Getty Images

Champions project : où en est l'OM ?

Champions project : où en est l'OM ?

Le 06/08/2017 à 00:50

LIGUE 1 - La saison 2017-2018 marque le vrai départ du "Champions project" du milliardaire américain Frank McCourt. Toute l'équipe du président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud, est mobilisée afin de créer les conditions de la réussite. Zoom sur l'avancement de ce grand chantier.

De notre correspondant à Marseille,

Alors que l'OM s'apprête à débuter son championnat avec la réception de Dijon, dimanche, les dirigeants s'affairent en coulisses pour donner vie à leur nouveau projet. Dans le sillage de Jacques-Henri Eyraud, les différents acteurs clés du club olympien oeuvrent à tous les niveaux pour rendre visible les progrès réalisés par le "nouvel OM".

Du côté du mercato

De son propre aveu, Jacques-Henri Eyraud n'aime pas "faire du neuf avec du vieux". Pourtant, le président de l'OM a fait revenir au bercail deux brebis égarées en Angleterre. Dimitri Payet (30 ans) a traversé la Manche cet hiver, tandis que Steve Mandanda (32 ans) l'a imité cet été pour le deuxième mercato mené par les nouveaux dirigeants olympiens. Priorités d'Andoni Zubizarreta, les deux internationaux tricolores ont redonné des couleurs mais surtout de l'expérience à un effectif qui en manquait cruellement. C'est aussi le sens des recrutements d'Adil Rami (31 ans) et de Luiz Gustavo (30 ans).

Pour compenser le départ de Bafétimbi Gomis, l'OM a préféré miser sur un joueur possédant encore une marge de progression plutôt qu'un buteur aguerri payé très cher. Avec Valère Germain (27 ans), le club olympien n'a pas cassé sa tirelire (10 millions d'euros, bonus compris). Au total, le club marseillais a investi un peu moins de 30 millions d'euros pour faire venir quatre nouveaux éléments cet été. Les finances restent donc solides au moment d'aborder un mois d'août traditionnellement riche de surprises à Marseille… Officiellement, Rudi Garcia recherche encore un attaquant de premier plan. Officieusement, il espère faire venir au moins deux joueurs. Les matchs de préparation (6 victoires et un nul) ont validé les choix olympiens effectués cet été. Et la qualification pour les barrages de la League Europa a été acquise sans trembler face à Ostende (4-2, 0-0). En héritant des Slovènes du NK Domzale, les Marseillais n'ont pas été malheureux pour la suite de la compétition.

Valère Germain

Valère GermainImago

Du côté des supporters

Sonder les fans olympiens sur les chances de l'OM de figurer dans le top 3 de la Ligue 1 cette saison revient à évoquer le fameux "Champions Project". Les supporters sont passés par plusieurs émotions depuis le débarquement du milliardaire américain Frank McCourt en Provence. D'abord sceptiques sur les raisons d'un tel parachutage à Marseille, les amoureux de l'OM ont ensuite été séduits par le projet global présenté par l'équipe de Jacques-Henri Eyraud. Le retour de Dimitri Payet, très apprécié par tous les groupes de supporters, a permis de jeter les bases d'une ambition nouvelle dès février dernier.

Cet été, les noms des recrues satisfont les supporters. "On ne s'attendait pas à voir arriver Neymar, rigole une des figures du Virage Nord. C'est bon pour le PSG ça ! On joue dans une autre catégorie à Marseille. Mais les mecs qu'on a recrutés ont la tête sur les épaules. Ce sont de bons gars. On l'a vu à Ostende par exemple. Il faut encore deux ou trois joueurs et on sera bien. Garcia fait du bon boulot." Ce satisfecit global côté supporters cache tout de même quelques grincements de dents. La hausse du prix des abonnements en virage de 155 euros à 160 euros a notamment eu du mal à passer dans les différents locaux de supporters. L'OM réfléchit d'ailleurs à prolonger pour la deuxième fois sa campagne d'abonnements pour franchir la barre symbolique des 30.000 abonnés.

Stade Vélodrome - Marseille 2017

Stade Vélodrome - Marseille 2017AFP

Du côté du marketing

Pour attirer du monde à l'Orange Vélodrome, l'OM compte se réapproprier le stade. C'est le sens du nouvel accord trouvé avec la mairie de Marseille le 27 juillet dernier. Propriétaire de l'enceinte du boulevard Michelet, la municipalité a accepté que le club olympien puisse exploiter de manière quotidienne le Vélodrome. Jusqu'ici, Arema se chargeait de cette gérance. La filiale de Bouygues va maintenant discuter avec l'OM pour céder ces droits d'exploitation. C'est un vrai virage opéré par la direction du club. Elle va dans le sens d'une meilleure appropriation de l'outil de travail. Jusqu'à maintenant, l'OM ne bénéficiait de "son" stade qu'un jour avant la date du match. Difficile d'y faire les opérations commerciales et marketing souhaitées par les nouveaux actionnaires...

En obtenant son utilisation 365 jours par an, l'OM fait du Vélodrome une nouvelle arme de son "Champions Project". En interne, les idées fleurissent à tous les étages pour mettre davantage en valeur l'extraordinaire potentiel de ce stade. Déjà, un musée sera construit juste devant l'enceinte mythique. Il retracera les grandes heures olympiennes. "L'objectif est de se mettre au niveau des plus grands clubs européens comme le FC Barcelone", confie-t-on du côté de la Commanderie. La ville prendra part au financement de ce nouvel édifice. Distendus avec la précédente direction, les liens ont été renoués entre Jean-Claude Gaudin et l'OM. Le sénateur-maire ne cache pas également son enthousiasme devant le "Champions Project" dont il a bien du mal pourtant à prononcer le nom. Mais l'essentiel est bien que les fondations soient solides pour permettre à l'OM d'entamer sa reconstruction afin de pouvoir monter le plus rapidement possible dans la hiérarchie des clubs hexagonaux.

Stade Vélodrome - Marseille

Stade Vélodrome - MarseillePanoramic

0
0