Panoramic

Ligue 1 - ASSE-OL (1-0) - Söderlund, l'inconnu devenu "héros"

Söderlund, l'inconnu devenu "héros"

Mis à jourLe 18/01/2016 à 16:34

Publiéle 18/01/2016 à 16:33

Mis à jourLe 18/01/2016 à 16:34

Publiéle 18/01/2016 à 16:33

Article de Martin Mosnier

LIGUE 1 – Alexander Söderlund a offert le derby à Saint-Etienne pour son deuxième match seulement sous le maillot vert (1-0). Arrivé dans l'anonymat, il ne pouvait pas rêver meilleure intégration.

Drôle de destins croisés. C'est un curieux clin d'œil qui s'est joué dimanche à Geoffroy-Guichard. Alexander Söderlund a inscrit le seul but du match face à Lyon (1-0), son premier sous les couleurs vertes. Mais il n'aurait jamais mis les pieds à Saint-Etienne si, au match aller, Robert Beric ne s'était pas rompu les ligaments croisés du genou sur un tacle de Jordan Ferri. Même avant de poser le moindre orteil dans le Forez, le derby à Gerland avait marqué un tournant dans la carrière du Norvégien. Le retour lui offre déjà une place particulière dans les esprits stéphanois.

Car offrir un derby à Saint-Etienne, ce n'est pas rien. En règle générale, les supporters ont la mémoire courte et voir filer un de leurs anciens protégés chez un ennemi leur suffit à le haïr bien plus qu'ils ne l'ont aimé. Dimitri Payet, lui, jouit toujours d'une cote de sympathie au zénith à Geoffroy-Guichard malgré un passage à l'OM qui aurait dû être rédhibitoire. Son coup franc à Gerland lors du 100e derby remporté (0-1) par les Verts est un formidable blanc-seing. C'est dire ce que vient d'accomplir Söderlund pour son deuxième match seulement avec l'ASSE.

75 premières minutes d'une tristesse infinie

Geoffroy-Guichard a sans doute déjà oublié ses 75 premières minutes d'une tristesse infinie. Incapable de remporter le moindre duel, pataud dans ses déplacements et prises de balle, il a longtemps semblé perdu comme en témoignent ses statistiques faméliques :

"Il était très isolé en première période", a cherché à le défendre Christophe Galtier. Comme à Nantes (2-1), le Norvégien n'a pas franchement pu compter sur l'activité ou la justesse technique d'une attaque stéphanoise qui se cherche. Galtier voulait un buteur au sang-froid capable de transformer du plomb en or, de gratter n'importe quelle miette pour en faire un festin. C'est exactement ce que lui a offert Söderlund dimanche.

Serie B, Serie C et Sannois Saint-Gratien

"C'est un très bon moment pour moi d'avoir marqué", s'est réjoui le héros du soir, le visage irradié par un bonheur qu'il avait du mal à contenir. "Il était important d'avoir pu saisir ma chance durant ce match et de marquer pour l'équipe. Bien sûr, je suis très heureux. C'est un moment très sympa tout comme l'atmosphère que j'ai ressenti dans le stade. Je n'ai jamais joué de match avec de tels supporteurs." Il faut dire que le Norvégien aux joues généreuses, et aux faux airs de Tomas Brolin, n'a jamais vraiment goûté aux ambiances de feu.

Jusqu'ici, son truc à lui, c'était le championnat de Norvège. Entre ses expériences ratées en Serie B et C ou son essai à Sannois-Saint-Gratien, difficile de se faire un CV. Dans son pays en revanche, l'international norvégien (20 sélections) est un buteur respecté. Mais en Ligue 1, avant cette 75e minute, il restait un parfait inconnu. Cette action de 10 secondes l'a déjà fait basculer dans une autre dimension. "Demain (lundi), probablement, je me lèverai en me rappelant quel moment incroyable c'était", savourait-il face à la presse. "C'est déjà le héros du derby", prévient Lemoine. Et à Saint-Etienne, ça signifie beaucoup.

0 commentaire
Vous lisez :