AFP

Ligue 1, 15e journée : Monaco accroché en fin de match à Dijon (1-1)

A trop jouer avec le feu, Monaco a fini par perdre deux points

Le 29/11/2016 à 23:40

LIGUE 1 - Lancée par Carrillo, l'ASM pensait tenir une victoire précieuse à Dijon (1-1). Jusqu'à l'égalisation de Sammaritano dans les dernières minutes. L'équipe de Leonardo Jardim, moins éblouissante que lors de ses dernières sorties, rate l'occasion de s'échapper en tête du Championnat. Nice, devancé à la différence de buts, et Paris, relégué à un point, peuvent repasser devant mercredi.

Visiblement, Monaco ne sait pas jouer petit bras. Meilleure attaque d’Europe et habituée à cartonner tout ce qui se présente depuis quelques semaines, l’ASM a cette fois-ci été tenue en échec à Dijon (1-1) après avoir complètement déjoué. Ce nul concédé en fin de partie a mis fin à une série de trois victoires consécutives en championnat et cinq toutes compétitions confondues, mais permet tout de même aux coéquipiers de Valère Germain de reprendre provisoirement la tête du championnat, grâce à une meilleure différence de buts que celle de Nice.

Mais l’avance en tête aurait pu être bien plus grande si les Monégasques avaient décidé de faire ce qui leur a permis de réaliser un début de saison tonitruant : ne pas se poser de question et attaquer en toutes circonstances. Sauf qu’après l’ouverture du score logique de Carrillo, suite à une faute de main de Reynet (17e, 0-1), l’ASM n’a pas cherché à tuer le match en allant chercher le break. Et à en voir l’attitude râleuse de Leonardo Jardim sur son banc, cela n’avait rien d’une consigne tactique.

Et à force de reculer toute la seconde période, l’ASM a fini par se mettre en danger toute seule et a concédé l’égalisation. Sur une tête trop croisée de Tavares, Diony s’est retrouvé seul sur la gauche de la surface et a centré pour Sammaritano. L’ancien Ajaccien, seul dans les six mètres, a poussé le ballon du gauche dans le but vide (1-1, 86e) et puni l’ASM. Deux fois auparavant, pourtant, les Bourguignons leur avaient lancé un avertissement, mais ni Rüfli par deux fois (37e, 70e), ni Diony (71e) n’avaient pu égaliser.

Bakayoko : "c’est une contre-performance"

Prendre un point à l’extérieur n’est pas souvent synonyme de contre-performance, mais pour ce Monaco-là et au vu du scénario, c’en était trop pour Tiémoué Bakayoko, interrogé juste après la rencontre au micro de Canal+: "On était clairement en dessous dans les compartiments du jeu. On est déçu car on risque de perdre du terrain sur nos concurrents, c’est une contre-performance. Il va falloir passer rapidement à autre chose", concédait le milieu de terrain laissé sur le banc en début de match.

Comme lui, Radamel Falcao a été ménagé en débutant sur le banc, alors que Benjamin Mendy, laissé au repos, n’était même pas du voyage. Jemerson, suspendu, manquait aussi à l’appel. Mais à en voir sa colère toute la rencontre, pas sûr que Leonardo Jardim ne se cache derrière cette excuse pour légitimer la perte de ces deux points précieux.

0
0