prometteurs.

Jérémie Boga a inscrit le but égalisateur de Rennes face à Nice
Jérémie Boga a inscrit le but égalisateur de Rennes face à Nice - AFP

10. Paul Bernardoni (Bordeaux, 18 ans)

Pourquoi lui ? Un début de carrière en forme de météorite. Lancé dans le grand bain cinq mois seulement après son arrivée dans le groupe pro, titulaire dès le mois de mois d'octobre, Bernardoni ne saute pas les marches quatre par quatre, il prend l'ascenseur. Le voilà à Bordeaux après 14 matches à Troyes. Problème, son début d'aventure à Bordeaux démarre mal. Mais il n'est pas du genre à cogiter et si son ascension se poursuit à cette vitesse, il pourrait très vite monter très haut.

  • D'autres pépites qui ont brillé en L1 cette saison : Aldo Kalulu, Alexis Blin, Marcus Coco, Zinedine Machach, Issa Diop.
Paul Bernardoni lors de son premier match avec Bordeaux -2016
Paul Bernardoni lors de son premier match avec Bordeaux -2016 - Panoramic
0 commentaire
Vous lisez :