AFP

L'antisèche d'ASSE-PSG (0-2): Et si Saint-Etienne avait montré la voie à suivre contre Paris ?

L’antisèche : Et si Saint-Etienne avait montré la voie à suivre pour faire tomber Paris ?

Le 01/02/2016 à 00:34

Bousculé dans sa moitié de terrain, le PSG aurait pu se laisser surprendre par Saint-Étienne dimanche à Geoffroy-Guichard (0-2). Les Verts ont montré au reste de la L1 qu’il était possible de gêner Paris, même s’ils n’ont pas gagné.

Le jeu : Saint-Étienne a (presque) neutralisé le PSG

Avec trois défenseurs centraux et un pressing très intense, Christophe Galtier et les Verts ont presque réussi leur coup. Presque. Ils ont réussi à couper les initiatives d'un PSG qui a surtout souffert dans la relance. Ils sont aussi devenus la troisième équipe cette saison à frapper plus que le PSG dans un match de Ligue 1 (13 à 11). Mais pas la première à le faire tomber.

Avec Angel Di Maria à la baguette, il suffit de quelques ballons pour faire des différences énormes. L'Argentin a connu du déchet mais il a aussi offert quelques caviars à Ibra. Forcément, ça a payé, d'autant que les Stéphanois, aussi intéressants soient-ils par leur spontanéité, ont rarement porté le danger dans la surface de réparation.

Les joueurs : C'était sans compter Zlatan

Comme souvent, Ibra a agacé. Comme souvent, il a porté le PSG au succès. Comme son compère Angel Di Maria, le Suédois a connu un certain déchet. Ibra a même gâché les premières munitions offertes par l'Argentin. Mais le Suédois, même trop lent dans ses enchaînements, reste la bête noire des défenseurs verts, qu'il a encore battus deux dois dimanche.

Pourtant, l'arrière-garde stéphanoise a longtemps tenu dans les duels et Kévin Malcuit a sorti une belle prestation, particulièrement avant la pause. Las, Lucas, muselé sur son aile gauche, a trouvé l'ouverture parfaite pour Serge Aurier côté droit. Et si Trapp n'a pas forcément brillé balle au pied, il a sorti les arrêts décisifs pour contrer des attaquants stéphanois plus tranchants dans le pressing qu'au moment d'alerter le gardien parisien.

Zlatan Ibrahimovic (PSG) face à l'arrière-garde stéphanoise, dimanche 31 janvier 2016

Zlatan Ibrahimovic (PSG) face à l'arrière-garde stéphanoise, dimanche 31 janvier 2016Panoramic

Ce qui aurait pu tout changer : si Stambouli était resté sur le terrain…

Titulaire après le forfait de dernière minute d'Adrien Rabiot, Benjamin Stambouli a traîné sa peine au milieu de terrain pendant une heure de jeu. Puis Marco Verratti est entré. Et Zlatan Ibrahimovic a marqué trois minutes plus tard. Coïncidence ?

La stat : 64/3003

Au cours de sa série historique de 32 matches sans défaite, le PSG a été mené au score pendant à peine une heure de jeu.

Le tweet qui salue l'humour stéphanois

La décla : Christophe Galtier (entraîneur de l'ASSE)

" Le bourreau Ibra nous a bien sanctionnés."

La question : Diminué derrière, le PSG est-il prenable ?

C'est l'un des plus grands défis du commun des mortels de la Ligue 1 : pour résister au PSG, avant de rêver le faire tomber, il faut déjà contenir sa flamboyante force de frappe offensive. À Geoffroy-Guichard, l'ASSE n'était pas loin d'y parvenir. Comme Toulouse auparavant. Et ça s'est avant tout joué dans la moitié de terrain parisienne.

Christophe Galtier ne s'y est pas trompé au moment de saluer le pressing imposé par ses hommes. En l'absence de plusieurs joueurs essentiels à la relance parisienne (Thiago Silva, David Luiz, Verratti, Rabiot…), les Stéphanois ont appuyé là où ça fait mal. Ils n'ont pas trouvé l'ouverture mais ont montré qu'il était possible de mettre le PSG en difficulté en n'hésitant pas à le bousculer.

En allant chercher les hommes de Laurent Blanc très haut, les Stéphanois les ont privés d'initiatives rapides et ont bien protégé une défense renforcée. Ça a particulièrement bien marché parce que les Parisiens étaient diminués et qu'ils n'ont pour une fois pas trouvé de réponses dans l'entrejeu. Il n'est pas sûr qu'ils répètent souvent les mêmes approximations. Malgré tout, les Parisiens restent tellement supérieurs que leur défaite dépend toujours plus d'eux que de leur adversaire. Les Lorientais et les Marseillais peuvent nous faire mentir cette semaine...

Thiago Motta (PSG) en contrôle contre Saint-Etienne, dimanche 31 janvier 2016

Thiago Motta (PSG) en contrôle contre Saint-Etienne, dimanche 31 janvier 2016Panoramic

0
0