AFP

Monaco sacré : Les dix joyaux de la couronne monégasque

Les dix joyaux de la couronne monégasque

Le 17/05/2017 à 23:57

LIGUE 1 – Grâce à sa victoire contre Saint-Etienne mercredi soir (2-0), l'AS Monaco est officiellement devenu champion de France 2016/2017. Un sacre mérité pour une formation qui a enchanté le football français ces derniers mois par son jeu offensif et son sens du spectacle. Retour sur les dix dates qui ont forgé le titre de l'ASM cette saison.

28 août : Le premier coup d'éclat

Monaco - PSG (3-1, 3e journée)

Face au quadruple champion parisien, Monaco fait face à son premier défi dès la troisième journée. Et très vite, l'ASM étouffe Paris. Leonardo Jardim réalise son premier tour de force tactique avec un 3-5-2 se mutant en un 4-4-2 en situation offensive. Le milieu Bakayoko – Fabinho règne sur le match, Sidibé et Bernardo Silva dynamitent le PSG sur les côtés. Le club du Rocher prend la tête du championnat pour la première fois de la saison.

21 septembre : La claque salvatrice

Nice – Monaco (4-0, 6e journée)

Fantaisie tactique de Jardim, l'ASM évolue en 4-2-3-1 pour la première… et la dernière fois. Les Monégasques s'exposent trop sur contre et se font cueillir. Cerise indigeste sur le gâteau, Falcao sort, sonné après un choc avec Cardinale. La soirée sans par excellence. Jardim met fin à l'expérience 4-2-3-1 et passe définitivement au 4-4-2, à raison. Les cadres prennent la parole pour remobiliser les troupes.

21 octobre : Mbappé se révèle

Monaco – Montpellier (6-2, 10e journée)

Battu une semaine plus tôt à Toulouse (3-1), l'ASM passe ses nerfs sur les innocents montpelliérains. Dix jours après avoir étrillé Metz 0-7, Monaco en passe 6 à la défense héraultaise. Titulaire pour la deuxième fois de la saison (après la 1re journée), un minot du nom de Kylian Mbappé éclabousse le match de son talent. Buteur et double passeur, il est un des grands acteurs de la victoire. Les joueurs du Rocher récupèrent leur deuxième place et le statut de meilleure attaque d'Europe.

Radamel Falcao lors de Monaco - Montpellier en Ligue 1 le 21 octobre 2016

Radamel Falcao lors de Monaco - Montpellier en Ligue 1 le 21 octobre 2016AFP

26 novembre : Comme un grand

Monaco – Marseille (4-0, 14e journée)

Face à un OM moribond mais attendu, Monaco prend un peu plus de coffre comme candidat crédible au titre. Les Phocéens sont avalés et digérés en 90 minutes. Le jeu offensif des hommes de Jardim est un régal : Germain y va de son doublé, Carrillo de son but en sortie de banc, Boschilla de son coup-franc. La partition est impeccablement récitée et le résultat sans appel. L'ASM revient à un point du leader Nice.

29 novembre : Premier et dernier avertissement

Dijon – Monaco (1-1, 15e journée)

L'un des seuls vrais faux-pas de la saison. Dijon n'est pas particulièrement en forme, l'ASM d'une série de trois victoires acquises avec 13 buts marqués, aucun encaissé. Le piège parfait. Monaco marque rapidement par Carrillo et se croit à l'abri. A force de déjouer, Dijon se montre dangereux et égalise par Sammaritano en toute fin de match. Les Monégasques perdent deux points et retombent provisoirement troisièmes.

18 décembre : La dernière défaite

Monaco – Lyon (1-3, 18e journée)

Invaincu depuis deux mois, Monaco se fait cueillir à Louis-II par un OL offensif et réaliste. Réduite à 10 à la suite d'un mauvais geste de Benjamin Mendy, l'ASM ne parvient pas, à la surprise générale, à faire face défensivement. Et Nice devient officiellement champion d'automne avant de jouer la 19e journée. On ne les reprendra plus. C'est la dernière défaite à ce jour des hommes de Jardim en championnat.

Nabil Fekir (Lyon) devant Djibril Sidibé (Monaco)

Nabil Fekir (Lyon) devant Djibril Sidibé (Monaco)AFP

15 janvier : Passation de pouvoir

Marseille – Monaco (1-4, 20e journée)

L'ASM met une deuxième fessée à son voisin du Sud. L'attaque monégasque est irrésistible, en particulier Bernardo Silva et Thomas Lemar. Le rouleau compresseur commence à prendre un peu plus forme. Surtout, Nice marque le pas et Monaco prend le commandement de Ligue 1, à égalité avec les Aiglons, mais devant grâce à la différence de buts. Il ne le quittera plus.

29 janvier : Un nul qui change tout

PSG – Monaco (1-1, 22e journée)

Au Parc des princes, l'ASM a tout à perdre : avec un revers, Monaco peut perdre les commandes et passer derrière le PSG. En fin de match, Cavani pense donner la victoire aux siens sur penalty. Mais Bernardo Silva s'arrache dans les dernières secondes pour égaliser et ramener un précieux point au classement, et dans les mémoires. Le genre de ceux que l'on doit savoir aller glaner pour atteindre les sommets. Les joueurs de la Principauté enchaînent face à Nice (3-0) et s'imposent définitivement comme les patrons.

23 avril : Toujours plus proche

Lyon – Monaco (1-2, 34e journée)

Irrésistible, Monaco l'est beaucoup moins. Mais l'ASM ne cesse de gagner, six victoires de rang en arrivant à Décines. Grâce notamment à la bouffée d'air frais Kylian Mbappé. Devenu titulaire indiscutable, le néo-international est attendu au Parc OL. Et il répond de la meilleure des manières d'un but signature : fixation – coup de rein – finition clinique. Dominé en deuxième période, Monaco résiste et tient. Le titre se rapproche un peu plus.

La célébration de Kylian Mbappé (Monaco), buteur à Lyon

La célébration de Kylian Mbappé (Monaco), buteur à LyonPanoramic

17 mai : Le match du sacre

Monaco – Saint-Etienne (2-0, 31e journée)

C'était déjà quasiment acquis depuis le samedi précédent et une nette victoire contre Lille (4-0), mais ce n'était pas encore officiel. Monaco a profité de son match en retard contre Saint-Etienne pour définitivement décrocher le titre de champion de France, le huitième de son histoire, grâce à des buts de Kylian Mbappé et Valère Germain, deux joueurs formés au club. Comme un symbole.

La joie des Monégasques après le titre

La joie des Monégasques après le titreGetty Images

0
0