AFP

Monaco, Saint-Etienne, Nice, OL, Caen, OM : Un dimanche au parfum d'Europe

Le dimanche qui peut tout changer dans la course à l'Europe

Mis à jourLe 14/02/2016 à 13:48

Publiéle 14/02/2016 à 10:35

Mis à jourLe 14/02/2016 à 13:48

Publiéle 14/02/2016 à 10:35

Article de Laurent Vergne

Les 6 équipes sur le pont dimanche occupaient respectivement les 2e, 3e, 4e, 6e, 8e et 10e du classement avant ce 26e acte. Compte tenu des écarts ténus derrière l'extra-terrestre parisien, toutes ces formations lorgnent encore une qualification européenne. Ce 14 février pourrait donc valoir cher dans la course à l'Europe.

LYON – CAEN (14h)

Où ils en sont : Depuis le point bas touché au soir de la 23e journée (Lyon pointait alors à la 11e place), l'OL a repris des couleurs. 3-0 contre Bordeaux, 3-0 à Angers et voilà les Rhodaniens au 6e rang et à trois longueurs seulement du podium. Les Gones ont certes pris une claque mercredi au Parc (3-0, là encore) en Coupe, mais c'était Paris en face. L'important, pour Lyon, c'est la Ligue 1. Et dimanche, l'OL va voir débarquer une équipe en plein doute. Le 29 novembre, après une tonitruante victoire à Bordeaux (1-4), le SMC pointait à la 2e place du classement. Lors des 10 journées suivantes, il n'a pris que 8 points. Seul Troyes a fait pire. C'est dire.

Pourquoi c'est crucial : C'est le genre de matches duquel vous sortez en sachant si vous pouvez regarder devant ou si ce n'est pas (plus) utile. Potentiellement, une défaite pourrait reléguer Caen à la 10e place, soit son plus mauvais classement de la saison, avant d'enchainer avec des matches contre Rennes, Saint-Etienne et Monaco. Les hommes de Patrice Garande sont donc menacés d'un retour dans le rang sans doute définitif. Une troisième victoire de suite offrirait à l'OL une trajectoire radicalement opposée, avec la réintégration du Top 5, deux mois et demi après l'avoir quitté.

La stat à avoir en tête : 12. S'il s'incline dimanche, le SMC subira sa 12e défaite de la saison. Une de moins que... Toulouse. Plus que Reims ou Ajaccio. Surtout, ce serait la première fois dans cet exercice 2015-2016 que le club normand compterait plus de revers que de victoires. Signe d'un basculement vers le bas.

Christophe Jallet (Lyon)
Christophe Jallet (Lyon) - AFP

SAINT-ETIENNE – MONACO (17h)

Où ils en sont : Tant bien que mal, et même sans vraiment convaincre, Monaco s'est imposé comme le candidat le plus fiable au statut de dauphin du PSG, fut-ce à plus de 20 points de l'intouchable leader. De leur côté, les Verts sont sur une trajectoire à nouveau ascendante après une passe difficile. Ils pointent à la 4e place, leur meilleur classement depuis la fin du mois d'octobre. A noter que les deux clubs ont joué cette semaine en Coupe, avec des fortunes diverses : l'ASM est tombée de haut à Sochaux, l'ASSE a tenu son rang à Troyes.

01:50
Vagner Love : "Je vais bientôt marquer mon premier but avec l'AS Monaco" - Eurosport

Pourquoi c'est crucial : Parce que, mine de rien, Monaco dispose presque d'une balle de Ligue des champions. Oui, déjà. En cas de victoire à Geoffroy-Guichard dimanche, les joueurs de Leonardo Jardim mettront le 4e à 9 longueurs. A 12 journées de la fin, c'est beaucoup. Dans l'absolu, et plus encore au regard du contexte : l'ASM n'a plus que la L1 à jouer, quand Saint-Etienne, voire Marseille, doivent encore se coltiner, en plus, la Ligue Europa et la Coupe de France. S'ils venaient à s'incliner, pas sûr que les Verts puissent revoir leur visiteur du jour.

La stat à avoir en tête : 1. Il n'y a qu'un seul petit point de différence entre le total de points engrangés à domicile par Saint-Etienne (23) et le total de l'AS Monaco en déplacement (22), pour le même nombre de matches disputés (12). L'ASM a d'ailleurs moins perdu (2 fois) cette saison à l'extérieur que les Verts dans leur antre (3).

Bernado Silva tout sourire après son but avec Monaco face à Bastia
Bernado Silva tout sourire après son but avec Monaco face à Bastia - AFP

NICE – MARSEILLE (21h)

Où ils en sont : Marseille n'a pas l'effectif du PSG mais, comme lui, le voilà contraint d'enchainer les rencontres tous les trois jours. L1, Coupe de France, Ligue Europa, l'OM va devoir aller au charbon. Il a eu le désavantage aussi de jouer jeudi soir, lors du dernier huitième de finale de la coupe. L'équipe de Michel reste sur une défaite prometteuse mais frustrante contre le PSG et sa 10e place au classement ne lui laisse qu'un minimum de droit à l'erreur désormais. Les Niçois, eux, n'ont jamais quitté le Top 4 depuis le début de l'année 2016 mais restent sur une semaine troublée, avec le rachat du club qui a capoté et la blessure d'Hatem Ben Arfa, l'incontestable monsieur plus de l'équipe de Claude Puel.

Pourquoi c'est crucial : C'est vraiment un rendez-vous charnière pour les deux équipes. Un revers les placerait dans une dynamique négative. L'OM vient de voir sa série d'invincibilité brisée et un deuxième revers de rang pourrait lui couper les pattes, surtout avant d'aborder la Coupe d'Europe et une période très compliquée en termes de calendrier. Mais le Gym, avec une troisième défaite en quatre journées, à nouveau contre un concurrent direct, aurait de très fortes chances de laisser sa troisième place tout en laissant revenir un rival sur ses talons. Ce choc sudiste a donc bien des allures de tournant.

La stat à avoir en tête : 8. Le nombre de matches consécutifs sans défaite de l'Olympique de Marseille loin du Vélodrome en Ligue 1. Mais dans le même temps, Nice reste sur quatre victoire de rang à l'Allianz-Rivieira.

Nkoudou - Alessandrini - Thauvin (OM Marseille)
Nkoudou - Alessandrini - Thauvin (OM Marseille) - Panoramic
0 commentaire
Vous lisez :