Eurosport

L'abdication de Toulouse, Dembélé, Boudebouz : les tops et les flops de samedi

L'abdication de Toulouse, Dembélé, Boudebouz : les tops et les flops de samedi

Mis à jourLe 27/02/2016 à 23:45

Publiéle 27/02/2016 à 23:29

Mis à jourLe 27/02/2016 à 23:45

Publiéle 27/02/2016 à 23:29

Article de Martin Mosnier

LIGUE 1 – Toulouse qui se saborde, Dembélé qui ne s'arrête plus, Boudebouz qui régale et Bordeaux qui s'effondre : voici tout ce qu'il fallait retenir de ce samedi de Ligue 1.

Tops

  • Ousmane Dembélé

Ousmane Dembélé n'en finit plus d'impressionner en L1. Face à Toulouse (1-2), le jeune Rennais a été dans tous les bons coups des Rouge et Noir. Un peu trop individualiste sur certaines occasions, il a été l'un des rares Bretons à mettre du rythme et à faire des différences. Au final, il est surtout décisif sur les deux buts de Rennes en fin de match. Buteur d'une jolie frappe enroulée sur l'égalisation (1-1), il a ensuite lancé Kamil Grosicki sur le but de la victoire (2-1). Impressionnant pour un garçon de 18 ans. Le voir évoluer sur les pelouses de L1 est un régal. Et Rennes peut remercier sa pépite.

Ousmane Dembélé (Rennes) à la lutte avec Billy Ketkeophomphone (Angers), vendredi 12 février 2016
Ousmane Dembélé (Rennes) à la lutte avec Billy Ketkeophomphone (Angers), vendredi 12 février 2016 - AFP
  • Ryad Boudebouz

Boudebouz est un drôle de joueur. Il peut traverser des rencontres comme un fantôme, comme ce fut trop souvent le cas en début de saison, ou prendre la rencontre en main sur ses seules inspirations. C'est un peu le baromètre de Montpellier cette année. L'arrivée de Frédéric Hantz l'a métamorphosé. Ce samedi, il s'est baladé avec une facilité déconcertante dans la défense lilloise et, quand il évolue à un tel niveau, quand ses arabesques sont enfin décisives, c'est un régal pour les yeux. Non, décidément, Boudebouz, troisième meilleur passeur de L1, est un drôle d'oiseau. Parfois agaçant, mais diablement séduisant.

  • Thiévy Bifouma

C'est ce qui s'appelle avoir du nez. Le mercato hivernal n'est pas toujours d'une utilité folle mais Reims a fait une sacrée affaire en janvier avec Thiévy Bifouma. Depuis son arrivée à Reims, l'avant-centre prêté par Grenade est déjà indispensable. Ce samedi, il a plané sur la rencontre et rendu fou les Girondins. A son actif, un but, une passe décisive et une activité débordante. Reims s'est trouvé son sauveur.

  • Jimmy Cabot

Pour son retour au bercail, Jimmy Cabot a fait les choses bien. D'abord, une interception et une passe décisive pour le seul but de la rencontre. Puis une sortie sous les ovations du Stade de l'Aube, son ancienne maison qu'il a quittée en janvier. Le Lorientais n'avait que des amis sur le terrain ce samedi et sa grosse performance n'a même pas froissé des Troyens déjà condamnés. Le milieu offensif s'est déjà fait une place chez les Merlus. Son avenir s'annonce radieux.

Flops

  • L'abdication du TFC

Une soirée en forme de crépuscule. Un baroud d'honneur qui sentait déjà le sapin. Toulouse est encore en Ligue 1 mais plus personne ne semble y croire après la défaite concédée sur le fil et en trois minutes face à Rennes (1-2). Dominique Arribagé a quitté le navire et Olivier Sadran, le boss, n'a pas prévu de plan B. Bref, Toulouse y file tout droit. Son président s'est déjà fait à l'idée : "C'est un accident après 13 années de Ligue 1. Tous les ans des équipes descendent, ce n'est pas la fin du monde." Un discours sans équivoque. Avec dix points de retard sur le 17e à dix journées de la fin, Toulouse s'enfonce vers l'antichambre. Quel gâchis…

  • La défense bordelaise

6-1 à Nice, 1-4 face à Caen, 5-1 à Lille, 3-0 à Lyon, 1-4 face à Saint-Etienne, 3-4 face à Nantes et, pour finir, 4-1 à Reims. Bordeaux poursuit sa saison portes ouvertes. La 18e défense de L1 a encore explosé. Cette fois-ci sur la pelouse d'une équipe qui lutte pour son maintien. Bordeaux a encaissé plus de buts lors de ses cinq derniers matches (14) que Paris durant toute la saison (13). Sa défense est à l'agonie et l'arrivée de Bernardoni n'a pas franchement solidifié l'ensemble. Semaine après semaine, Bordeaux coule doucement mais sûrement. Willy Sagnol semble à court d'idées et de solutions. La saison s'annonce bien morose.

Aissa Mandi (Reims) après son but contre Bordeaux, samedi 27 février 2016
Aissa Mandi (Reims) après son but contre Bordeaux, samedi 27 février 2016 - AFP
  • L'arbitrage de Guingamp - Angers

Benoit Millot a eu la main lourde. L'arbitre de la rencontre entre Guingamp et Angers a choisi de sortir un carton rouge direct à Cheikh Ndoye sur une action qui ne le méritait pas du tout. Au duel avec Brou Benjamin Angoua, le milieu angevin a sauté pour récupérer le ballon. S'il a retiré son pied et n'a pas été dangereux, l'arbitre de la rencontre a brandi le rouge sans hésiter. A la 41e minute, c'est une décision lourde de conséquences pour Angers, qui a quand même trouvé les moyens de ramener un point du Roudourou (2-2). Il y a une justice.

Avec Glenn CEILLIER

0 commentaire
Vous lisez :