Panoramic

Ligue 1 - PSG : Lucas-Cavani, le chassé-croisé qui change le visage de l'attaque

Au PSG, le chassé-croisé Lucas-Cavani change le visage de l'attaque

Mis à jourLe 27/01/2016 à 19:03

Publiéle 26/01/2016 à 23:58

Mis à jourLe 27/01/2016 à 19:03

Publiéle 26/01/2016 à 23:58

Article de Gil Baudu

LIGUE 1 - A nouveau titulaire et décisif face à Angers (5-1), Lucas Moura s'impose en 2016 comme le complément idéal à Zlatan Ibrahimovic et Angel Di Maria au sein de l'attaque parisienne. Au point de pousser Edinson Cavani sur le banc.

La métamorphose saute aux yeux. Depuis la reprise, Lucas Moura n'est plus tout à fait le même. Au PSG, il est désormais titulaire. Le virevoltant brésilien l'était encore samedi, contre Angers (5-1). Il a signé le deuxième des cinq buts parisiens. Il a ensuite offert le quatrième à Angel Di Maria. Preuve que son entente avec l'Argentin gagne inexorablement en complicité.

Peu à peu, sa relation technique avec Zlatan Ibrahimovic devient, elle aussi, un modèle de complémentarité. La vitesse de feu follet auriverde se marie à merveille à la puissance du géant suédois. Et elle fait une victime, de taille : Edinson Cavani. Samedi, l'Uruguayen a rongé son frein sur le banc. Il a fini par suppléer Di Maria durant les vingt dernières minutes. Vingt longues minutes à errer comme une âme en peine sur la pelouse. Vingt minutes interminables, qui garnissent un mutisme inquiétant.

De remplaçant à titulaire

"El Matador" est en pleine crise de confiance. Son dernier coup d'éclat ? Il remonte au 16 décembre. Une volée du droit face à Saint-Etienne (1-0), dans les ultimes secondes, pour hisser Paris en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Depuis, plus rien. L'ancien Napolitain traîne son spleen sur et au bord du terrain. Laurent Blanc en fait aujourd'hui un second couteau. Comme l'attestent les six sorties du PSG en 2016 :

  • Wasquehal - PSG (0-1), 32e de finale de Coupe de France : Cavani est absent
  • PSG - Bastia (2-0), 20e journée de Ligue 1 : il reste sur le banc
  • PSG - Lyon (2-1), quart de finale de Coupe de la Ligue : titulaire, il reste muet
  • Toulouse - PSG (0-1), 21e journée de Ligue 1 : il remplace Pastore au bout de 19 minutes.
  • PSG - Toulouse (2-1), 16e de finale de Coupe de France : comme face à Lyon, il est aligné d'entrée. Et ne marque toujours pas
  • PSG - Angers (5-1), 22e journée de Ligue 1 : il débute sur le banc et remplace Di Maria lors des vingt dernières minutes

Pendant ce temps, Lucas, lui, gratte du temps de jeu.

  • Wasquehal - PSG (0-1), 32e de finale de Coupe de France : remplace Rabiot dans la dernière demi-heure.
  • PSG - Bastia (2-0), 20e journée de Ligue 1 : titulaire.
  • PSG - Lyon (2-1), quart de finale de Coupe de la Ligue : rentre à la place de Lavezzi (66e) ; sept minutes plus tard, il qualifie le PSG pour le dernier carré.
  • Toulouse - PSG (0-1), 21e journée de Ligue 1 : titulaire.
  • PSG - Toulouse (2-1), 16e de finale de Coupe de France : titulaire.
  • PSG - Angers (5-1), 22e journée de Ligue 1 : titulaire, il est buteur et passeur.

Lucas semble donc bien passé devant Cavani dans la hiérarchie des attaquants parisiens. Essentiellement parce que son jeu, plus vif, moins statique, sied mieux à celui de son équipe. "Avec Di Maria et Ibra, on s'entend très bien, confirmait le principal intéressé samedi. Ce sont des joueurs intelligents et cela facilite mon jeu."

Laurent Blanc acquiesce :

" Lucas est un joueur d'espaces. Il comprend petit à petit certaines choses, notamment les déplacements qui sont fondamentaux dans notre jeu, surtout face à des équipes qui laissent peu d'espaces. S'il peut continuer dans cette progression-là, il prendra beaucoup de plaisir, en participant et en étant efficace." "

Pas aussi tueur que Cavani

Car, oui, son rendement offensif est en progrès. Mais il n'est pas - et ne sera jamais - aussi efficace que son concurrent uruguayen, au registre d'authentique tueur des surfaces.

BILAN EN LIGUE 1 EDINSON CAVANI LUCAS MOURA
Minutes jouées 1361 1329
Matches joués 18 20
Titularisations 14 16
Buts inscrits 10 5
Un but inscrit toutes les... 136 minutes 265 minutes
Passes décisives 2 3

L'ancien attaquant de Sao Paulo pêche encore par précipitation. Mais il s'éclate, s'épanouit, s'émancipe. Le déclic ? Il a eu lieu juste avant la trêve. Blanc raconte :

" Il y a beaucoup de choses qui ont changé avec Lucas. Il y a le match qu'il a fait à Caen en fin d'année, pendant lequel il avait été bon, pendant lequel le trio qu'il formait avec Ibra et Angel avait été très bon. Je voulais revoir ce trio, à domicile, sur un bon terrain. Il m'a encore donné satisfaction."

A Caen (0-3), Lucas s'était contenté d'une remise de la tête décisive pour Di Maria. Mais sa prestation lui "a permis de prendre conscience de certaines choses, de les travailler", dixit Blanc. Trois ans après son arrivée dans la capitale, il était temps.

"Si j'en suis là aujourd'hui, souligne Lucas, c'est que j'ai entendu le message. J'ai compris ce que le coach voulait de moi. Mon objectif, c'est de gagner une place de titulaire." Tant pis pour les états d'âme de Cavani, que son entraîneur sait "un peu moins bien en ce moment". Dans moins de trois semaines, la Ligue des champions repointera le bout de son nez. Et, avec elle, les ambitions XXL d'un PSG qui aspire à régner sur l'Europe. Face à Chelsea, Blanc n'aura pas le temps de faire le moindre sentiment. "Moi, je dois penser à l'équilibre de l'équipe. A ce qu'elle soit la plus compétitive possible."

0 commentaire
Vous lisez :