Panoramic

L'antisèche : L'OL a totalement perdu le Nord… sans Gonalons et Tolisso, mais ça n'explique pas tout

L'antisèche : L'OL a totalement perdu le Nord… sans Gonalons et Tolisso, mais ça n'explique pas tout

Mis à jourLe 22/02/2016 à 00:48

Publiéle 22/02/2016 à 00:26

Mis à jourLe 22/02/2016 à 00:48

Publiéle 22/02/2016 à 00:26

Article de Vincent Bregevin

LIGUE 1 – Méconnaissable, Lyon s'est logiquement incliné à Lille (1-0) et pointe désormais à dix longueurs de la deuxième place occupée par Monaco. Les absences de Maxime Gonalons et Corentin Tolisso ont été préjudiciables pour l'OL, mais elles ne peuvent justifier à elles seules les déboires des Gones dans le Nord. Notre antisèche.

Le jeu : Lyon avait tout faux

L'OL avait retrouvé ses vertus dans le jeu ces dernières semaines, il les a perdues à Lille. Dans un nouveau schéma en 4-2-3-1 en raison des absences de Gonalons et Tolisso, les Rhodaniens ont été inefficaces à la fois à la récupération et à la création. Mais ils ont aussi été battus dans l'engagement par des Lillois plus déterminés, plus solidaires, plus concentrés. Le LOSC n'a pas été brillant, mais il a fait parler son efficacité en marquant sur coup de pied arrêté, avant de neutraliser des Lyonnais qui ont trop pensé à contester les décisions arbitrales au lieu de se concentrer sur leur jeu.

La joie de Renato Civelli après le but de Sofiane Boufal face à Lyon
La joie de Renato Civelli après le but de Sofiane Boufal face à Lyon - Panoramic

Les joueurs : Lopes, bien trop seul à l'OL

A l'image de l'OL, Alexandre Lacazette et Mathieu Valbuena sont retombés dans leur travers. Les deux internationaux tricolores ont été empruntés et sans inspiration. Christophe Jallet était pour sa part déjà passé à côté de son match avant de se faire expulser. Seul Anthony Lopes a vraiment été à la hauteur chez les Gones. A Lille, Sofiane Boufal a été insaisissable et décisif tandis que Yassine Benzia, très mobile, a posé des problèmes à ses anciens coéquipiers. Morgan Amalfitano a fait une belle première période et Ibrahim Amadou a régné dans l'entrejeu sur l'ensemble du match.

Sofiane Boufal (Lille) face à Lyon
Sofiane Boufal (Lille) face à Lyon - AFP

Ce qui aurait pu tout changer

Comme souvent, on va parler des absents, mais cette fois, on n'évoquera pas le cas de Nabil Fekir. Car celles de Maxime Gonalons et de Corentin Tolisso ont été particulièrement préjudiciables. Bruno Génésio a tenté de les compenser par un changement de système, et son pari s'est avéré perdant. Mais c'est surtout l'expérience du capitaine Gonalons pour calmer ses coéquipiers, et l'influence énorme prise par Tolisso dans l'animation offensive ces dernières semaines qui ont fait cruellement défaut aux Lyonnais dans le Nord. Même si cela ne justifie pas la nervosité excessive des Gones.

La stat : 2

Lyon n'avait pas reçu le moindre carton rouge cette saison. C'était la seule équipe dans ce cas en L1 avant cette 27e journée. A Lille, les Gones en ont pris deux d'un coup, ceux de Jallet et Grenier. Désormais, Montpellier et le PSG sont les deux clubs qui ont eu le moins d'expulsés en Ligue 1 cette saison (un chacun).

Christophe Jallet (Lyon) a été expulsé face à Lille
Christophe Jallet (Lyon) a été expulsé face à Lille - Panoramic

Le tweet qui n'a pas conjuré le mauvais sort

La décla : Bruno Génésio (entraîneur de l'OL)

" On a perdu quelques vertus ce soir. Des vertus de solidarité, de défendre ensemble..."

La question : L'OL peut-il encore espérer accrocher la deuxième place ?

Pour le podium, c'est évidemment encore jouable pour l'OL, qui n'a que deux longueurs de retard sur le troisième, Nice. Mais cela ne doit pas faire oublier la très mauvaise opération réalisée par les Gones ce week-end avec leur défaite à Lille et la victoire de Monaco samedi face à Troyes (3-1). Les Lyonnais ont désormais dix longueurs de retard sur l'ASM à onze matches de la fin du championnat, et cet écart semble aujourd'hui impossible à combler dans la course à la deuxième place, directement qualificative pour la Ligue des champions.

Aussi, parce que le prochain adversaire de l'OL en Ligue 1 s'appelle le PSG, en visite au Parc OL dimanche prochain. Et pour l'affronter, Lyon sera encore plus diminué qu'à Lille. Fekir et Tolisso ne seront pas revenus, tandis que Jallet, Grenier mais aussi Umtiti seront suspendus après avoir été expulsés à Lille. Réussir un résultat face au leader invaincu de la Ligue 1 dans ces conditions parait très compliqué pour les hommes de Bruno Génésio.

Il appartient quand même aux Lyonnais d'y croire et de s'accrocher. Car le calendrier de Monaco n'est pas plus favorable que le leur, bien au contraire. L'ASM a trois déplacements loin d'être évidents sur ses quatre prochaines sorties à Nantes, Caen et surtout Paris. Elle en aura un autre à Lille avant de recevoir Marseille en avril. Et elle ira au Parc OL lors de l'avant-dernière journée. Lyon est loin aujourd'hui, mais il le sera peut-être beaucoup moins à ce moment-là. C'est l'objectif que doivent garder les hommes de Bruno Génésio en tête dans les semaines qui viennent.

La nervosité de Lyon à Lille, illustrée par Clément Grenier
La nervosité de Lyon à Lille, illustrée par Clément Grenier - Panoramic
0 commentaire
Vous lisez :