AFP

L'antisèche : Dimanche, Paris avait le droit de se relâcher mais ce ne sera pas toujours le cas

L'antisèche : Dimanche, Paris avait le droit de se relâcher mais ce ne sera pas toujours le cas

Mis à jourLe 21/03/2016 à 00:36

Publiéle 21/03/2016 à 00:30

Mis à jourLe 21/03/2016 à 00:36

Publiéle 21/03/2016 à 00:30

Article de Glenn Ceillier

LIGUE 1 – Battu par Monaco (0-2), le PSG a pu se rendre compte que sa fin de saison en L1 ne sera pas de tout repos. Dimanche, Paris s'est trop relâché après la pause et l'a payé cash. Pour garder le rythme et aborder au mieux la suite de son exercice en Ligue des champions, le champion de France va devoir rester vigilant en L1. Et là, c'est une histoire de mental.

Le jeu : un Paris à deux visages

Il y a eu deux PSG. L'un ultra dominateur, concentré et séduisant en première période. Et l'autre, moins agressif au pressing, trop relâché après le retour des vestiaires. Le premier a cruellement manqué d'efficacité. Le deuxième s'est fait punir par un Monaco opportuniste et a été incapable de réagir après l'ouverture du score. Avec son bloc équipe bien en place et sa capacité à vite se projeter, l'ASM a de son côté su faire le dos rond avant de profiter à merveille du relâchement du champion de France.

Les joueurs : Ibra et Cavani trop maladroits, David Luiz coupable et Carvalho omniprésent

A Monaco, Ricardo Carvalho a été un paratonnerre indispensable pour repousser de nombreux centres parisiens. Le Portugais, décisif notamment dans le domaine aérien pour couper les trajectoires, a été précieux. Si Jérémy Toulalan a été omniprésent dans l'entrejeu et que Fabinho s'est montré dans son couloir, le jeune Kylian Mbappe s'est lui révélé percutant.

Positionné plus bas, Angel Di Maria a orienté le jeu à la perfection en première période avant de lever le pied. Après leur festival du weekend dernier, Edinson Cavani et Zlatan Ibrahimovic ont eux péché à la finition. Enfin si Thiago Motta a été décevant et que Lucas a été plus discret que ces dernières semaines, David Luiz s'est montré beaucoup trop suffisant, notamment sur l'action qui amène le deuxième but.

Angel Di Maria avec le PSG - 2016
Angel Di Maria avec le PSG - 2016 - Panoramic

Le tweet qui rappelle de bons souvenirs

Ce qui aurait pu tout changer

A la 4e minute, le PSG a fait trembler les filets par l'intermédiaire de Zlatan Ibrahimovic. Mais Paris a vu l'arbitre annuler le but du Suédois pour un hors-jeu inexistant. Une décision difficile à prendre en temps réel car c'est avec son pied que Subašić couvre Ibra. Mais à 1-0 après quatre minutes de jeu, le match aurait sûrement été bien différent.

La stat : 39 mois

Paris n'avait plus perdu à domicile depuis 34 matches en L1. Mieux, le PSG n'avait pas été mené 0-2 sur sa pelouse depuis le 3 novembre 2012. Plus de 39 mois. Une éternité en football.

La décla : Laurent Blanc, entraîneur du PSG

" C'est toujours difficile de mobiliser ses joueurs quand on a atteint l'objectif. Comme le match était difficile à gagner, il aurait fallu avoir des qualités mentales qu'on n'avait pas pour revenir. Ce n'est certainement pas un hasard qu'il y ait eu un relâchement, mais si on marque ce but..."
Zlatan Ibrahimovic avec le PSG contre Monaco - 2016
Zlatan Ibrahimovic avec le PSG contre Monaco - 2016 - Panoramic

La question : le mental, l'autre défi du PSG pour cette fin de saison ?

Alors bien sûr, en face c'était Monaco, le deuxième de la L1 qui n'est pas facile à bouger. Bien sûr, Paris a montré en première période sa capacité à jouer avec sérieux et à séduire. Il n'a alors manqué qu'un brin de réussite aux Parisiens pour concrétiser leur domination. Mais comme l'avoue Laurent Blanc, le PSG a pu se rendre compte ce dimanche soir que sa fin de saison ne sera pas si évidente à gérer que ça. Même largement au-dessus en L1, le champion de France ne peut pas se permettre de trop se relâcher, sa seconde période l'a démontré.

Cette fois-ci, ce n'était pas dramatique. Le devoir accompli en championnat, les protégés de Blanc ont le droit à l'erreur pour une fois dans un match sans enjeux pour eux. Mais il ne faudra pas que cela devienne une habitude. Pour continuer son rêve sur la scène européenne, Paris ne peut pas se permettre de finir totalement en roue libre en championnat. Ibra et consorts ont besoin de garder le rythme pour continuer d'hausser le ton en Ligue des champions comme ils l'ont fait depuis le début de la saison. Et là, c'est une question de mental, d'état d'esprit. Forts de leur expérience, les Parisiens en sont bien conscients. A défaut, ce match le leur a rappelé.

0 commentaire
Vous lisez :