Panoramic

Promis, le PSG n'a pas l'intention de balancer sa fin de saison en L1

Promis, le PSG n'a pas l'intention de balancer sa fin de saison en L1

Mis à jourLe 20/03/2016 à 01:17

Publiéle 20/03/2016 à 00:16

Mis à jourLe 20/03/2016 à 01:17

Publiéle 20/03/2016 à 00:16

Article de Laurent Vergne

LIGUE 1 – Le PSG va inaugurer dimanche soir son statut de champion de France 2016 en recevant son dauphin, l'AS Monaco. Même assuré du titre, le club parisien entend bien ne pas galvauder la fin du championnat. Laurent Blanc l'a garanti et il n'y a aucune raison de ne pas le croire.

Le championnat est fini. Circulez, y a plus rien à jouer. Depuis dimanche dernier, le Paris Saint-Germain est d'ores et déjà assuré de conserver son titre de champion de France. Avec encore huit journées à venir, le temps risque d'être long et comme le PSG a d'autres chats à fouetter, que ce soit au plan national et surtout continental, il aurait de bonnes raisons d'expédier gentiment les affaires courantes. Sans plus. Sauf que tout cela n'arrivera pas. Champion ou pas, Paris a bien l'intention de "la jouer sérieux" jusqu'au bout. Laurent Blanc s'est montré très clair sur ce point.

Sans jamais élever la voix, l'entraîneur parisien a fait comme il sait faire avant le "choc" face à Monaco : recadrage sans débordement. "Si certains craignent qu'on fausse le championnat, ils verront", a-t-il lancé. Le PSG jouera donc sérieusement jusqu'au bout. Même s'il concède à demi-mots un turnover certain, Blanc sait aussi que lâcher totalement prise en Ligue 1 serait une mauvaise idée.

" On a été pro jusque-là, et on le sera jusqu'à la fin"

"C'est vous, les journalistes, qui rajoutez un peu de piment dans vos questions en suggérant ça, qu'on va lâcher le championnat, mais on jouera les matches pour se préparer, pour la finale de la Coupe de la Ligue, pour la demi-finale de Coupe de France, pour les quarts de finale de Ligue des champions contre Manchester City", annonce le "Président". "Il reste huit matches de championnat pour être compétitifs. On a été pro jusque-là, et on le sera jusqu'à la fin, on jouera le jeu, on veut continuer à gagner les matches", insiste le coach parisien.

Et pour maintenir son groupe sous pression, Laurent Blanc a sa petite idée : la chasse aux records. Ou plutôt AU record. Lundi, nous évoquions les différentes marques que le PSG a les moyens de battre ou égaler d'ici la fin de la saison, histoire de faire de celle-ci une campagne définitivement inoubliable. Mais il est un record que le technicien cévenol veut absolument s'offrir. "Il reste des records à battre, j'ai souvent dit que c'était un truc pour la presse. Mais il y a un record qui me tient à coeur, que je voudrais battre, c'est le record de 89 points (en 2013-2014), qui est en notre possession", prévient-il.

03:36
Vidéo Stats: Le triomphe parisien est aussi et surtout celui de Blanc - Eurosport

Gâter le public du Parc

Après 30 journées, Paris totalise 77 unités. "J'aimerais qu'on dépasse les 90 points", poursuit Blanc. 13 points en 8 journées, largement faisable. Même en ayant (un peu) la tête ailleurs. Les 100 points, jouables à mi-saison (Paris a viré avec 51 points au compteur), nécessitent désormais de remporter les huit derniers matches, ce qui parait déraisonnable (encore que) dans le contexte printanier du club parisien. Mais 90, cela semble presque une formalité. D'autant que le PSG va disputer 5 de ses 8 dernières rencontres à domicile. Et ça non plus, Blanc ne l'oublie pas. "J'espère qu'on sera présent pour notre public", souligne-t-il. D'autant que le PSG est invaincu au Parc depuis près de deux ans.

Dans cette dernière ligne droite que le champion de France n'a clairement pas besoin d'aborder en écrasant l'accélérateur, tout sera donc question d'équilibre en gestion de l'effectif et nécessité de faire le métier. Ce que Blanc résume d'une phrase : "J'alignerai l'équipe que je pense être la meilleure. Si il y a un petit problème physique, on ne prendra pas de risque, il y aura peut-être rotation".

Au-delà des aspects physiques, se dessine aussi la volonté d'impliquer le plus largement possible l'effectif en L1. Le poste de gardien de but en sera le symbole. Salvatore Sirigu et même le troisième portier, Nicolas Douchez, pourraient se voir offrir du temps de jeu "afin que tout le monde se sente champion", préconise Blanc. De toute façon, même en laissant cinq ou six titulaires au repos, le PSG a les moyens d'aligner un XI hors normes à l'échelle de la Ligue 1. Monaco est prévenu.

Salvatore Sirigu (Paris Saint-Germain)
Salvatore Sirigu (Paris Saint-Germain) - Imago
0 commentaire
Vous lisez :