Eurosport

Les 7 bonnes raisons de suivre la L1 samedi

Les 7 bonnes raisons de suivre la L1 samedi

Le 19/03/2016 à 02:20

LIGUE 1 – L'affiche Lyon-Nantes, la révolte des oubliés de la liste de Deschamps, le TFC version Dupraz : il y a plein de bonnes raisons de suivre la L1 samedi.

Parce qu'on aura droit à une vraie affiche du dimanche soir

Un match à 21 heures opposant deux équipes en quête de qualification européenne : ce Lyon-Nantes à l'odeur d'un match du dimanche soir. Voilà qui égaiera une soirée beaucoup plus présentable qu'à l'accoutumée. Ce samedi a fière allure même en l'absence du PSG et Lyon-Nantes promet du spectacle entre deux équipes en pleine bourre.

Parce que Lacazette et Umtiti voudront prouver à Deschamps qu'il a eu tort

Ils sont les grands perdants de la liste de Didier Deschamps et, pour eux, l'Euro est plus loin que jamais. Sauf en cas de performances exceptionnelles avant la fin de saison. Pour se rendre incontournable aux yeux du sélectionneur, Samuel Umtiti et Alexandre Lacazette savent ce qu'il leur reste à faire. Excellent avec l'OL, Umtiti a reçu sa première convocation, c'est un premier pas mais ce n'est pas encore suffisant. C'est pour Lacazette que le coup est le plus rude. L'avant-centre de l'OL revient fort mais il est désormais quatrième dans la tête de Deschamps au poste d'attaquant axial derrière Benzema, Giroud et Gignac. A eux de prouver à DD qu'ils méritent plus de considération.

Alexandre Lacazette, Maxime Gonalons et Samuel Umtiti (OL)

Alexandre Lacazette, Maxime Gonalons et Samuel Umtiti (OL)AFP

Parce que ça ressemble à la dernière chance des Verts

L'ASSE n'en finit plus de dégringoler au classement. Quatrièmes le 7 février dernier, à égalité de point avec le troisième, les Verts sont désormais 8es à cinq points de Nice. Ils n'ont pris que deux points lors des quatre dernières journées et restent sur une défaite affligeante à Guingamp (2-0). Une nouvelle contre-performance face à Montpellier plomberait très sérieusement leur chance d'être européen l'an prochain.

Parce que Dupraz a transfiguré Toulouse

On ne reconnaît plus le TFC. Depuis la prise de pouvoir de Pascal Dupraz, les Violets ont repris du poil de la bête. Après leur nul au Vélodrome (1-1), ils ont infligé une cinglante gifle à leur voisin bordelais (4-0) la semaine dernière. Gonflés à bloc, ils se remettent à rêver de maintien. Le 17e, Reims, est tout de même à 7 points. La marge de manœuvre est infime et Toulouse n'a pas le droit à l'erreur. A commencer par ce samedi à Lille.

Wissam Ben Yedder et Pascal Dupraz lors de Toulouse - Bordeaux en Ligue 1 le 12 mars 2016

Wissam Ben Yedder et Pascal Dupraz lors de Toulouse - Bordeaux en Ligue 1 le 12 mars 2016AFP

Parce que Reims, Guingamp et Montpellier sont en fâcheuse posture

La course pour le maintien promet un suspense haletant jusqu'à la fin de saison. Si Troyes est définitivement hors-course, si Toulouse est encore décroché, quatre équipes (Ajaccio, Reims, Guingamp et Montpellier) se tiennent en trois points. C'est, a priori, entre elles que se jouera la survie parmi l'élite. Le Gazélec, 18e et premier relégable, jouera dimanche à Nice. Reims et Guingamp s'affronteront pour prendre leurs distances avec la zone rouge, Montpellier ira à Saint-Etienne pour se donner de l'air.

Parce que Féret a ses jambes de 20 ans

A 33 ans, Julien Féret est plus jeune que jamais. Le Caennais signe encore une saison monstrueuse et il est l'une des principales raisons pour laquelle le Stade Malherbe marche sur l'eau. Féret est impliqué sur 5 des 9 derniers buts de Caen à domicile (2 buts, 3 passes décisives). Prochaine victime ? Troyes.

Féret (Caen) face à Diarra (Marseille)

Féret (Caen) face à Diarra (Marseille)Panoramic

Parce qu'il serait temps qu'on retrouve Angers

Le jour et la nuit. Irrésistible en 2015, le SCO est méconnaissable depuis la trêve hivernale. Angers est lanterne rouge de Ligue 1 depuis la 21e journée. Même l'ESTAC fait mieux. Les hommes de Moulin ont pris 5 points en 10 journées (7 défaites). Ils ont récolté en moyenne 1.63 point par match sur la phase aller, 0.73 sur la phase retour (8 en 11 matches). Problème, la zone rouge est à six points. Le matelas est encore confortable mais à force de jouer avec le feu…

0
0