Eurosport

Les 9 bonnes raisons de suivre la Ligue 1 mercredi

Les 9 bonnes raisons de suivre la Ligue 1 mercredi

Mis à jourLe 03/02/2016 à 00:56

Publiéle 03/02/2016 à 00:50

Mis à jourLe 03/02/2016 à 00:56

Publiéle 03/02/2016 à 00:50

Article de Vincent Bregevin

LIGUE 1 – Lyon en danger face à Diabaté, Nantes grippé en février, Lorient débarque au Parc : il y a un tas de bonnes raisons de suivre la L1 mercredi.

Parce que le PSG a un record à battre

Paris peut faire tomber le record qu'il détient désormais avec Nantes en portant son invincibilité à 33 matches en L1. Face à Lorient, un club qui lui a fait bien des misères par le passé. Les Merlus affichent ainsi le meilleur ratio de victoires au Parc (5/11, soit 45,5%) parmi les équipes de l'élite. Le problème pour les Bretons, c'est que la tendance est en train de s'inverser. Paris a signé sept victoires et un nul sur ses huit derniers rendez-vous avec le FCL. Zlatan Ibrahimovic n'y est pas pour rien. Le Suédois a marqué ses deux premiers buts en L1 face à Lorient (2-2) et un triplé lors du dernier voyage des Bretons à Paris (3-1).

Parce qu'on attend une réaction de Lyon

Une dernière place au classement sur les dix dernières journées de Ligue 1, une triste défaite à Bastia (1-0) samedi, où il a encore affiché son indigence offensive et sa fébrilité défensive, et des supporters qui grondent de plus en plus : Lyon est déjà au fond du gouffre au moment de recevoir Bordeaux. Et les derniers entraînements de l'OL ne sont pas vraiment rassurants pour les Gones. Il appartiendra aux Girondins d'en profiter.

02:44
Valbuena : "Pas la peine d'écrire que nos séances d'entraînement sont catastrophiques !" - Eurosport

Parce que Cheick Diabaté a une série à poursuivre en février

Quatre matches en janvier, cinq buts. En 2016, le meilleur buteur du championnat s'appelle Cheick Diabaté. L'attaquant bordelais a marqué lors de ses quatre dernières sorties en Ligue 1 et reste sur un doublé face à Rennes (4-0). Le Malien a effectué un retour tonitruant au premier plan après une première moitié de saison compliquée. Sera-t-il aussi prolifique en février ? Le déplacement des Girondins à Lyon sera un premier élément de réponse, si Willy Sagnol décide de l’aligner.

Pour goûter au nouveau cru bordelais

A Lyon, on verra certainement les premiers effets du lifting bordelais. Les quatre recrues girondines, Mathieu Debuchy, Paul Bernardoni, Mauro Arambarri et Malcom sont susceptibles d'avoir du temps de jeu. Willy Sagnol a laissé entendre que Debuchy pourrait débuter au poste d'arrière droit, tandis que les trois autres néo-Bordelais ont participé normalement à l'entraînement lundi et sont aptes à jouer.

Arambarri, Bernardoni et Malcom, les recrues de Bordeaux
Arambarri, Bernardoni et Malcom, les recrues de Bordeaux - AFP

Parce qu'entre Nice et Toulouse, les filets vont certainement trembler

Le match le plus prolifique de cette 24e journée pourrait bien avoir lieu à Nice, où les Aiglons reçoivent Toulouse. Déjà parce que ce duel oppose la deuxième meilleure attaque de L1, l'OGCN, avec 37 buts marqués, à la deuxième moins bonne défense de l'élite, le TFC, avec 41 buts encaissés. Et aussi parce qu'il y a eu un total de 22 buts lors des six dernières rencontres de L1 entre ces deux équipes, soit une moyenne de 3,7 buts par match.

Pour voir si Caen met fin à la malédiction lilloise

Affronter Lille ne réussit pas à Caen. Mais alors pas du tout. Les Normands restent sur huit défaites consécutives face au LOSC, la plus longue série de l'élite avec celle de Nantes face au PSG. Les Dogues ont par ailleurs remporté dix de leurs quatorze matches à domicile face au SMC, soit leur meilleur ratio face à une équipe actuelle de la Ligue 1, et inscrit une moyenne de 2,5 buts par match lors de leurs dix dernières rencontres face aux Caennais.

Alaeddine Yahia (SM Caen) en 2015
Alaeddine Yahia (SM Caen) en 2015 - AFP

Pour voir si Nantes prend toujours froid en février

Pour Nantes, c'est le mois de tous les dangers. Les Canaris n'ont remporté aucun de leurs 19 derniers matches en février, soit depuis 2006, et n'a pas marqué au cours de ses six derniers matches disputés lors de ce mois. Le FCN semble cependant en mesure d'inverser la tendance. Il reste en effet sur neuf matches sans défaite en Ligue 1, sa plus longue série d'invincibilité depuis l'automne 2014.

Adryan (Nantes)
Adryan (Nantes) - AFP

Parce que Reims est généreux avec les promus

A Reims, Angers aura l'occasion de confirmer sa très belle victoire face à Monaco (3-0). Et le SCO a toutes les raisons d'y croire. Déjà parce que les Rémois restent sur sept matches sans victoire en championnat, plus longue série en cours de l'élite. Mais aussi parce que Reims est maudit face aux promus, avec une seule victoire sur les 21 dernières confrontations, et aucune sur les 11 dernières.

Parce qu'on arrive quand même à se faire encore plus de souci pour Troyes

Bon dernier avec 14 points de retard sur le premier non-relégable, Troyes était déjà dans une situation catastrophique. Elle l'est encore davantage depuis la fin du mercato, qui a vu l'ESTAC perdre trois joueurs importants de son effectif : le gardien Paul Bernardoni, le défenseur Matthieu Saunier et l'attaquant Jimmy Cabot. Le déplacement à Guingamp, qui reste sur un beau succès à Toulouse (1-2), n'annonce vraiment rien de bon pour la formation troyenne.

Claude Robin (ESTAC) après son premier match sur un banc de L1
Claude Robin (ESTAC) après son premier match sur un banc de L1 - AFP
0 commentaire
Vous lisez :